Geopolintel

Les États-Unis ont financé les activités d’un laboratoire d’anthrax en Ukraine.

vendredi 11 novembre 2022

(Washington, DC) - Judicial Watch a annoncé aujourd’hui avoir reçu 345 pages de documents de l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA), qui est un organisme du ministère de la Défense des USA, révélant que les États-Unis ont financé des activités de laboratoire d’anthrax dans un biolab ukrainien en 2018. Des dizaines de pages sont complètement expurgées, ainsi que de nombreuses autres. Les documents montrent un financement de plus de 11 millions de dollars pour le programme des biolabs ukrainiens en 2019.

Les dossiers ont été obtenus en réponse à une demande de Judicial Watch Freedom of Information Act (FOIA) du 28 février 2022, adressée à la Defense Threat Reduction Agency pour des dossiers concernant le financement de Black & Veatch impliquant un travail de quelque nature que ce soit avec des laboratoires de biosécurité dans le pays de l’Ukraine.

Trois phases de travail sont développées dans ces documents, dont plusieurs ont été réalisé « sur place » dans les laboratoires ukrainiens.

La Defense Threat Reduction Agency a fourni un rapport intitulé « PACS [Pathogen Asset Control System] at the [expurgé (b)(3), qui exempte les informations de divulgation lorsqu’un gouvernement étranger ou une organisation internationale en fait la demande, ou lorsque le responsable de la sécurité nationale concerné a spécifié dans des règlements que la divulgation de l’information aurait un effet négatif sur la capacité du gouvernement américain à obtenir des informations similaires à l’avenir]. Rapport de formation en cours d’emploi de la phase 2, 11-13 décembre/ 26 décembre 2018 » Le résumé comprend des informations concernant les activités « sur site », faisant probablement référence à un biolab ukrainien :

Une formation sur le PACS [système de contrôle des actifs pathogènes] a été organisée pour des participants du [expurgé (b)(3)] du 11 au 13 décembre, dans le cadre des activités de mise en œuvre de la phase 2, les activités du laboratoire Anthrax ont été menées le 28 décembre 2018.
La configuration existante et la personnalisation du PACS ont été vérifiées conjointement avec le groupe de travail PACS sur place.
Les activités de mise en œuvre de la phase 1, y compris les progrès et l’état actuel, ont été examinées ; les questions et les problèmes ont été discutés et résolus ;
Le mode opératoire normalisé (MON) pour l’utilisation du PACS à [expurgé (b)(3)] a été mis à jour pour inclure le processus d’opération de sous-culture - le MON mis à jour a été soumis au groupe de travail sur place.

Le rapport fournit une liste des titres des "participants à la formation, avec tous les noms des participants de Black & Veatch expurgés, en citant les exemptions (b)(6) pour la vie privée et (b)(3).

Chercheur principal Laboratoire des Infections Anacrobiques

Chercheur principal Laboratoire d’infections anacrobiques

Chercheur senior du laboratoire d’infections anacrobiques

Laboratoire de recherche sur les infections anacrobiques (chercheur)

Laboratoire vétérinaire de pointe sur les infections anacrobiques

Chercheur principal du laboratoire des maladies animales bactériennes

Chef du Laboratoire d’Anthrax

Chercheur Laboratoire d’Anthrax

Chercheur principal Laboratoire de mycotoxicologie

Chef du Laboratoire Vétérinaire de Mycotoxicologie

Chercheur junior Laboratoire de Leptospirose

Assistant de laboratoire Laboratoire de Neuroinfection

Chercheur scientifique Secteur des relations internationales et de la géoinformation


Dans une section intitulée « Activités futures », on peut lire ce qui suit : « La mise en œuvre de la phase 3 est convenue pour mars 2019 ».

Les documents contiennent une commande de fournitures ou de services datée du 1er août 2019, émise par la Defense Threat Reduction Agency à Black and Veatch Special Projects Corp. Le montant total de l’attribution du contrat est de 11 289 142,00 $. La commande contient environ 35 articles du contrat énoncés dans un exposé des travaux (EDT), daté du 5 mars 2019, intitulé : « Surveillance électronique intégrée des maladies (EIDSS) et mise en œuvre du contrôle des actifs pathogènes (PACS) » L’exposé des travaux, composé de 24 pages, n’a pas été fourni, et il n’y a pas eu d’explication de cette dissimulation.

Un rapport intitulé « Mise en œuvre du PACS [contrôle des actifs pathogènes] au [expurgé (b)(3)]. Phase 3 On-the-Job Training Report, November 28-29.2018 » indique dans son résumé :

B&V a terminé la dernière étape de la mise en œuvre du PACS au [expurgé (b)(3)]. Le site a été entièrement mis en service dans les opérations de la fonctionnalité PACS.
La formation et les activités sur site du PACS ont été menées pour les participants les 28 et 29 novembre 2018 dans le cadre des activités de mise en œuvre de la phase 3.
La configuration existante et la personnalisation de PACS ont été vérifiées conjointement avec le groupe de travail PACS sur site.
Les activités de mise en œuvre de la phase 2 ont été examinées ; les questions et les problèmes ont été discutés et résolus.

Un rapport intitulé « Mise en œuvre du PACS [contrôle des actifs pathogènes] au [expurgé (b)(3)]. Phase 3 On-the-Job Training Report, April 3-5, 2019 » et son résumé exécutif et d’autres parties expurgées, citant les exemptions FOIA (b)(4) secrets commerciaux, (b)(5) communications inter-agences ou intra-agences et/ou le privilège avocat-client.

La Defense Threat Reduction Agency a également fourni un rapport de 2018 intitulé « PACS [Pathogen Asset Control System] Implementation Plan at [redacted (b)(3)]. Rapport sur la formation en cours d’emploi de la phase 2, 25-27 septembre 2018. » Le sommaire comprend : « Une formation en cours d’emploi sur le PACS a été organisée pour les participants de [redacted (b)(3)] du 25 au 27 septembre 2018, dans le cadre des activités de mise en œuvre de la phase 2. »

Une liste des « participants » de l’entrepreneur Black & Veatch comprend des descriptions de postes, mais tous les noms ont été expurgés en vertu des exemptions (b)(6) relatives à la vie privée et (b)(3). Voici quelques-unes de ces descriptions de poste :

Chef du laboratoire de virologie

Département du diagnostic et du contrôle moléculaires

Chercheur du laboratoire de recherche sur les maladies des porcs

Scientifique du laboratoire de virologie

Département des maladies aviaires

Chercheur du département des maladies aviaires

Laboratoire de biosécurité, gestion de la qualité

Ingénieur du Laboratoire de Biosécurité, Gestion de la Qualité

Laboratoire de biotechnologie

Chercheur du laboratoire de biotechnologie

Chef du Laboratoire de Brucellose

Chercheur senior du Laboratoire de Brucellose

Chef du service de diagnostic et de contrôle moléculaires

Chef du laboratoire de tuberculose

Chercheur du laboratoire de tuberculose

Chercheur du laboratoire de virologie


Le rapport contient également une section intitulée « Activités futures » : ".

Les utilisateurs du PACS [Pathogen Asset Control System] doivent poursuivre les opérations d’enregistrement, de déplacement et de destruction du matériel.

Les utilisateurs du PACS doivent tenir compte du processus de sous-culture dans le PACS.

B & V mettra à jour les procédures opérationnelles standard (SOP) afin d’inclure le processus des opérations de sous-culture.

[Rédigé (b)(3)] pour effectuer une vérification de l’interface PACS et fournir des commentaires (le cas échéant).

Mise en œuvre de la phase 3 convenue pour décembre 2018.

Un rapport du 19 au 21 décembre 2018 sur le système de contrôle des actifs pathogènes commence par un résumé qui indique : « B & V a terminé la dernière étape de la mise en œuvre du PACS [système de contrôle des actifs pathogènes] à l’Institut de médecine vétérinaire expérimentale et clinique de l’Académie nationale des sciences agraires (NAAS) d’Ukraine. Le site a été entièrement opérationnel dans toutes les activités de la fonctionnalité PACS ».

Dans un rapport intitulé « Plan de mise en œuvre du PACS au [expurgé (b)(3)] » a le sous-titre « Rapport de formation en cours d’emploi de la phase 3, 30 - 31 octobre 2018 / 14 novembre 2018 » Le résumé exécutif prévoit en partie :

B & V a terminé la dernière étape de la mise en œuvre du PACS au [expurgé (b)(3)]. Le site a été entièrement mis en service avec toutes les opérations de la fonctionnalité PACS.

Une formation et des activités sur le site de PACS ont été menées pour les participants les 30 et 31 octobre 2018, dans le cadre des activités de mise en œuvre de la phase 3. Les « activités » du département de virologie ont été menées le 14 novembre.

Une section de l’ordonnance intitulée « Exigences contractuelles spéciales » cite la loi d’autorisation de la défense nationale de 2015 et indique que le contractant « ne doit pas s’engager dans des activités qui entraînent des dépenses dans la Fédération de Russie, telles que des activités de gestion de projet, des activités d’approvisionnement et d’expédition, des voyages ou des dépenses directes et indirectes. » Le contractant peut toutefois se procurer du matériel d’origine russe auprès d’un fournisseur russe ou non russe situé en dehors de la Russie.

Les dossiers comprennent 10 rapports intitulés « Report of Transfer of U.S. Government Property Ownership » entre la Defense Threat Agency et le [expurgé (b)(3)]. Tous les biens énumérés dans les rapports sont expurgés, citant les exemptions (b)(3) et (b)(6). La valeur totale des biens est de 20 293,05 $.

L’ambassade des États-Unis en Ukraine affirme que le programme de réduction des menaces biologiques du ministère de la Défense des États-Unis est purement destiné à la réduction des menaces biologiques :

Le programme de réduction des menaces biologiques du ministère américain de la Défense collabore avec des pays partenaires pour contrer la menace d’épidémies (délibérées, accidentelles ou naturelles) des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde.  Le programme accomplit sa mission de réduction de la menace biologique par le développement d’une culture de gestion des risques biologiques, par des partenariats de recherche internationaux et par la capacité des partenaires à renforcer les mesures de biosécurité, de sûreté biologique et de biosurveillance. Les priorités du Programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine sont de consolider et de sécuriser les agents pathogènes et les toxines qui posent problème sur le plan de la sécurité et de continuer à veiller à ce que l’Ukraine puisse détecter et signaler les épidémies causées par des agents pathogènes dangereux avant qu’elles ne constituent une menace pour la sécurité ou la stabilité.

« Ces nouveaux documents apportent un éclairage nécessaire sur l’implication des États-Unis dans la gestion et la manipulation des agents pathogènes dans les biolabs ukrainiens », a déclaré Tom Fitton, président de Judicial Watch.

Le 8 mars 2022, la sous-secrétaire d’État aux affaires politiques Victoria Nuland a admis devant la commission des affaires étrangères du Sénat américain : « L’Ukraine possède des installations de recherche biologique, dont nous sommes en fait maintenant assez préoccupés par le fait que les forces russes pourraient chercher à prendre le contrôle, et nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher que l’un de ces matériels de recherche ne tombe entre les mains des forces russes, si elles s’approchent. »

Le 26 mars 2022, le New York Post a rapporté que Hunter Biden avait aidé à obtenir des fonds pour un entrepreneur américain de biolab en Ukraine.

Selon une page web expurgée du site du département d’État :

Le PACS [Pathogen Asset Control System] a été installé pour la première fois en Ukraine en mode test en novembre 2009 au Laboratoire central de référence intérimaire des pathogènes particulièrement dangereux (ICRL). Depuis, le département sanitaire-épidémiologique (SED) du commandement médical du ministère ukrainien de la défense a reçu quatre laboratoires mobiles de la DTRA dans le but de renforcer le système de surveillance épidémiologique des forces armées ukrainiennes.

Judicial Watch

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site