Geopolintel

Trois questions sur le premier cas humain de grippe aviaire H3N8 détecté en Chine

mercredi 27 avril 2022

Un garçon de quatre ans touché par la grippe aviaire relance les inquiétudes d’une épidémie sur laquelle les autorités sanitaires chinoises se veulent rassurantes.

Des soignants se préparent à effectuer des tests pour le coronavirus pour les résidents de Jilin (nord-est), en Chine, le 12 mars 2022.

Des chercheurs néerlandais ont mis au point un virus de la grippe aviaire H5N1 mortel comme son variant naturel de l’épidémie de 2007... mais se transmettant bien plus facilement. Le but de cette expérience est de prévenir une pandémie si elle venait à se produire, expliquent les auteurs. La communauté scientifique s’inquiète vraiment et, pour l’instant, la publication des résultats est empêchée.

LEXPRESS.fr

Faut-il s’en inquiéter ? La Chine affirme avoir détecté un premier cas de grippe aviaire H3N8 chez l’homme, mais les autorités sanitaires se veulent rassurantes. Le risque de transmission entre humains est faible, assurent-elles. L’épidémie de Covid-19 partie de Wuhan, en Chine, qui obsède la puissance asiatique depuis plus de deux ans, semble ne pas être comparable à ce premier cas de grippe aviaire. On résume, toutefois, les précautions à prendre face à cette infection, survenue il y a plusieurs semaines.

Comment la transmission du virus se fait-elle ?

Le ministère chinois de la Santé a déclaré mardi 26 avril qu’un garçon de 4 ans, vivant dans la province du Henan, dans le centre de la Chine, avait été testé positif à la souche H3N8 après avoir été hospitalisé début avril pour avoir contracté plusieurs symptômes et de la fièvre. Cette souche H3N8 est connue par les institutions de recherche et de contrôle sanitaire pour infecter les chevaux, les chiens et les phoques, mais l’est beaucoup moins dans le cadre de contaminations entre hommes.

Le garçon a été infecté par des oiseaux porteurs de la grippe, mais ses proches n’ont pas été diagnostiqués malades, indique le ministère de la Santé. Les membres de la famille du malade, éleveur de poulets, vivent dans une zone peuplée de canards sauvages. Au regard de ces éléments et des tests complémentaires effectués, les autorités sanitaires estiment que le cas du garçon résulte d’une « transmission interespèces ponctuelle ».

Quelle précaution faut-il prendre ?

Il est déconseillé de s’approcher des oiseaux morts, la transmission se faisant de l’animal vers l’homme. En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires, le ministère de la Santé invite les personnes souffrantes à se rapprocher d’un médecin pour une consultation. L’une des principales mesures de sécurité pour endiguer la maladie consiste à maintenir le respect des gestes barrières (lavage régulier des mains, port du masque), rappelle l’institut Pasteur. Pour endiguer une hypothétique propagation en France, la première mesure de lutte consisterait à supprimer tous les réservoirs aviaires susceptibles de contribuer à la propagation de l’épidémie, comme ce fut le cas de manière préventive, en mars dans le Pays de la Loire, où près de 10 millions de bêtes ont été euthanasiées.

Est-ce dangereux pour l’homme ?

Les cas de transmission de grippe aviaire entre humains sont extrêmement rares. Les souches H5N1 et H7N9 ont été les principales à l’origine des cas humains de grippe aviaire, selon les centres américains de contrôle et prévention des maladies (CDC). Elles ont été découvertes respectivement en 1997 et 2013. Moins la souche H3N8, à l’origine de la contamination du jeune garçon. Selon une étude américaine publiée en 2012, la souche H3N8 aurait surtout entraîné des pneumonies mortelles chez plus de 160 phoques.

« Le risque de transmission à grande échelle est faible », insistent de ce fait les autorités chinoises. Les autorités européennes n’ont pas réagi à l’annonce officielle chinoise, symbole de leur sérénité face à ce premier cas de grippe aviaire. La toux de votre collègue du bureau est donc pour l’heure plutôt le signe d’un bon rhume ou d’une contamination au Covid-19 que d’une grippe aviaire.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site