Geopolintel

La Fondation Bill & Mélinda Gates a utilisé son influence auprès de l’OMS pour interdire l’Artémisia

lundi 15 novembre 2021

Didier Raoult a déclaré que l’OMS est à la botte de Bill Gates.
Complotisme ou bien réalisme ?
Notre professeur national dit vrai, aussi bien sur le classement de la chloroquine dans les substances vénéneuses demandé par Bill Gates, comme l’interdiction de l’artémisia sur le sol européen.
Un pharmacien allemand en vendait sur Amazon, tous les achats effectués auprès de ce pharmacien ont été remboursé par Amazon dès septembre 2019.
Depuis elle est disponible à nouveau, mais le pharmacien n’en vend plus.

Dans cet entretien, l’écrivain journaliste Lionel Astruc qui a mené une enquête révèle comment la Fondation Bill & Mélinda Gates a utilisé son influence auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour faire interdire l’Artémisia comme remède efficace contre le paludisme et faire valider un vaccin produit par une firme qui bénéficie des financements de la même Fondation.

Actuprime

Etude Recovery : comment la fondation Bill Gates a financé le suicide des malades anglais à l’hydroxychloroquine

Cette étude est entre autres financée par la Fondation Bill Gates, qui subventionnait également l’hôpital Brigham and Women’s à Boston ( Lancetgate).

Les doses d’hydroxychloroquine données aux patients au protocole de l’étude Recovery, sont de 2400mg HCQ dans les premières 24h et 9600mg d’hydroxychloroquine pour l’ensemble du traitement. L’AMM en France considère le taux de surdosage est de 25mg/kg de HCQ soit pour un patient de 75kg, 1875mg pour une journée et impose une hospitalisation au service d’urgence. Cette posologie dans l’essai français hors AMM est de 600mg par jour pour un adulte testé positif au SRAS Cov2.

Le professeur Perronne dit :
« la dose maximum autorisée par l’AMM (Autorisation de mise sur le marché) est de 3 comprimés à 200 mg par jour. Avec Recovery, c’est 12 comprimés le premier jour »


4 fois plus ! Ce que prennent les candidats au suicide .

Ajoutons le nombre spectaculaire de cardiaques (25%) qui auraient dû être exclus de l’étude…

Des malades âgés et très malades , placés sous oxygène (76% des patients qui nécessitent un apport en l’oxygène, avec 27% de diabétiques, 27% de malades avec des problèmes cardiaques et 22% avec des affections pulmonaires.)

La seule surprise de ce suicide organisé : les Anglais ont la peau dure ! Seulement 25% de morts parmi les hospitalisés (18% en France ) .

Patrice Gibertie

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site