Geopolintel

Elections américaines : tous les chemins mènent à Rome

mercredi 6 janvier 2021

L’Italie s’est immiscée dans les élections américaines.
Les acteurs possibles impliqués :
Obama, l’ancien Premier ministre italien Renzi et le général Claudio Graziano.

Obama et Renzi, ancien Premier ministre italien, ont orchestré le vol de l’élection américaine du président Trump. Stephan Serafini a assuré la coordination avec le général Claudio Graziano, membre du conseil d’administration de Leonardo.
Claudio Graziano est le président du Comité militaire de l’Union européenne. Il est un ancien commandant de la force des Nations unies. Il est devenu le chef d’état-major de l’armée italienne.

L’armée italienne utilise Leonardo Satellite Communications. Les services de renseignement italiens ont fourni aux États-Unis des documents, des appels et des photos d’agents de la CIA.

Les données électorales américaines ont été transmises de Francfort, en Allemagne, à l’Italie où des membres du MI6, de la CIA et du groupe Leonardo ont mené l’opération et construit les algorithmes permettant de manipuler les données électorales américaines.

L’ancien officier de la CIA Brad Johnson parle de l’opération.
Cliquez sur la vignette pour lire la vidéo

Rome, Italie (5 janvier 2021) - Un employé du 8e plus grand entrepreneur mondial de défense, Leonardo SpA, a fait une déposition choquante détaillant son rôle dans l’acte criminel le plus élaboré affectant une élection américaine. Corroborant le rapport du DNI Ratcliff sur l’intrusion internationale, Arturo D’elio a décrit le plan qui s’est avéré efficace dans l’utilisation des systèmes informatiques et des satellites militaires de Leonardo situés à Pescara, en Italie. Les récentes informations faisant état d’un piratage de Leonardo semblent maintenant avoir été une couverture orchestrée pour atténuer les retombées sur la société qui est partiellement détenue par le gouvernement italien.

La police italienne a arrêté deux personnes pour piratage informatique au sein du groupe de défense Leonardo.

ROME (Reuters) - La police a arrêté samedi deux personnes qui ont travaillé à Leonardo pour leur rôle présumé dans le piratage des ordinateurs du groupe de défense italien pour voler des informations sensibles entre 2015 et 2017, ont déclaré les procureurs de la ville de Naples, dans le sud du pays.

Ces arrestations sont un coup dur pour Leonardo qui, avec ses activités aérospatiales, possède également une importante division de cybersécurité qui compte l’OTAN parmi ses clients.

Leonardo a déclaré dans un communiqué qu’il était la partie lésée et que l’entreprise elle-même avait d’abord signalé le piratage. Leonardo coopérera pleinement avec la police.

Les procureurs de Naples ont déclaré qu’un ancien employé du département de cybersécurité de Leonardo était soupçonné d’avoir utilisé un malware pour infecter 94 ordinateurs afin d’extraire « des informations classifiées de valeur significative pour l’entreprise ».

L’information a été volée dans « des buts illicites qui font toujours l’objet d’une enquête », ont-ils déclaré, ajoutant que la personne en question avait été détenue par la police.

Leonardo a déclaré que le suspect était un consultant, et non un employé de la société. Il a également déclaré que les informations stratégiques et classifiées de la société n’étaient pas conservées sur les ordinateurs qui ont été violés.

Le chef de l’équipe de préparation aux cyber-urgences de Leonardo - mise en place pour défendre la société contre les attaques de piratage - a été placé en résidence surveillée pour avoir prétendument manipulé des preuves afin de faire dérailler les enquêtes, ont déclaré les procureurs.

Le suspect était un employé mais pas un directeur.

Italygate : le gouvernement italien est-il directement impliqué dans la fraude électorale américaine contre Trump ?

Apparemment, la Suisse n’est pas le seul pays qui a joué un rôle majeur dans l’opération internationale de piratage informatique des élections américaines.

Dans le dernier article publié sur ce blog, l’auteur et chercheur suisse-américain Neal Sutz a expliqué comment la Suisse a joué un rôle fondamental dans le coup d’État international contre Trump.

La Suisse a récemment acheté les droits exclusifs de Scytl, la société liée à Dominion Voting System qui, selon plusieurs analyses statistiques, avait fait passer des centaines de milliers de voix de Trump à Biden.

La Suisse connaissait parfaitement les défauts structurels de Scytl mais elle n’a pas averti l’administration Trump des dysfonctionnements techniques de ce logiciel.

Cependant, il y a un autre pays qui aurait pu jouer un rôle encore plus crucial dans cette histoire et ce pays est l’Italie.
À cet égard, il existe une version intéressante et sensationnelle du complot de la fraude fournie par Bradley Johnson, un ancien agent de la CIA et chef d’une des stations de l’agence.

Selon Johnson, l’Italie a été directement impliquée dans la manipulation des votes lors des élections américaines.

L’analyste des renseignements confirme en partie l’histoire concernant le raid des forces spéciales américaines pour récupérer les serveurs de Dominion hébergés dans la station de la CIA à Francfort.

D’autres sources ont confirmé l’authenticité de l’histoire et apparemment le raid a réussi à récupérer les serveurs, ce qui constitue une preuve irréfutable de la fraude.

Le général Thomas McInerney a affirmé qu’après le raid, un violent combat s’était engagé entre les paramilitaires de la CIA appelés d’Afghanistan pour défendre la station et le groupe des forces spéciales américaines.
Cinq militaires auraient perdu la vie dans cette rude bataille.

Johnson propose une autre version, encore plus choquante. L’ancien agent de la CIA ne nie pas cette opération mais il affirme que les données piratées ont été déplacées de Francfort à Rome, dans l’ambassade américaine située dans la rue centrale de la via Veneto.

Selon Johnson, les serveurs de Francfort n’hébergeaient que des traces partielles du piratage, mais le véritable protagoniste principal de l’attaque aurait été Rome.

Le jour des élections, un événement sans précédent dans l’histoire des élections américaines s’est produit.
Soudain, le décompte des voix dans les États clés a été simultanément interrompu au milieu de la nuit, alors qu’en Italie, c’était déjà le matin.
L’opération de piratage était en cours, mais les auteurs ont réalisé que quelque chose n’allait pas.

« Trump prenait un nombre record de votes » dit Johnson, et le passage des votes de Trump à Biden n’a pas suffit pour assurer définitivement la « victoire » au candidat démocrate.

Dans ce scénario, les puissances subversives infiltrées dans le gouvernement américain, l’Etat profond, avaient prévu un coup d’Etat contre leur commandant en chef.

En ce moment, l’ambassadeur américain en Italie est Lewis Eisenberg, ancien membre de Goldman Sachs et collaborateur de la première campagne Trump, mais en même temps proche des lobbies sionistes néoconservateurs qui sont de féroces ennemis du président pour son plan de retrait de l’armée américaine au Moyen-Orient.

Johnson affirme que pendant la nuit des élections, un homme du département d’État américain était présent à l’ambassade des États-Unis à Rome.

L’ancien agent de la CIA montre dans la vidéo la photo de cet homme, apparemment prise par les autorités italiennes qui menaient une opération de surveillance centrée sur ce fonctionnaire.
Ce fonctionnaire aurait été directement impliqué dans la coordination de l’attaque de piratage.

Le rôle de Leonardo et du gouvernement italien dans la fraude

À ce stade, Johnson offre une révélation encore plus choquante.

Un autre acteur a joué un rôle crucial dans cette opération et il s’agit de Leonardo, une entreprise publique italienne leader dans le secteur de l’aérospatiale et de la défense.

Une fois que les hackers ont créé les nouveaux algorithmes pour faire passer plus de votes de Trump à Biden, ils ont envoyé « ces nouveaux chiffres à un satellite militaire italien exploité par Leonardo », affirme M. Johnson.

Après avoir fait cela, les nouvelles données manipulées ont été renvoyées vers les machines à voter Dominion aux États-Unis.
Par conséquent, si cette version est correcte, le gouvernement italien serait directement impliqué dans cette attaque.
Le principal actionnaire de Leonardo est le gouvernement italien, car le ministère italien de l’économie détient 30% de cette société.
L’ambassade des États-Unis à Rome aurait été impliquée dans l’attaque de piratage

À ce moment-là, Rome est entrée en scène en recevant les données de Francfort, mais une nouvelle élaboration des algorithmes a été nécessaire pour finalement changer le résultat en faveur de Biden.

Par conséquent, l’opération de recalibrage de l’attaque de piratage aurait eu lieu rue via Veneto, et si ce fait devait être confirmé, l’ambassade américaine à Rome serait directement impliquée dans une tentative de renversement de son président.

Le PDG de Leonardo, Alessandro Profumo, a été nommé en 2017 par l’ancien Premier ministre italien Gentiloni, apparemment impliqué dans le Spygate comme nous le mentionnerons plus loin, et confirmé en 2020 par le gouvernement en place de Conte.

M. Profumo a également été récemment jugé coupable de fraude par un tribunal italien et a été condamné à six ans de prison.

Par conséquent, le gouvernement Conte aurait joué un rôle décisif dans l’opération de piratage car il aurait fourni la technologie de Leonardo pour perpétrer une attaque directe contre la souveraineté américaine.

À cet égard, il est important de mentionner que le gouvernement de M. Conte a été l’un des premiers dirigeants internationaux à transmettre ses félicitations à Joe Biden, alors qu’il n’y avait pas, et il n’y a toujours pas, de confirmation officielle de sa prétendue victoire.

L’Italie en violation directe de l’OE 2018

Si les déclarations de M. Johnson sont vraies, l’Italie serait en violation directe du décret de 2018 contre l’ingérence étrangère dans les élections signé par le président Trump.
Le président n’était pas sans être préparé à l’éventualité que des pays étrangers et des forces internes aux États-Unis auraient tenté de s’ingérer dans les élections.
Le décret stipule clairement qu’après 45 jours depuis le jour de l’élection, un rapport détaillé sur cette ingérence doit être remis au président.
En repoussant la remise du rapport à Trump, les services de renseignements américains ont mis en place un sabotage.

Cependant, il semble que le directeur du DNI, Ratcliffe, aurait pu remettre à Trump certaines parties du rapport et que Trump aurait offert le poste de conseiller spécial à Sidney Powell.

Le conseiller spécial disposerait des pouvoirs nécessaires pour confisquer les machines de vote, notamment celles de Dominion, accuser les auteurs de la fraude et saisir les biens des sociétés directement impliquées dans l’attaque de piratage.

Le ME a été clairement conçu pour sanctionner les acteurs étrangers et nationaux qui ont joué un rôle dans l’ingérence, et l’Italie, si la version de Johnson est exacte, serait en violation directe de cet ordre en ayant perpétré une attaque directe contre la souveraineté nationale des États-Unis.
Si ces allégations choquantes devaient se confirmer, une crise diplomatique sans précédent pourrait s’ouvrir entre l’Italie et les États-Unis.

Le gouvernement américain pourrait sanctionner lourdement l’Italie pour cette ingérence.

L’État profond italien prépare un coup d’État permanent contre Trump

Il s’avère que l’État profond italien pourrait être l’élément clé pour résoudre le crime de la fraude électorale contre Trump, mais il serait également fondamental de l’appeler Spygate, le premier sabotage international contre le Président.

Spygate est l’opération d’espionnage illégale conçue contre Trump en 2016 et l’Italie y a joué un rôle majeur, car les services secrets italiens, sous les administrations Renzi et Gentiloni, auraient aidé leur homologue américain dans une tentative de dépeindre faussement Trump comme un « agent russe ».

Il y a donc un fil rouge qui relie le premier sabotage contre Trump et le second, et ce fil rouge, c’est l’Italie et sa structure subversive infiltrée au cœur des institutions italiennes.

En Italie, il y a une couverture sur le Spygate car apparemment, même la soi-disant « opposition » n’a pas un intérêt particulier à faire la lumière sur cette affaire.

Raffaele Volpi, sénateur de la Ligue et président de Copasir, l’institution italienne qui supervise les services secrets italiens, a déclaré que le Spygate est une histoire gonflée par les médias, contrairement à l’administration Trump qui l’a définie comme une tentative de coup d’État.

Apparemment, le premier parti d’opposition en Italie, la Ligue, n’a pas intérêt à parler de Spygate, probablement parce que Salvini, le leader de la Ligue, semble assez proche de Renzi, l’une des prétendues figures majeures de ce scandale.

Il est intéressant de noter comment Renzi et Salvini ont tous deux créé une sorte d’alliance pour ouvrir la voie à Mario Draghi comme prochain Premier ministre italien, et Draghi serait l’homme envoyé par le mondialisme pour déclencher la Grande Reset et donner le coup de grâce à l’Italie.

L’État profond italien est un marécage où les plus hauts rangs de l’État sont profondément imbriqués avec la majorité et l’opposition.

Ce pouvoir subversif au sein des institutions italiennes a été utilisé pour perpétrer un coup d’État permanent contre Trump.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site