Geopolintel

La dissuasion française plombée par l’Europe et surtout par l’incompétence de Macron

vendredi 17 septembre 2021

La France vient de subir un revers économique sans précédant avec l’annulation du contrat de vente de sous marin nucléaire.
D’après le communiqué conjoint de Jean-Yves Le Drian et de Florence Parly du 16 septembre 2021, on apprend que ce sont les américains qui ont évincé la France.
La France participe à la stratégie européenne pour la coopération dans la région Indopacifique pour préserver la « liberté de la souveraineté ».
Le « Future Submarine Program » ne fait que renforcer la nécessité de porter haut et fort la question de l’autonomie stratégique européenne.
Macron a multiplié les prises de position en faveur d’une « souveraineté européenne » face à la Chine, à la Russie tout comme notre « allié » américain, mais cette politique du président français ne fait pas consensus au sein des Vingt-Sept partenaires européens.

Cette annulation est de la responsabilité de Macron.
Comme répété au sommet du G7, il a déclaré que l’Europe doit savoir défendre ses intérêts propres et développer son « autonomie stratégique ».
La volonté de proclamer l’Europe comme une grande nation dans l’équilibre géostratégique est un échec, tout comme la politique globale de maintenir une structure technocratique similaire à l’ex URSS.
Cet échec est que ni la France et ni l’Europe ont la capacité de devenir des acteurs majeurs dans la dissuasion. On est dépassé voilà tout.
Confier la destiné de la France à Macron fut une irresponsabilité, placer notre avenir dans les mains d’un ado attardé représentait une chronique de mort programmée.

Jamais l’Otan n’acceptera de se faire damner le pion par un ex banquier qui ne sait que raconter des « bobards », spécialité du private equity.
De toute manière Macron est incontrôlable, et ceux qui l’on placé à son poste n’attendent une seule et même chose : qu’il foute en l’air un si beau et grand pays.
Le sait il ?
Nous pouvons en douter.
Et nous avons pour exemple le « souverainisme vaccinal » des Etats-Unis.
La France n’a pas été capable de gérer la crise, elle l’a renforcée en négligeant les traitements précoces du fleuron de l’IHU de Marseille.
L’Europe a l’habitude de générer des concepts « sans définir ce qu’ils signifient et sans disposer d’indicateurs mesurant leur efficacité ». Richard Youngs du European Democracy Hub
Au final les futurs sous-marins de l’Australie arrivant plus tard que prévu couteront 40 milliards de dollars de plus et la France verra passer le « contrat du siècle » sous son nez avec la bénédiction des maîtres de Macron.
On ne peut pas obéir et désobéir.
Macron est un naufrage narcissique dont la France n’a plus besoin.
Il n’a pas percuté que l’Australie avait besoin de relancer son économie avec de l’embauche.
La politique ce n’est pas de bavarder devant des youtubeurs, c’est de construire une stratégie économique d’un pays.
Le costume est trop grand et le chapeau trop petit.

On a perdu la tête : Comment l’obsession des emplois locaux a fait échouer le programme australien de sous-marins de 90 milliards de dollars.

Dans le débat actuel sur la débâcle des sous-marins australiens, le dénigrement de la France a fait fureur. Et avec les explosions de coûts du constructeur français Naval Group, les dérapages de calendrier et les engagements douteux sur le respect des exigences de contenu local, c’est un exercice facile. Mais il convient de se demander si nous en serions arrivés là, quel que soit le soumissionnaire choisi. Après tout, les débâcles d’acquisition de la Défense ne se limitent pas aux sous-marins de conception française.
........

Alors que ces débats faisaient rage, le ministre de la Défense de l’époque, David Johnston, a déclaré qu’il ne ferait pas confiance à l’ASC pour « construire un canoë », ce qui a donné l’impression que le gouvernement envisageait sérieusement une construction à l’étranger. M. Abbott était favorable à la construction d’un sous-marin de conception japonaise, mais cette idée s’est effondrée lorsqu’il a été confronté à la « chaise vide » en 2015. Dans un effort pour consolider le soutien de la salle du parti, en particulier en Australie-Méridionale, Abbott a alors opté pour un « processus d’évaluation compétitif » - dont le Japon, l’Allemagne et la France étaient les trois prétendants.

................

Kevin Andrews, qui a succédé à Johnston au poste de ministre de la Défense en 2014, explique que le processus qu’il a mis en place visait à comparer les coûts de trois options : une construction off-shore complète, une construction on-shore et une construction « hybride ». « Nous avions une étude de la Rand Corporation qui indiquait qu’une construction terrestre complète pour les navires de surface en Australie était environ 30 à 40 % plus chère qu’une construction offshore. Il était généralement admis que la prime pour les sous-marins était encore plus élevée », explique M. Andrews. « On savait également que le coût de construction diminuait considérablement après les deux premiers navires. D’où la volonté de comparer non seulement le coût de chaque offre, mais aussi la comparaison des constructions offshore, onshore et hybrides. »

De nombreuses sources haut placées au sein du gouvernement admettent aujourd’hui que la construction « hybride » n’a pas été suffisamment prise en considération. Selon ce raisonnement, les premiers bateaux auraient été mis à l’eau plus tôt, mais le gouvernement aurait quand même pu mettre en place une capacité locale de construction de sous-marins à la fin du programme. Selon des sources de la défense et de l’industrie, il est désormais trop tard pour faire marche arrière et opter pour une construction hybride : Les chantiers navals de Naval Group en France sont pleinement occupés à construire les premiers sous-marins nucléaires Barracuda et les plans avancent pour les nouveaux porte-avions, tandis que la société a déjà commencé la construction du chantier naval Osborne à Adélaïde.

...............

Le 26 avril 2016, Turnbull (ministre de la défense) a annoncé que la France avait remporté la course mondiale âprement disputée pour le contrat de 50 milliards de dollars et que tous les sous-marins seraient construits à Adélaïde. Selon Turnbull, la recommandation de la Défense était « sans équivoque » que la proposition française pour une version à propulsion conventionnelle de la dernière conception française de sous-marin nucléaire - le Shortfin Barracuda - était la meilleure des trois options.

« Il est certain qu’un chantier étranger ayant l’expérience actuelle de la construction de sous-marins construira plus rapidement et à moindre coût qu’un chantier australien construira le premier - mais soulignez ’le premier’. Nous n’aurons jamais une industrie de construction navale durable et continue à moins que nous ne commencions à construire des navires et que nous le fassions de manière continue », a déclaré M. Turnbull dans son mémoire.
L’ancien ministre de l’industrie de la défense Christopher Pyne voulait que les sous-marins soient construits en Australie du Sud.

...............

La date de livraison du premier des nouveaux sous-marins étant désormais fixée au milieu des années 2030, les travaillistes ont commencé à mettre en garde contre un « déficit de capacité » qui entraînerait le retrait des sous-marins de la classe Collins sans que leurs remplaçants soient prêts.

Personne au sein du gouvernement n’envisageait sérieusement de se retirer de l’accord pour l’instant ; abandonner la conception française et opter pour une autre option ne ferait que retarder encore plus la livraison des sous-marins. Mais le gouvernement voulait désespérément faire pression sur Naval Group pour qu’il se ressaisisse. (pour les retards de livraison)

...............

Dans cette optique, Morrison (premier ministre australien) a chargé le vice-amiral Jonathan Mead et le commodore Tim Brown d’étudier d’autres options pour la flotte de sous-marins, notamment des sous-marins conventionnels à longue portée que la société suédoise Saab Kockums avait proposés à la marine néerlandaise. Le gouvernement a également rejeté la proposition de Naval Group décrivant la prochaine phase de deux ans du programme, en disant à la société qu’elle avait besoin de plus d’informations sur la façon dont ses projections de coûts et de calendrier seraient respectées.

Après avoir pris le portefeuille de la défense, Peter Dutton a déclaré au Sydney Morning Herald et au The Age qu’il avait des « discussions franches » avec son ministère. Un mois plus tard, M. Dutton a révélé qu’il avait ordonné la prolongation de la durée de vie des six sous-marins de la classe Collins, ce qui implique leur reconstruction complète afin qu’ils puissent continuer à fonctionner au-delà de la date prévue de leur mise à la retraite au milieu des années 2020. M. Dutton a également demandé à la Défense d’adopter des capacités de guerre asymétrique en acquérant des missiles et des drones à longue portée, qui peuvent être « produits en masse, plus rapidement et à moindre coût, et dont la perte serait plus tolérable, sans avoir d’impact significatif sur notre posture de force ».

............

Après avoir rencontré le président français Emmanuel Macron à Paris après le G7 en juin dernier, M. Morrison a déclaré que les sous-marins étaient de nouveau sur les rails. M. Morrison a confirmé que Naval Group avait une date limite en septembre pour convaincre le gouvernement qu’il pouvait avancer dans la phase suivante du projet, permettant la construction de la coque sous pression du premier sous-marin en 2024.

Au cours de la semaine prochaine, le gouvernement devrait annoncer qu’il a conclu un accord avec Naval Group pour les deux années et demie à venir du programme de sous-marins.

À ce moment-là, il sera presque certainement trop tard pour se retirer.

SMH

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site