Geopolintel

L’Estonie, préoccupée par la politique russe, se dote d’un gouvernement pro-occidental

vendredi 10 avril 2015

Le Premier ministre pro-occidental de l’Estonie Taavi Roivas a finalisé mercredi la mise en place d’une coalition gouvernementale majoritaire issue des législatives du 1er mars, sur fond de craintes face à la Russie voisine.

Au pouvoir depuis 2007, le parti de la Réforme centriste de M. Roivas et les sociaux-démocrates ont renouvelé leur partenariat et invité à leur coalition le parti conservateur IRL. Ils disposeront à trois de 59 des 101 sièges au Parlement, selon l’agence de presse balte BNS.

Cette coalition était généralement attendue par les analystes qui y voient la poursuite, voire le renforcement, de l’engagement de l’Estonie du côté de l’Otan et de l’Union européenne dont elle est membre depuis 2004. Tallinn a rejoint la zone euro en 2011.

A 35 ans, M. Roivas est le plus jeune chef de gouvernement dans l’UE. Le plus âgé de ses 14 ministres a 55 ans et huit autres n’ont pas dépassé la quarantaine.

Au milieu des exercices militaires menés dans la région par la Russie, l’ancienne puissance dominante de ce pays balte de 1,3 million d’habitants, l’Estonie aura pour priorités la sécurité nationale et la croissance économique, a indiqué M. Roivas.

M. Roivas doit encore obtenir pour son cabinet l’approbation formelle du président Toomas Hendrik Ilves, avant le vote d’investiture au parlement jeudi.

Disposant de 27 sièges au parlement, le parti du Centre pro-Kremlin est soutenu par l’importante minorité russophone qui représente un quart de la population du pays.

L’annexion de la Crimée et les actions russes dans l’est de l’Ukraine sont suivies de très près en Estonie. Des exercices militaires russes à la frontière estonienne ont renforcé les craintes de ceux qui prêtent au Kremlin l’intention de déstabiliser les pays baltes.

Dans ce contexte, Taavi Roivas a joint sa voix à celles de ses homologues letton et lituanien pour réclamer une présence accrue de l’Otan, afin de répondre à celle de l’armée russe à proximité de leurs frontières.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site