Geopolintel

Jacques Attali : la microfinance et les enfants

dimanche 20 janvier 2013

Un grand philanthrope humanitarien, promoteur d’un capitalisme ultralibéral mais “généreux”, préconise un microcrédit extensif au “profit” des enfants… qui peuvent ainsi travailler – car cela est normal et accepté pour ou dans le Tiers-Monde - mais se retrouvent endettés jusqu’à la fin de leurs jours !

Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres. Alphonse ALLAIS (1854 - 1905)

ONU
Depuis plus de dix ans, le travail des enfants est reconnu comme une question essentielle des droits de l’homme au travail, aux côtés de la liberté syndicale, du droit à la négociation collective, de l’abolition du travail forcé, de la non-discrimination dans l’emploi et la profession. Cependant, malgré le vaste mouvement de réforme sociale qui s’est développé autour de cette question, il demeure plus de 200 millions d’enfants travailleurs dans le monde, dont au moins 115 millions, chiffre alarmant, sont soumis aux pires formes de travail.

La campagne mondiale qui vise à mettre fin au travail des enfants arrive à une étape décisive. Comme le montre le nouveau Rapport global en vertu du suivi de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et aux droits fondamentaux au travail, le travail des enfants continue de décliner à l’échelle mondiale mais à un rythme bien inférieur à ce qu’il était auparavant. Le rapport, intitulé « Accélérer l’action contre le travail des enfants », note des signes tangibles de progrès mais également des disparités déconcertantes quant à la réponse mondiale.
http://www.un.org/fr/events/childla...

« En Afrique, il existe des exemples extraordinaires qui témoignent du succès de la micro finance. Des microcrédits accordés à des enfants des rues y ont donné des résultats spectaculaires. »
Tropiques FM " Jacques Attali
Les Questions du Gri-Gri"

Il y a plus de 850 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’éducation dont 344 000 000 sont des jeunes et des enfants qui ne sont pas à l’école (soit environ 40%). Au lieu d’aller à l’école, ces enfants travaillent parfois jusqu’à 14 heures par jour pour un salaire de 10 à 20 cents de l’heure.

Ces enfants travaillent dans des conditions plus que précaires comme serveur. Pourquoi la microfinance et l’éducation ? Parce que ça marche.

L’objectif de PLAN, une organisation de microfinance, est de proposer des services financiers de base. Il s’agit notamment de crédit et des services d’épargne pour les pauvres en mettant l’accent sur ​​l’aide aux enfants et aux femmes. PLAN les aide en améliorant leur sécurité économique et réduire les risques financiers. PLAN adapte ses services aux jeunes en leur permettant d’apprendre à un jeune âge comment épargner et l’importance de l’épargne ainsi que de leur donner accès à la formation entrepreneuriale et à la vie active, une aide précieuse quand ils atteignent l’âge adulte. Vous trouverez plus d’informations sur PLAN en allant sur Planusa. Vous obtiendrez également des informations sur la façon dont la microfinance aide les femmes.

Une des façons que les enfants ont, pour obtenir de l’aide, est le parrainage d’enfant. Le principe est simple, une personne choisit de parrainer un enfant dans un pays en voie de développement et le parraine jusqu’à l’autonomie de l’enfant. L’argent envoyé par le parrain est utilisé pour l’éducation de cet enfant mais également pour lui assurer une sécurité et couvrir les éventuels frais de santé. Le parrain reçoit fréquemment des photos et des nouvelles de l’enfant et son évolution dans son apprentissage, parfois, il peut le rencontrer en personne et renforcer le lien. Si vous souhaitez en apprendre plus sur le parrainage d’enfant et la microfinance, vous pouvez vous rendre sur Develop Africa.

Kwabena Darko est un de ces enfants. Il a commencé avec rien, et avec l’aide de la microfinance, il a grandi pour être un entrepreneur à succès, aider les gens qui sont dans la situation qu’il a utilisé pour être en, acheive leurs objectifs. M. Darko a commencé quand il a reçu un prêt quand il n’était encore qu’un garçon, avec cet argent, il a acheté une poule. Il a vendu les œufs pour, progressivement arriver au point où il est maintenant. Son histoire est expliquée plus en détails sur One Hen : Microfinance for Kids.
MicroWorld dans les médias

Copyright © 2010-2013 MicroWorld

http://www.microworld.org/fr/news-f...


Jacques Attali et Carole Bouquet lèvent des fonds pour le micro-crédit

Par Sophie Benamon
Plus de 300 000 euros ont été récoltés, hier soir, à Cannes, au profit des projets de micro-crédit de PlaNetFinance au cours d’une vente aux enchères animée avec maestria par Carole Bouquet.

Jacques Attali, Carole Bouquet, Pierre Cornette de Saint Cyr

Soraya Ursine

Utiliser le glamour du Festival de Cannes et la concentration de personnes à hauts revenus pour une bonne cause : telle était l’idée de l’AmFar, l’association américaine qui lutte contre le sida. Chaque année, son dîner de gala, présidé par Sharon Stone, permet de récolter plus de fonds. C’est en s’inspirant de cette idée que Jacques Attali a décidé de tenir pendant le festival de Cannes, un dîner caritatif dont les places étaient payantes et au cours duquel des objets étaient mis aux enchères. L’argent ainsi récolté permettra de financer les projets de PlaNetFinance, fondation qui soutient les femmes qui entreprennent dans le monde entier à travers le micro-crédit.
2,6 milliards de personnes vivent avec moins de deux dollars par jours

Dans son discours inaugural, Jacques Attali a rappelé l’urgence de la situation pour une grande partie de la population mondiale. « Ce soir, un milliard de personnes vont s’endormir en ayant faim », a-t-il lancé à son parterre, avant le dîner. Devant lui, s’il n’y avait pas, comme on s’y attendait, de personnalités du cinéma (à l’exception d’Aishwarya Rai, de Gong Li et de Pascal Elbé), les patrons français ont, eux, répondu présents. A commencer par les producteurs Alain Terzian, Claudie Ossard, Thierry de Ganay et la société EuropaCorp qui avait acheté une table (5000 euros) où siégeait son patron, Christophe Lambert. Patrick Le Lay, Jean-Marie Messier, Alexandre Allard, Dominique Desseigne, Patrick Partouche n’ont pas à sortir leur chéquier pour le projet.
Carole Bouquet pousse à la dépense avec humour

Très en beauté, Carole Bouquet a rempli à merveille son rôle de maîtresse de cérémonie. Evoquant l’amitié qui la liait depuis de nombreuses années à Jacques Attali, elle a lancé les enchères avec une bouteille de son vignoble qu’elle a accompagné d’un tête à tête au restaurant en sa compagnie. Haranguant les participants avec gouaille et humour, elle a obtenu 9000 euros pour le tout. Le lot le plus cher fut un collier Chopard (que Carole Bouquet portait autour du cou et a baladé entre les tables) qui est parti une première fois à 40 000 euros avant d’être remis en vente par son acquéreur puis acheté de nouveau au même prix ! Au total, ce sont plus de 300 000 euros qui ont été récoltés avec cette première soirée de charité française sous les auspices cannois. C’est peu en comparaison de ce que rapporte le diner de l’Amfar. Allons mesdames et messieurs, comme dirait Carole Bouquet, vous pouvez mieux faire !

Source

http://www.lexpress.fr/culture/cine...


Jacques Attali

Docteur d’État en Sciences économiques, Professeur, écrivain, conseiller d’État honoraire, conseiller spécial auprès du Président de la République de 1981 à 1991, fondateur et premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres de 1991 à 1993, Jacques Attali (www.attali.com) est maintenant président de A&A, société internationale de conseils, (www.aeta.net) spécialisée dans les nouvelles technologies, basée à Paris, et président de PlaNet Finance (www.planetfinance.org), Organisation de Solidarité Internationale spécialisée dans le développement de la microfinance.

PlaNet Finance est la plus importante institution mondiale de soutien a la microfinance. Elle conseille et finance le développement de la microfinance dans 80 pays.

Jacques Attali est également chroniqueur à L’Express. Il est l’auteur de quarante livres, traduits dans plus de vingt langues et diffusés à plus de six millions d’exemplaires à travers le monde, comprenant des essais (sur des sujets allant de l’économie mathématique à la musique), des biographies, des romans, des contes pour enfants, des biographies et des pièces de théâtre.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site