Geopolintel

Le Marxisme, comme le Duce, a toujours raison !

Pierre Dortiguier

mardi 18 septembre 2012

L’on se plaît à répéter partout, comme mon cher et défunt camarade de lycée, Jean-Marie Benoît intitula son livre de poche, fort bien écrit comme une vaste dissertation en 1970, que « Marx est mort », tout comme le dieu des théologiens scolastiques ou le dieu cartésien, dans la formule, apprise en classe, de Nietzsche ! C’est une présentation qui relevait aussi de la rhétorique, de l’art de plaire ou de séduire, eût dit Platon, sinon de rassurer ou d’amener à soi les gens, de les faire entrer dans son club privé, mais non pas de la dialectique, ou de la capacité de définir un objet, après un échange de thèses opposées nécessitant une vision supérieure, comme le voulait le père de cette méthode dont Marx, fils d’avocat, fut l’élève en Allemagne, patrie des philosophes. La vraie Grèce !

Karl Marx avec Friedrich Engels

D’abord, avant de prendre à bras le corps toute la théorie marxiste, pour démontrer, ou montrer simplement que notre société poursuit le chemin indiqué par Marx, de collectivisation, de ruine de la propriété privée et de soumission à un modèle mercantile, par fabrication d’une armée régulière et nécessaire de chômeurs et d’immigrés en situation précaire permanente vendant leur âme au Capital qui les rachète au Dieu de leurs pères, à la religion de la lignée naturelle, quelques mots ne seront pas superflus sur la personne de Karl Marx.

Elle appartenait, chacun le sait et certains en sont fiers, au judaïsme, par sa mère Henriette, de Breslau (Bratislava), de lignée rabbinique, mais aussi d’avocats, d’entrepreneurs dont l’oncle maternel Lion Philips, père de la célèbre firme hollandaise – sa fille Antoinette ou Nanette (1837-1885), cousine donc de Marx, appartint à l’internationale ouvrière - est l’ancêtre !

La branche paternelle - son père Heinrich (1782-1834) fut conseiller de justice à Trèves (Trier) - était récemment protestante, pour des raisons de société, d’entrée obligée dans l’administration prussienne rhénane, et il obtint néanmoins, quoique baptisé tard, d’excellentes notes aux épreuves de religion, au baccalauréat (l’Abitur allemand) ! Ainsi Marx, quoique marié à l’une des filles de la bonne société chrétienne protestante de la Prusse, Jenny von Westphalen (1814-1881), le demi-frère de celle-ci, Ferdinand Otto (1799-1876) étant devenu ministre de l’Intérieur (dont un des descendants enseignait à l’université de Vienne, il y a peu et prétendait que Marx avait un sale caractère !), vivait lui-même au sein du mouvement capitaliste, et avait assez d’acuité pour en saisir la finalité : la création d’une société réduite à sacrifier son avoir réel pour satisfaire des besoins artificiels, multipliés, savoir ordonnés et planifiés dans un communisme matériellement né, ou produit insensiblement, progressivement, inéluctablement, fatalement dans cette organisation capitaliste !

La formation de la société communiste ressemblerait à un gâteau sortant du moule, comme un flanc renversé sur l’assiette de l’Histoire, et la fin des expropriateurs, de la bourgeoisie prétendue, est le terme d’une expropriation générale : le tyran tombe, comme l’on a vu de Khadafi, mais entouré de tyranneaux multiples, comme des vers autour du cadavre, ou les fourmis légendaires autour de celui de Salomon, appelant un pouvoir supérieur et étranger, à leur aide, car la Révolution née de leur faiblesse, l’a accrue davantage ! Ils ont, en fait, renversé leur propre liberté réelle, qui était leur indépendance, comme une entrave réactionnaire, au nom de la liberté absolue même ! A savoir d’une liberté sans objet, tournée en férocité et anarchie insupportable, du genre de ce que le professeur de Marx, le souabe devenu berlinois l’illustrissime Hegel (1770-1831) a expliqué, dans la transformation de la raison révolutionnaire en Terreur jacobine.

Nombreux sont les déçus ou les exclus du système soviétique qui ont parlé, publiant des romans, de la faillite du régime marxiste, de la doctrine même ; soit, mais nous assistons à l’entrée dans les plus hautes sphères du commandement de notre société, formant, comme on l’écrivait au 19e siècle, « la crème » de celle-ci, de gens formés dans la discipline marxiste, tels M. Barroso, dans l’Union Européenne, le new-yorkais M. Wolfowitz, marxiste bolchevisant de l’université de son père, à Chicago, et devenu secrétaire d’État adjoint à la défense, puis président de la Banque mondiale du 1er janvier 2005 jusqu’à sa démission pour népotisme, le 17 novembre 2007, dont la seconde épouse, j’ajoute, est une féministe libyenne, M. Jospin et combien d’autres, tous anciens « maoïstes » ou trotskistes, qui se recyclent sans cesse dans ce type d’organisation mondiale ! Des contestataires à la tête du système et des armées !
Ils ne servent pas des intérêts étrangers à leur idéologie, mais au contraire s’adaptent à ce que leur idéologie leur a fait découvrir, ont le sentiment d’être les prophètes d’une Jérusalem nouvelle dont ils savent assister à la reconstruction du Temple !
Le communisme n’est pas l’œuvre de Marx, mais la constatation de Marx ! Nuance !

Quel est donc ce mouvement analysé, constaté non inventé par Marx qui permet à cette crème, redisons le terme, de reposer tranquillement sur ce qui est par ailleurs décrit perpétuellement comme menacé, en faillite, ou au bord d’un abîme, tel un gâteau qui coule : il faut remarquer que le terme commun à toutes ces administrations politiques, du « Bilderberg » aux Antimondialistes qui se battent sur le même terrain pour le rendre plus juste ou égalitaire – selon le slogan maçonnique triséculaire d’égalité, « l’égalité ou la mort », formule première républicaine française, qui a fait et fera, comme en Syrie d’aujourd’hui, couler tant de sang innocent -, est celui de « monde » : nations, familles, parenté naturelle, propriété privée, défense des frontières, lutte contre l’industrialisation outrancière, protection animale, médecine naturelle, etc. sont jugés réactionnaires, dépassés par un mouvement ; car il s’agit bien d’un mouvement à accompagner, puisque la tâche assignée à l’homme moderne n’est plus celle de lire des signes dans la nature, comme Siegfried, dans le poème musical de Wagner, interprète le chant des oiseaux, mais de la transformer, de virer tous les pigeons de Paris, en somme ; car cette transformation se fait selon une direction unique, nécessaire, impulsée par un moteur déjà en activité, celui des soi-disant révolutions populaires, bourgeoises ou prolétariennes, « citoyennes », colorées dirait l’ex communiste-milliardaire, et toujours militant, George Soros, mais dont l’action rejette tous les obstacles comme ceux indiqués : libre travail, attachement au sol, à l’artisanat, à la langue propre, à la pureté même classique de la langue, à la réflexion personnelle, à la lecture individuelle, au sentiment de la faute, y compris celle du goût etc. C’est l’art de se préserver contre ce mouvement univoque, mondial et se réclamant du progrès technique et scientifique, bref contre cette « volonté de puissance » que Nietzsche a exprimée, arrivé au terme d’une métaphysique occidentale, que, par exemple, feu Heidegger bien oublié aujourd’hui, sauf au pays des trois A ou du paysan du Danube, disait La Fontaine, entendait par « Dialogue avec le marxisme » (Gespräch mit dem Marxismus). Cet homme, au reste, doté d’un génie méditatif, poétique même, véritable mystère de la nature, aux yeux gris lumineux, parlant d’un « dieu en attente », comme les Chiites font du Mahdi occulté, avait une faculté d’observation paysanne que ses adversaires lui reconnaissaient, en le soupçonnant, comme me le déclarait l’ami Michael Benedikt, professeur ordinarius émérite, de l’Université de Vienne, qui l’approchait, d’être resté attaché à l’Ancien régime ! Rusé Souabe !

Que dit le Marxisme ? Ce qui « est » ! Que cet Etre ou étant soit recouvert d’illusions, de lourdeurs matérielles, il relève quand même, dira-t-on d’un athéisme, – mais Heidegger disait qu’à part certains poètes, comme Hölderlin ou Nietzsche - la foi réelle en Dieu était vide en Occident ou ce qui lui ressemble par extension de l’idée du « monde », et rien que métaphysique, car déracinée de ce qui fait vivre la foi, comme plante au jardin, le sol, l’être-là ! Le Dasein, comme l’allemand dit l’existence, celle de Dieu, en premier. Métaphysique = éloigné ou fermé à la nature, à la physis, à la Création divine, à la propriété du sol !

C’est un être-là en devenir de spoliation, et qui ne rêve dans sa souffrance que de spolier à son tour, c’est cette existence que Marx montre épuisée comme peau de chagrin, les sentiments d’abord : beauté, force et intelligence sont désormais relatifs à l’argent devenu le dieu du jour. Qui peut s’y aveugler aujourd’hui ? Très caractéristique à cet égard est la télé réalité qui devient une invitation à la prostitution : le désir sexuel lui-même est inflationné comme toute autre tendance naturelle, non vers la reproduction de l’espèce (ce serait qualifié de racisme, de polygamie, d’obscurantisme, d’hétérosexisme etc., de mépris de l’art abstrait qui fait fi de l’espèce naturelle et des sources de la beauté ou santé de « l’âme du peuple »), mais la fortification d’une puissance magiquement illimitée dans laquelle toutes les valeurs se fondent, puissance autoritaire, mais en même temps insaisissable par les individus directement, ce qu’est Dieu pour le fidèle ordinaire, mais un « Dieu inconnu » ! De là les pages de Marx sur la « Question juive », qui scandalisent ceux qui ne voient ailleurs que libération dans toute forme de transgression, et ces pages sont une description, notez–le, de la vie contemporaine américaine, des sectes chrétiennes qui se vendent comme des produits de réclame, tout comme l’islamisme se diffuse par l’image et non plus par la méditation, ainsi qu’en témoignent les oratoires soufis détruits en Libye, comme hier les Bouddhas ou Wotans de pierre par les talibans ou étudiants formés, instruits par les USA sous le patriarche Brezinski, comme celui-ci s’en explique dans l’entretien au « Nouvel Observateur » du 15 janvier 1998 ! A lire ! [1]

Le rapport au traitement psychanalytique est lui-même conditionné à un rapport financier avec l’imposteur qui fait allonger ses clientes sur un divan ! Je paye donc je suis, et pour payer j’emprunte, donc par cela même que je ne suis pas réellement riche, je puis devenir plus riche encore que le bourgeois avare ou le paysan du bas de laine : ce n’est pas moi qui existe, qui suis là, mais la société de crédit qui m’achète en me prenant mon âme : la Grèce en somme déshabillée démocratiquement !

Devant tout ce système en Devenir, que peut la religion, la philosophie, la science même ? Rien, car la médecine, la physique s’inclinent devant une organisation technique proposant un homme non plus réel, mais converti, transformé en modèle abstrait, le fruit d’une magie noire que l’on fait vivre, par acharnement, selon une addition de produits dopants, d’image nocives et d’excitants, de musiques débilitantes ! Il est certain que l’orang-outan, qui absorbe sa vitamine C et est végétarien, a plus de vigueur et moins de dégénérescence que l’homme que nous croisons dans la rue, l’homme du Mac Donald que vous rencontrez à Lhassa aussi, au Tibet, aux pieds déformés par ses baskets, les poumons empoisonnés, le sang corrompu par l’eau même qu’il boit, pourrie de tous les déchets ! Le sportif est un homme acheté, il vaut tant ! La société multiplie des tentacules et pourtant l’homme se sent anéanti, quand il ne croit pas au progrès, de même que l’on console des Tunisiens en leur disant que la misère ou le chômage actuels, le loyer trop élevé, n’est que l’effet d’une société en transition, ouverte au monde, à cette armée du travail qu’est l’immigration, à l’ombre de la Banque d’Angleterre !

Et s’il n’est pas, étant âgé, assez convaincu, sa fille aussi chérie que Fatima au Prophète, lui sortira la formule d’une des « Thèses sur Feuerbach » écrite avec Frederick Engels, propriétaire d’usine à Manchester, « Jusqu’ici les hommes ont interprété le monde, alors qu’il s’agit de le transformer ». Un débris de l’armée heideggérienne pourra bien lui dire que pour transformer il faut une idée préalable, la jeune Fatima en jean-foulard coloré fabriqué en Asie, par des multinationales et des mains d’enfant, lui dira que cette idée existe, la démocratie, la capacité de faire ce que l’on ignore profondément, manger, boire et le reste, apprendre à compter sans avoir une idée du concept de nombre, penser sans peser, juste pour un job ! Le comment, jamais le pourquoi, comme disait Auguste Comte (1798-1857), qui créa la sociologie et dont Marx se moquait !
Le Socrate du « connais-toi toi-même », fiction ou réalité, relève là des extra-terrestres, et on lui demande d’entrer dans leur vaisseau, de reprendre la voie lactée ! De suivre le Christ en somme ! Les églises restant aux Pussy Riots sponsorisées ! Et Poutine, près d’Assad, et le Président chinois, ou Chavez crucifiés, en direct sur CNN !
Marx avait vu en Angleterre cette forme d’immigration de déracinement exigée par la concentration capitaliste, que l’on célèbre comme une « libération », une ouverture, un être-ensemble, selon le jargon des sectes politiques, et la voyait comme une armée de réserve du capital.
Il a vu l’accroissement de la productivité industrielle agraire, accompagnant la surpopulation favorisée, désertifier les ¾ de l’Angleterre ! Que ne verrait-il en France ! Que dirait-il de l’Amérique latine dont la population est quasi urbaine ?
Ceci est trop connu pour être cité, sauf que des détails de jugements de Marx sont à montrer, pour dire qu’il fut visionnaire, comme un Jack London dans le Talon de Fer (Iron Heel) le fut, et les deux de l’Amérique : « Qu’est ce que tu retiens de l’Amérique ? Le crash financier qui ne peut pas être évité par ces dispositions de papiers monnaies, paraît proche » écrit de Manchester, Engels à Marx à Londres, le 16 octobre 1862, durant la guerre de Sécession, et Marx de répondre le 5 novembre : « En ce qui touche la finance, les United States savent depuis l’époque de la guerre d’indépendance et nous le savons par ce qu’on voit en Autriche, combien on peut aller loin dans la dépréciation du papier monnaie. […] L’insanité proprement dite de la chose se résout en dette d’Etat, en échange de quoi jamais l’exact équivalent n’a été obtenu, se convertit en une prime pour l’affairisme et la spéculation. » La note de l’édition allemande précise que ce taux d’intérêt versé par l’Etat aux banques était, pour mener sa guerre, de 29% ! [2]

Notes

[2Karl Marx Friedrichs Engels Werke, Band 30, Dietz Verlag, Berlin,851pp. ,p.289,291 Was hälst Du von Amerika ? Der finanzielle Crash, der bei diesen dummen Papiergeldmassregeln nicht ausbleiben kann,scheint nahe. //…Was das Finanzielle betrifft, so wissen die United States aus der Zeit desUnabhänkigkeitskriegs und wissen wir aus österreichischer Anschauung,wie weit man mit depreziirtem Papiergeld gehen kann…Das eigentliche Unheil der Sache löst sich in eine Staatschuld auf,wofür nie das richtige Äquivalent erhalten worden,und in ein premium for jobbing and speculation…“

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site