Geopolintel

Le ministère russe de la Défense affirme avoir des preuves de l’existence de « laboratoires de recherche sur les armes biologiques » financés par les États-Unis en Ukraine.

lundi 7 mars 2022

L’agence de presse russe RIA Novosti a publié des documents que le ministère de la Défense présente comme la preuve que l’Ukraine a entrepris des recherches dans des laboratoires biologiques financés par les États-Unis, qui pourraient être utilisées pour la fabrication d’armes biologiques.

Le major général Igor Konashenkov, un représentant officiel du ministère russe de la Défense, a fourni ces informations aux journalistes. Moscou a déclaré que les documents, qui proviendraient d’employés de laboratoires biologiques ukrainiens, confirmaient que « des composants d’armes biologiques étaient développés en Ukraine, à proximité immédiate du territoire russe »

« Au cours d’une opération militaire spéciale, on a découvert une opération de nettoyage d’urgence par le régime de Kiev concernant des traces d’un programme biologique militaire mis en œuvre en Ukraine, financé par le ministère américain de la Défense, »
M. Konashenkov.

« Nous avons reçu des documents par les employés des laboratoires biologiques ukrainiens concernant la destruction en urgence d’agents pathogènes particulièrement dangereux le 24 février - les agents responsables concernent la peste, l’anthrax, la tularemie, le choléra et d’autres maladies mortelles »

https://fr.scribd.com/document/5629...;from_embed

Le ministre ukrainien de la Sécurité sanitaire ( Viktor Liashko ) dans le cadre de l’introduction de la loi martiale en Ukraine le 24 février 2022, conformément à l’ordonnance présidentielle ukrainienne du 24.02.2022, n° 64/2022 demande d’assurer la destruction d’urgence des agents biologiques pathogènes utilisés pour assurer le système de gestion de la qualité des laboratoires dans l’ordonnance ci-jointe : annexe sur 2 feuilles. en 1 approx. «  »L’ordre d’exécution de la destruction urgente des agents biologiques pathogènes qui sont utilisés pour le maintien du système et de la gestion de la qualité des laboratoires en cas d’émergence d’un caractère militaire extraordinaire" :

Cet arrêté détermine le mécanisme de réalisation de la destruction d’urgence des agents biologiques pathogènes, qui sont utilisés pour assurer le système de gestion de la qualité des tests de laboratoire (ci-après - agents biologiques pathogènes), en cas de situations militaires.
Pour la mise en œuvre opportune des mesures visant à la destruction des agents biologiques pathogènes en cas d’urgence, les chefs des centres de contrôle et de prévention des maladies relevant du ministère de la Santé de l’Ukraine, les centres de laboratoire relevant du ministère de la Santé de l’Ukraine, et les agences gouvernementales « Institut ukrainien de recherche anti-peste portant le nom de I.I. Mechnikov du ministère de la Santé de l’Ukraine » et les institutions publiques du « Centre de santé publique du ministère de la Santé de l’Ukraine » :

1. Approuver les plans de destruction d’urgence des agents biologiques pathogènes en cas d’urgence militaire ;

2. Déterminer les autorités responsables de l’émergence des urgences militaires ;

3. Prévoir la création de réserves de fonds pour la destruction d’urgence d’agents biologiques pathogènes et en cas d’urgences de nature militaire.

3. [Les institutions qui détiennent des séries de travail d’agents biologiques pathogènes pour assurer le système de gestion de la qualité des tests de laboratoire, doivent les détruire par désinfection (ci-après - désinfection) ;)

4. La désinfection des agents biologiques pathogènes est effectuée par certaines personnes en réadaptation ayant un enseignement secondaire ou secondaire spécialisé, qui... ont été formées à la biosécurité et à la bioanalyse en laboratoire et ont une expérience de travail avec des agents biologiques pathogènes.

5. La désinfection des agents biologiques pathogènes est effectuée par autoclavage avec respect obligatoire des régimes pertinents et contrôle conformément aux exigences de la réglementation applicable ;

6. Dans le cas où il est impossible d’utiliser un autoclave, la désinfection des agents biologiques pathogènes est effectuée par des désinfectants appropriés ou par ébullition ;

7. Les résultats de la désinfection sont inscrits dans le registre de contrôle, le travail des stérilisateurs à air et à vapeur (autoclave), formulaire n° 257/0, approuvé par l’arrêté du ministère de la Santé de l’Ukraine du 4 janvier 2001 n° 1 « Sur l’état des formulaires de la documentation comptable médicale utilisée dans les laboratoires des institutions médicales et préventives » (avec modifications).

8. L’élimination du matériel décontaminé sera décidée conformément aux procédures internes approuvées par l’institution.

De façon critique, le document énumère ensuite les cultures qui doivent être détruites :

C. diphtheriae gravis tox - 0-1101
C. diphtheriae mitis tox- 203 AG
C. pseudeodipthericum 02-92 z (9-61)
C. diphtheriae tox +NCTC 10648
C. diptheriae tox - NCTC 10356
C. xerosis NCTC 12078
B. liheniformis "C
B. stearothermophilis BKM-B-718
S.aureus.subsp.aureus ATCC 25923
E Coli (Beta)
P.aeruginosa ATCC 27853
K. penumoniae K-56 3534.51

Le document semble être signé par le chef des laboratoires microbiologiques, Karlivsky V.P., ainsi que par Nadiya Kushka, Lyubov Bobritska, Tetiyana Shebchenko et Peter Vasiliev.

L’article cite le Kyiv Post :

Selon le SBU, en 2005, le ministère de la Santé de l’Ukraine et le département de la Défense des États-Unis ont signé un accord-cadre visant à prévenir la diffusion de technologies, d’agents pathogènes et de connaissances pouvant être utilisés dans le développement d’armes biologiques. Dans le cadre de cet accord, un certain nombre de laboratoires d’État situés dans les régions d’Odessa, de Kharkiv, de Lviv, de Kiev, de Vinnytsia, de Kherson et de Dnipropetrovsk ont été modernisés (travaux de réparation, mise à jour des équipements, achat de fournitures, etc.)

« Nous soulignons que ces laboratoires sont financés par le budget de l’État et qu’ils sont subordonnés au ministère de la Santé et au service d’État chargé de la sécurité alimentaire et de la protection des consommateurs », a déclaré le SBU.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site