Geopolintel

McKinsey et l’identité numérique

vendredi 1er avril 2022

Les phases de confinement ont révélé l’utilité de travailler et de communiquer via les applications digitales. Ce concept de digitaliser la vie c’est Mckinsey qui s’en occupé au sein de l’Etat français, d’où l’inutilité des fonctionnaires en place.
Le recours à Mckinsey est devenu stratégique et vital pour installer l’architecture technocratique du Grand Reset dans nos structures de gouvernance.

Cédric O Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique

The Good Life : Qu’est-ce qui a changé au cours de la dernière décennie ?
Cédric O :

  • L’état d’esprit des jeunes entrepreneurs a changé. Je ne suis pas si vieux que ça [38 ans, NDLR], et pourtant ma génération avait une approche différente. Après la première génération des « fondateurs », essentiellement Dassault Systèmes et Worldline, puis celle des pionniers que sont Veepee, Criteo, Talend, etc., la nouvelle génération est totalement désinhibée par rapport à la réussite. Cette génération s’est nourrie des modèles des « hyperscalers » américains et elle ambitionne de faire la même chose. Quand je suis sorti d’HEC, en 2006, tout le monde voulait aller chez McKinsey ou Goldman Sachs.

L’identification numérique, ou « digital ID », peut être authentifiée sans ambiguïté par un canal numérique, débloquant ainsi l’accès aux services bancaires, aux prestations gouvernementales, à l’éducation et à de nombreux autres services essentiels. Les risques et le potentiel d’abus de l’identification numérique sont réels et méritent une attention particulière. Lorsqu’elle est bien conçue, l’identité numérique permet non seulement l’autonomisation civique et sociale, mais aussi des gains économiques réels et inclusifs - un aspect moins bien compris de la technologie. Dans cette recherche, nous développons un cadre pour comprendre l’impact économique potentiel de l’identification numérique, en nous appuyant sur une analyse de près de 100 façons d’utiliser l’identification numérique au Brésil, en Chine, en Éthiopie, en Inde, au Nigeria, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Dans nos sept pays cibles, l’extension de la couverture complète de l’identification numérique pourrait débloquer une valeur économique équivalente à 3 à 13 % du PIB en 2030, avec un peu plus de la moitié de la valeur économique potentielle revenant aux individus. La réalisation de cette valeur n’est en aucun cas certaine ou automatique - elle nécessite de multiples cas d’utilisation à forte valeur ajoutée et des niveaux d’utilisation élevés - et toutes ces sources potentielles de valeur économique ne se traduisent pas forcément en PIB. Pourtant, avec une conception soignée du système et des politiques visant à promouvoir l’adoption et à atténuer les risques, l’identification numérique pourrait être une clé puissante de la croissance inclusive, offrant une valeur économique quantifiable aux individus, en plus d’avantages non économiques importants.

McKinsey

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site