Geopolintel

Ugur Sahin, patron de BioNTech, prévoit la nécessité de mettre à jour les vaccins Covid l’année prochaine

mardi 5 octobre 2021

Ugur Sahin le directeur de BioNTech SE (société allemande qui a développé le premier vaccin Covid) a déclaré :
« Un nouveau vaccin Covid sera probablement nécessaire d’ici l’année prochaine pour protéger les personnes contre les futures mutations du coronavirus. »

Ugur Sahin, cofondateur et directeur général de BioNtech, a déclaré au Financial Times que les variants actuels du Covid, tels que la souche delta, ne sont pas assez différents pour remettre en question la vaccination. Cependant, de nouvelles souches apparaîtront, capables d’échapper aux injections de rappel et aux défenses immunitaires de l’organisme.

Il a déclaré que cette année, un vaccin différent n’est absolument pas nécessaire, « mais au milieu de l’année prochaine, la situation pourrait être différente ». Il s’agit d’une évolution continue, et cette évolution ne fait que commencer".

BioNTech s’est associé au géant pharmaceutique américain Pfizer pour développer son vaccin contre le coronavirus.

Le mois dernier, les deux sociétés ont soumis aux autorités de réglementation américaines des données initiales sur l’utilisation du vaccin chez les enfants âgés de 5 à 11 ans, ce qui constitue un pas de plus vers la vaccination des enfants.

Financial Times

Une étude suggère que les anticorps de Pfizer/BioNTech disparaissent chez de nombreuses personnes au bout de sept mois.

Selon le PDG de Biontech, un rappel de COVID sera probablement nécessaire d’ici la mi-2022 pour se protéger contre les futures mutations du virus.
Six mois après avoir reçu la deuxième dose du vaccin à deux doses de Pfizer Inc. et BioNTech SE, de nombreux patients ne possèdent plus les anticorps induits par le vaccin capables de neutraliser immédiatement les variantes inquiétantes du coronavirus.

Bali Pulendran de l’Université de Stanford et Mehul Suthar de l’Université Emory ont déclaré par courriel :

  • « Notre étude montre que la vaccination avec le vaccin Pfizer-BioNtech induit des niveaux élevés d’anticorps neutralisants contre la souche vaccinale originale, mais que ces niveaux diminuent de près de 10 fois en sept mois » après la dose initiale."

Dans la moitié des cas, les anticorps neutralisants qui peuvent bloquer l’infection contre les variants du coronavirus telles que Delta, Beta et Mu étaient indétectables six mois après la deuxième dose.

Les anticorps neutralisants ne sont pas la seule défense du système immunitaire contre le virus. Néanmoins, ils « sont d’une importance capitale dans la protection contre l’infection par le SRAS-CoV-2 », ont déclaré Pulendran et Suthar.

  • « Ces résultats suggèrent que l’administration d’une dose de rappel environ 6 à 7 mois après la vaccination initiale renforcera probablement la protection contre le SRAS-CoV-2 et ses variants. »

Booster

Ugur Sahin, a déclaré qu’une nouvelle formule serait probablement nécessaire d’ici la mi-2022 pour se protéger contre les futures mutations du virus.

National Post

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site