Geopolintel

Jérôme Salomon donne l’autorisation de nous vacciner contre notre volonté

dimanche 23 mai 2021

ALERTE INFO - Un variant « très rare » a été découvert à #Bordeaux. Tous les habitants majeurs du quartier de #Bacalan vont être vaccinés en urgence « si possible ce week-end ou au pire en début de semaine prochaine ». (AFP/BFMTV)

Le « variant bordelais » valide la « vaccination en anneau » voulue par le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale.

Jérôme Salomon, notre vicelard de service qui égrenait le nombre de mort chaque soir pour terroriser le peuple français vient de décider de la vaccination en anneau.
C’est l’aboutissement de l’appellation « cas contact ».
Maintenant on va vacciner comme le ferait l’inquisition.
Ces satanistes ne reculeront jamais, nous avons touché le point ultime de la liberté individuelle.
Chacun pourra fêter cette nouvelle arme de destruction massive au restaurant en terrasse, tout en croyant que le pouvoir politique avait validé la sortie de la crise sanitaire.

Vaccination covid : la mission de McKinsey à nouveau prolongée par l’État

Nouvelle rallonge. McKinsey, qui intervient auprès du ministère de la Santé depuis le 30 novembre 2020 pour assister l’État dans le déploiement de la campagne vaccinale contre le coronavirus, voit sa mission à nouveau prolongée, selon les informations des Échos.
Cette mission devait mobiliser au départ une quinzaine de consultants puis monter jusqu’à vingt-cinq d’ici la fin février. Elle avait déjà été prolongée jusqu’au mois d’avril.

Ceux qui doutent encore du côté malsain de ce cabinet de la CIA feraient mieux de demander pourquoi Mckinsey est intervenu partout dans le monde pour gérer la politique vaccinale.

Marie BUSSON Directrice de Projet MCKINSEY & COMPANY France
Marie Busson est Directrice de Projet au sein de McKinsey & Company, au sein duquel elle développe le hub Santé.
Marie accompagne des clients Santé le long de la chaîne de valeur, depuis les entreprises pharmaceutiques, les établissements de soin, les fournisseurs de services de santé, jusqu’aux systèmes de santé.
Elle a consacré les 3 dernières années à accompagner ses clients sur le sujet de l’amélioration de l’expérience praticiens et patients grâce au digital et à la data.
Marie est diplômée de l’École nationale supérieure des Mines de Paris (cycle Ingénieur civil).

La vaccination prévue contre la COVID-19 étant de masse, cet événement pourrait affecter un grand nombre de personnes et ses conséquences seraient alors désastreuses pour certaines populations qui par ailleurs ne seraient pas forcément touchées par la COVID-19 !

Les dispositifs médicaux légalement mis sur le marché à compter du 26 mai 2021, peuvent continuer d’être mis à disposition sur le marché ou mis en service jusqu’au 26 mai 2025, date du plan « Médecine France génomique 2025 » du séquençage à très haut débit du génome humain qui fonde la médecine génomique, dite aussi « personnalisée ».

Covid-19 : avis favorable du COSV à la vaccination en anneau

Dans un avis partagé le mercredi 19 mai sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé, le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) présidé par Alain Fisher défend la mise en place d’une nouvelle modalité de vaccination dans le cadre plus général de la lutte contre le Covid-19 : la vaccination en anneau.

Définie par l’Académie de Médecine comme une stratégie consistant « à vacciner tous les individus ayant été en contact avec un sujet présentant une infection confirmée, ainsi que toutes les personnes en contact avec ce premier cercle de sujets contacts », elle présenterait plusieurs avantages. Si elle ne permet pas de prévenir l’infection des cas contacts, le temps d’incubation du virus étant en moyenne de 5 jours contre 10 à 12 jours pour l’induction de la réponse immunitaire par le vaccin, elle pourrait en revanche contribuer « à induire une immunité plus robuste à même de limiter la sévérité de l’infection et peut-être de réduire la durée de la phase de contagiosité » chez ces personnes, note le COSV.

La vaccination en anneau s’avèrerait particulièrement efficace au sein des collectivités, et notamment dans les établissements hospitaliers et médico-sociaux, pour rompre le plus tôt possible les chaînes de contamination, précise-t-il également. Cet avis fait écho à celui prononcé par la Haute Autorité de Santé au début du mois de mai sur l’importance de vacciner l’entourage des personnes les plus fragiles face au virus.

Sollicité sur la question par le COSV, l’épidémiologiste américain Ira Longini juge pertinente cette stratégie, qui a déjà fait ses preuves contre d’autres maladies infectieuses, telles qu’Ebola : « Je pense qu’une version de la vaccination en anneau, c’est-à-dire la vaccination rapide des contacts des cas index et des contacts de ces contacts, serait efficace pour contrôler la transmission à l’échelle locale. Je suis également d’accord sur le fait qu’une version de la vaccination en anneau qui inclurait la vaccination rapide de COVID-19 dans des groupes de communautés, ce qui est en fait une vaccination en anneau + tous les autres membres d’un groupe, serait très efficace. » Notant par ailleurs que la mise en place d’une telle stratégie de vaccination devrait s’accompagner d’une évaluation de son efficacité, le COSV souligne que seuls les vaccins à ARN messagers pourraient être utilisés, notamment car ils induisent plus rapidement une réponse immunitaire chez les personnes vaccinées, et ce d’autant plus que l’AstraZeneca demeure déconseillé pour les moins de 55 ans. Enfin, l’avis du Conseil se veut rassurant sur les risques d’effets secondaires des vaccins sur les personnes infectées, indiquant qu’il n’y a pas « de risque identifié pour les personnes qui seraient vaccinées au cours de leur période d’incubation ». Se poserait la question de l’approvisionnement des doses nécessaires à cette activité non-programmée si la stratégie était adoptée.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site