Geopolintel

La Chine nie avoir soumis des diplomates américains à des tests anals COVID-19

vendredi 26 février 2021

Pekin — La Chine a nié jeudi avoir soumis des diplomates américains à des tests anaux COVID-19 suite à des rapports de Washington indiquant que son personnel a été contraint de se soumettre à cette procédure.

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré aux journalistes lors d’un briefing que « la Chine n’a jamais demandé à des diplomates américains en Chine de se soumettre à des tests de dépistage par frottis anal ».

Un porte-parole du Département d’État américain a déclaré que Washington était « déterminé à garantir la sûreté et la sécurité des diplomates américains et de leurs familles tout en préservant leur dignité, conformément à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ainsi qu’aux autres dispositions pertinentes du droit diplomatique ».

Le Washington Post a rapporté la semaine dernière que certains membres du personnel américain avaient déclaré au département qu’ils avaient été soumis à des tests anaux.

La Chine a appliquée cette procédure parce qu’elle serait plus précise que les prélèvements nasaux ou buccaux.

La Chine n’a pas signalé de nouveau cas local de COVID-19 depuis plus d’une semaine, mais a maintenu des tests stricts, en particulier pour les personnes arrivant de l’étranger. Les diplomates et les étrangers bénéficiant d’un statut spécial sont exemptés de l’interdiction d’entrer dans le pays pour la plupart des étrangers.

ABC News

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site