Geopolintel

Le jour d’après… le déconfinement

mardi 5 mai 2020

Le déconfinement hexagonal est comme toute ligne d’horizon, il recule sans cesse. L’état d’urgence sanitaire vient d’être prorogé jusqu’au 23 juillet. Et après  ? Bientôt les Français, à l’exception des banlieues chaudes dont les lieux de culte seront réouverts le 11 mai au contraire des églises, seront les seuls à demeurer séquestrés à domicile… Dans le cas explicite où ils ne feraient pas montre de suffisamment de discipline, c’est-à-dire de docilité. Un comble pour une nation où une majorité se voulait «  Charlie  »  ! Le Premier ministre s’est fait clairement menaçant à ce sujet. Ces gens se sont octroyé les pleins pouvoir en invoquant une menace qu’à l’arrivée il faut bien qualifier de relativement imaginaire… Mais il serait inconvenant de se laisser aller à penser qu’il pût s’être agi de grandes manœuvres de contrôle mental de masse à échelle planétaire. Et pourtant la dictature sanitaire à pour foyer rayonnant Genève, siège de l’Organisation mondiale de la Santé, et non Wuhan source supposée de la pandémie coronavirale. De ce point de vue, le temps semble venu d’établir le bilan, ne fût-il que partiel, d’une crise dont nous pouvons en tirer déjà quelques enseignements quant à la dérive subrepticement totalitaire de certaines démocraties occidentales.

3 mai 2020

À ce titre, nous apprenons incidemment que les Hollandais à l’instar des Allemands, des Suisses, des Autrichiens, des Danois n’ont jamais été véritablement soumis à des mesures strictement restrictives1. Tandis que nous autres, pauvres de nous, le fûmes, et durement encore  ! Une crise sanitaire particulièrement bien venue pour souffler la flamme d’une année de fronde des Gilets jaunes et faire oublier les mois qui suivirent de paralysie sociale et économique orchestrée par des syndicats compradors. Des organisations fantômes subventionnées par les deniers publics pour mieux détourner et dévoyer la légitime colère populaire dans le but de lui faire endosser des revendications relatives au maintien de privilèges corporatistes exorbitants… tels la retraite à 55 ans et à 3000 € en moyenne pour les agents de la SNCF2.

Un ébouriffant échafaudage de trucages statistiques

Cette odieuse politique de privation collective de liberté repose en effet sur un échafaudage de trucages assez ébouriffant… qu’on en juge  ! Le Monde rapportait discrètement le 2 mai l’analyse de Jean-Marc Robine, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, selon laquelle - contrairement à ce qu’en dit Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé et porte-parole officiel de son département ministèriel durant la crise sanitaire – que la majorité des décès proviennent des “établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes” : « En France, le 29 avril, le bilan cumulé de l’épidémie s’élevait à 15.053 décès à l’hôpital et 9.034 dans les EHPAD, soit 24.087 personnes. Cette présentation revient à négliger le nombre important de résidents malades des EHPAD qui sont envoyés pour être soignés dans un service hospitalier et y finissent leur vie. On en dénombrait 3.121, toujours au 29 avril. Ce qui signifie qu’en réalité, 12.155 résidents d’EHPAD sont morts de cette épidémie, c’est-à-dire plus de la moitié de la totalité des décès ! Et ce phénomène s’observe depuis le 17 avril [date à laquelle les autorités ont commencé à comptabilisé ces morts hors hôpital]. Les résidents des EHPAD sont en fait les plus touchés ».

Conclusion, l’On a confiné à tour de bras une nation entière, sans aucune distinction de contagiosité individuelle, ni par région, classes d’âge ou de métiers, paralysé et endommagé l’économie, terrorisé la population alors que le virus s’attaquait (ce que font tous les virus depuis des lustres) majoritairement (outre ceux qui présentaient des caractères de vulnérabilité, en raison notamment d’une ou plusieurs comorbidités) à de très vieilles personnes dépendantes placées en EHPAD  !

Dans le même ordre d’idée, le Dr. Dan Erickson établit que le taux de mortalité du virus est en Californie inférieur à 0.1% et que quantité de médecins se sont vus contraints - contre toute évidence - de porter des diagnostics de Covid19… S’y ajoute que les unités de soins intensifs dans de nombreux états américains seront restés largement sous-occupés tout au long de la crise. Sur la base des taux de tests positifs, le Dr Erickson a ainsi calculé qu’en Californie, le taux de létalité du Covid-19 serait actuellement de 0,03%  ; 0,05% en Espagne  ; 0,09% en Suède et 0,1% dans l’état de New York, sachant que le taux de létalité de la grippe aux États-Unis est d’environ 0,13%  ! Dans ces conditions la probabilité de survivre au coronavirus (avec ou sans symptômes apparents) serait supérieure à 95% [25avr/swprs.org/a-swiss-doctor-on-covid-19/#latest]  !

La crise a aussi actualisé des tendances à la sécession déjà latentes en Amérique et singulièrement aujourd’hui dans une Californie (représentant en 2018, 14,5 % du Produit intérieur brut des États-Unis, ce qui la situe au cinquième rang de la puissance économique mondiale) peu encline à se soumettre inconditionnellement aux oukases de l’État profond global et de son bras-armé sanitaire, l’OMS. En raccourci, les Californiens n’hésitent plus à parler ouvertement de s’affranchir une fois pour toutes de la tutelle de Washington… Le “Los Angeles Times”, deuxième support de presse des États-Unis (après le New York Times) ne craint pas de titrer qu’une « chose est à présent parfaitement claire… Le temps est venu de démembrer l’Union  »  !3

État-Nations ou melting pot européiste

Nous devrions en prendre de la graine - ayant tiré les enseignements ad hoc de la vive expression des solidarités européennes durant la crise - et nous débarrasser de Bruxelles, revenir au Franc assorti d’une monnaie commune, jeter aux orties les mortelles billevesées européistes qui ont conduit les eurocrates, au plus fort de la crise, le 28 avril, à finaliser un accord de total libre-échange avec le Mexique…  Au terme duquel 20.000 tonnes de viande bovine (jusqu’à aujourd’hui interdites d’importation en raison de leur non-conformité aux normes sanitaires de l’Ue) pourront être importées chaque année, au grand dam évidemment des agricultures locales. Cela à un moment où, paraît-il, nous aurions grand besoin de moins de dépendance économique hors frontières. Dans de circonstances où il s’agirait de relocaliser d’urgence nos productions, de nous abstenir de détruire nos secteurs vitaux dont la disparition vient de se faire cruellement sentir, ceci afin d’assurer notre sécurité sanitaire et alimentaire et finalement, revenir à une saine autosubsistance… Au demeurant, la Commission de Bruxelles nous assène, sous les applaudissements de la République en Marche et des Républicains unis comme toujours dans l’aberration, que «  l’autonomie stratégique ne signifie pas que nous devions faire de l’autosuffisance notre objectif  ». Ah bon  ! Et pourquoi non  ? En 1968, les porcs bretons crevèrent de faim parce que nos bons amis d’Outre-Atlantique avaient mis un embargo sur les tourteaux de soja. De toute évidence, nous autres Européens, n’avons jamais rien compris, ni appris.

À propos de cette Union autolytique (suicidaire), l’économiste Charles Gave déplore opportunément : «  Pourquoi avons-nous abandonné nos souverainetés sur notre Droit, nos frontières, notre monnaie, notre budget ? Et au nom de quoi exactement [nos gouvernements] prélèvent-ils des impôts sur nous  ? [Au cours de la crise] les seuls à avoir agi ont été les états représentant des nations, cela en fermant les frontières avec leurs voisins, en interdisant les exportations de produits médicaux afin de les garder pour eux… ce qui est d’ailleurs interdit par les traités, mais bénéficiait du soutien total des populations concernées… L’idéologie européenne vient de connaitre sa Bérézina. Bruxelles a perdu toute légitimité et l’effondrement de la légitimité précède toujours les disparitions politiques4 » [institutdeslibertes.org30mars20]. Le ciel l’entende, mais n’est-ce pas lutter contre des forces marémotrices  ?


Qui est responsable voire coupable de ce gâchis ?

Les uns accusent la Chine, sans pour autant la soupçonner d’avoir déclenché ce séisme pour mieux vendre ses masques, ses substances médicamenteuses de base, ses génériques, avec en objectif de lui présenter la facture… salée ! Dans cette optique, l’état du Missouri porte plainte contre la Chine pour avoir caché ou tardé à révéler la gravité de l’épidémie. La Chine pop s’étant rendue coupable de mensonge (par minoration si ce n’est par omission) doit être sanctionné [boursorama.com27avr20]. A contrario, Pékin se démène comme un beau diable et accuse les États-Unis d’avoir apporté la pandémie dans leurs sacs de sport à l’occasion des Jeux militaires mondiaux, lesquels se sont déroulés à Wuhan fin octobre 2019, juste avant le déclanchement de la crise sanitaire mondiale. Bref, l’on se renvoie la balle, la rumeur court, sur fond de recherches interdites et de guerre biologique secrète, de fuite virale inopinée, de trahison et tutti quanti.

La Commission européenne, cédant aux pressions de Pékin, a retardé la publication puis remanié un rapport qui épinglait les efforts de la Chine en vue d’échapper à ses responsabilités dans la diffusion du coronavirus. La bureaucratie communiste aurait en effet brandi la menace d’arrêter les exportations médicales vers l’Europe [SouthChinaMorningPost25avr20] si le rapport n’était pas amendé, tandis que diplomates du Nouvel empire du Milieu menaient une très active campagne de communication du type “Wolf Warrior” (Le Guerrier loup), reprenant le titre d’une série populaire nationale-patriotique5 afin d’imposer son narratif quant aux tenants et aboutissants de la crise. Il est à noter que le 15 avril, le Bild-Zeitung, avançait que Pékin devrait indemniser l’Allemagne à hauteur de 150 milliards d’euros à la louche pour les dommages économiques causés par la pandémie (dont 50 mds pour les petites et moyennes entreprises et 24 mds de manque à gagner pour le tourisme…) !

L’article, sous la plume de Julian Reichelt, rédacteur en chef du Bild, se présente sous la forme d’une lettre ouverte au président Xi et se concluait par ces mots  : « Vous régnez par le contrôle. Vous ne seriez pas président sans ce contrôle. Vous surveillez tout et chaque citoyen, mais vous refusez de contrôler les marchés d’animaux vivants et malades de votre pays… Vous mettez en danger le monde entier »  ! Pour notre part que pourrions-nous dire de nos dirigeants, qui nantis de la force injuste de la loi et d’un appareil policier extensif, confine le pays, déclare la «  guerre  » à un virus – comme en 2016 la guerre au terrorisme – et, se poussant du col, veulent apparaître comme des sauveurs alors qu’ils ne sont que les organisateurs du chaos… un profond désordre social et économique parfaitement évitable si ce n’avaient été les désastreuses carences intellectuelles d’un exécutif composé en majeure partie d’imposteurs et de truqueurs.

 Apocalypse/Révélation

Car la France est un pays occupé de A à Z, au cas où vous ne vous en seriez pas aperçu  ! Un pays occupé par la canaille d’en haut et la racaille d’en bas. La première chérissant la seconde on se souvient de M. Macron en octobre 2018 à Saint-Martin, regardant une aimable et moite caillera avec les yeux de Chimène… Alors quoi de surprenant à ce que le Pays réel gronde et que tout parte à vau l’eau  ? La majorité des veautants a bien les élites qu’elle mérite… et qui lui ressemblent.

Le président de la République plurielle dans son élément et dans tous ses états

Ainsi donc des émeutes - pas de la faim, rassurons-nous - ont éclaté à Villeneuve-la-Garenne, Gennevilliers, Rueil-Malmaison, Meudon, Villepinte, Aulnay-sous-Bois, Neuilly-sur-Marne, Fontenay-sous-Bois, Pantin, Champigny-sur-Marne, Bonneuil-sur-Marne, Villejuif, Ivry, Corbeille Essonne, Noisiel, Les Mureaux, Montigny, Trappe et Sartrouville… «  mettant en cause de jeunes habitants des cités et des forces de l’ordre  »  ! On appréciera le «  mettant en cause  » ainsi que les forces de l’ordre renvoyées dos-à-dos avec les jeunes émeutiers. Marseille se tient mieux, non seulement en raison des bons soins prodigués aux malades par le Pr. Raoult. Notons à ce sujet que la cité phocéenne manque à l’appel des statistiques de morbidité de l’INSEE - et pour cause – de même qu’elle est absente de la rubrique des faits divers pour troubles dans les “quartiers” dits populaires. Des secteurs en l’occurrence tenus par d’avisés commerçants que la chienlit insupporte. Nous parlons évidemment des grossistes du narcotrafic transméditerranéen… Un élu régional des Bouches du Rhône, Philippe Vardon, remarquait très justement que «  cette crise n’efface pas le reste, mais qu’au contraire, elle le met en lumière  ».

Il est loisible d’imaginer ce que peut être ce «  reste  », la part non-dite, les sujets qui fâchent, les totems et les tabous, les vaches sacrées, les égaux plus égaux que tout autres au sein de nos sociétés qui sont « à ce point fragmentée qu’à la moindre crise tout explose. Dans une société unie, homogène la solidarité prime. En revanche, dans une société fracturée par l’individualisme et par le multiculturalisme, tout se traduit en tension et en affrontement  » [bv20avr19]. Oui, cela est bien vu et bien dit. Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur le rapport de cause à effet existant entre homogénéité ethnique et civisme ou discipline sociale ; Et puis l’occasion était trop belle pour ne pas s’en donner à cœur joie  : pendant que les pandores verbalisent le quidam qui promène son chien au-delà du périmètre autorisé, les djêunes défient une autorité qu’ils méprisent parce qu’ils ne la reconnaissent ni ne la craignent… Et puis n’est-ce pas M. Macron qui – leur passant une fois de plus la main dans le dos – leur expliquait à Alger, en février 2017, que les Babtous, les Céfrans, les Fromages ne sont qu’un ramassis de racistes et de criminels contre l’humanité6  ?

Pourquoi alors se montrer surpris si en l’espace de quelques jours deux attentats terroriste intervenaient dans un Hexagone aux frontières ouvertes à tous les vents mauvais du cosmopolitisme et à la nouvelle Internationale bigarrée de tous les lumpenprolétariats  ? Une attaque meurtrière au couteau à Romans-sur Isère, deux morts le 4 avri,l et une autre le 25 à la voiture assassine… Avec une BMW véhicule emblématique de ces nouveaux damnés de la Terre… De ceux qui prêtent allégeance à l’État islamique et clament leur volonté « de se lancer à corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l’ensemble de la Terre ». Pendant ce temps, le ministre Garde de sceaux, Mme Belloubet, se flattait de n’avoir élargi que vingt-cinq radicalisés parmi les trois mille détenus libérés par anticipation…Bravo  !

D’autres, tout aussi déterminés veulent, à l’instar du milliardaire Bill Gates, fondateur du géant de l’informatique Microsoft (un philanthrope de la même veine que George Soros, l’américano-magyar ou que le banquier germano-newyorkais Jacob Schiff, financier de Léon Trotski-Bronstein), qui le 8 avril dernier, dans un entretien accordé au Financial Times au sujet de la vaccination contre le Covid-19, avertissait solennellement que «  globalement, la vie ne reprendra son cours normal [après la vague pandémique] que lorsque la population mondiale aurait été entièrement vaccinée  »  ! Le terrorisme wahhabite d’un côté, la termitière mondialiste de l’autre. De quel côté penchera la balance entre les islamistes fanatiques sortis des terres arides du Nejd et les oligarchies transhumanistes de la Silicon Valley  ? Deux Systèmes en concurrence - ou en convergence – ayant déclaré une guerre sans merci à l’Humanité, afin de la normaliser de force, de la fondre et de la couler dans la matrice de leurs machines délirantes.

3 mai 2020

../Library/Containers/com.apple.mail/Data/Library/Mail%20Downloads/A73570C5-66F4-4AAA-945D-4F501E58DD5F/144-ProjetKO-vos%20papiers !.jpg

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site