Geopolintel

Coronavirus : Docteur Fauci, Mister Trump et Monsieur Raoult

dimanche 12 avril 2020

Dr. Fauci et l’urgence COVID-19 : Thérapies actuelles ou futurs vaccins ?

La rapidité avec laquelle la vie s’est arrêtée à la suite des décisions liées au coronavirus a stupéfié les citoyens du monde entier, générant des bouleversements sociaux et économiques importants. Parallèlement, la couverture médiatique du COVID-19 a suscité des niveaux d’anxiété et de peur sans précédent parmi le peuple, jetant les bases psychologiques qui permettront aux gens d’adopter avec enthousiasme des solutions médicales « magiques », même expérimentales. Aux États-Unis, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait monter la panique en nous, avertissant que l’Amérique pourrait devenir le nouvel « épicentre » du coronavirus.

Dans tout le pays, un débat fait rage sur la solution médicale à apporter à la nation et sur la façon de répartir les ressources disponibles. Nombreux sont ceux qui soutiennent, à juste titre, l’importance d’identifier des thérapies sûres, efficaces et abordables qui peuvent apporter une aide immédiate aux personnes malades. Le 22 mars, le New York Times a rapporté qu’il existe au moins 69 médicaments ou composés existants qui pourraient être efficaces pour traiter le coronavirus. En Chine, des chercheurs étudient la vitamine C par voie intraveineuse comme traitement potentiel non toxique, tandis qu’un article publié par des chercheurs français le 20 mars décrit les résultats prometteurs de COVID-19 obtenus grâce à l’utilisation non conventionnelle de l’hydroxychloroquine (un antipaludique) et de l’azithromycine (un antibiotique).

« ... les investissements tendent à aller vers des traitements prométeurs, nouveaux et brevetables plutôt que vers des méthodes classiques, éprouvées, qui réorientent les médicaments et les stratégies dont l’efficacité a déjà été démontrée. »

Un directeur de recherche français, Didier Raoult, MD, PhD, est l’un des meilleurs experts mondiaux en maladies infectieuses et en virologie, avec environ 2 000 publications évaluées par des pairs et de multiples récompenses à son actif. M. Raoult et ses collaborateurs affirment l’avantage majeur du « réemploi » des vieux médicaments pour le coronavirus est que leur profil de sécurité, leurs effets secondaires, leur dosage et leurs interactions médicamenteuses sont déjà bien connus. Cependant, Ian Lipkin, MD, de l’Université de Columbia, a récemment déclaré à MSNBC, avec sourire, que les investissements tendent à aller vers des traitements « prométeurs, nouveaux et brevetables » plutôt que vers « des méthodes classiques et éprouvées de réemploi des médicaments et des stratégies qui ont déjà fait leurs preuves ».

« M. Fauci est un fervent partisan des vaccins brevetables, capable d’attirer un financement gouvernemental massif pour des vaccins qui ne se concrétisent jamais ou qui sont spectaculairement inefficaces ou dangereux. »

La vieille rhétorique de Fauci

Pour les entreprises biopharmaceutiques qui sont sur le point de tirer profit des malheurs liés au COVID-19, les médicaments plus anciens qui ont dépassé la durée de validité de leur brevet ne sont pas très utiles pour les résultats. Serait-ce la raison pour laquelle le principal conseiller de la Maison Blanche en matière de coronavirus, le docteur Anthony Fauci, longtemps à la tête de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a récemment qualifié d’« anecdotiques » les preuves publiées concernant la chloroquine ? Fauci est un fervent partisan des vaccins « brevetables », capable d’attirer un financement gouvernemental massif pour des vaccins qui ne se concrétisent jamais ou qui sont spectaculairement inefficaces ou dangereux.

Par exemple, Fauci a déjà « misé un billet » pour le vaccin accéléré contre la grippe H1N1 (« grippe porcine ») sur YouTube, rassurant les téléspectateurs en 2009 sur le fait que les événements indésirables graves étaient « très, très, très rares ». Peu de temps après, le vaccin a fait des ravages dans plusieurs pays, augmentant les risques de fausse-couche chez les femmes enceintes aux États-Unis, provoquant un pic de narcolepsie chez les adolescents en Scandinavie et provoquant des convulsions fébriles chez un enfant vacciné sur 110 en Australie, ce qui a incité ce pays à suspendre son programme de vaccination contre la grippe chez les moins de cinq ans.

« Comme on pouvait s’y attendre, M. Fauci braque les projecteurs sur des vaccins contre les coronavirus qui sont risqués et incertains et qui pourraient ne pas être disponibles avant deux ans, plutôt que de donner la priorité aux thérapies à court terme dont les patients ont besoin en ce moment. »

En 2010, le sénateur et médecin Tom Coburn, MD, a critiqué Fauci pour avoir annoncé de manière frauduleuse « des progrès significatifs dans la recherche d’un vaccin contre le VIH ». Coburn a déclaré : "L’étude [Fauci] à laquelle il est fait référence est un essai clinique réalisé en Thaïlande qui a permis de découvrir qu’un vaccin était efficace à 31% pour prévenir l’infection du VIH. Malheureusement, les résultats de cette étude se sont avérés statistiquement insignifiants et les conclusions de l’étude ont suscité beaucoup de scepticisme. La plupart des scientifiques impliqués dans la recherche sur le sida pensent qu’un vaccin contre le VIH est plus éloigné que jamais... et pourrait ne jamais être possible. . . .”
Le sénateur Coburn a également noté que l’agence de Fauci avait dépensé plus de 5,2 millions de dollars sur une période de quatre ans pour de somptueux événements de « sensibilisation au vaccin contre le VIH ».

Sans le moindre soupçon d’embarras, cependant, Fauci est réapparu sur YouTube en 2016 pour promouvoir une fois de plus son programme de vaccination contre le VIH, en citant même les peu convaincant essais thaïlandais. Sa collecte de fonds représentant des milliards de dollars pour le vaccin Zika non abouti a suivi l même voie que le VIH. Et maintenant, Fauci met, comme on pouvait s’y attendre, l’accent sur des vaccins risqués et incertains contre le coronavirus, qui pourraient ne pas être disponibles avant deux ans, plutôt que de donner la priorité aux thérapies à court terme dont les patients ont besoin en ce moment même.

« ... des chercheurs de Harvard et d’autres institutions de sciences médicales ont émis des avertissements sur la propension des vaccins à produire des taux plus élevés d’effets secondaires, notamment une inflammation locale et systémique et des réponses auto-immunes inquiétantes. »

En pole position

Selon l’OMS, jusqu’à 35 vaccins COVID-19 sont en préparation, y compris des vaccins expérimentaux à ARN messager (ARNm) et des formulations qui fixent le coronavirus aux vaccins antirougeoleux génétiquement modifiés. Alors que les sociétés biopharmaceutiques se positionnent pour récolter des gains de première importance, le premier vaccin à être mis au point est un vaccin lancé à une vitesse record par le NIAID de Fauci en collaboration avec la société de biotechnologie Moderna, basée dans le Massachusetts. Le NIAID et Moderna ont commencé à développer le vaccin avant qu’un seul cas de COVID-19 n’apparaisse aux États-Unis, complétant le premier lot de vaccin « dans les 42 jours suivant l’obtention par la société de l’information génétique sur le coronavirus ».

« ...les chercheurs recommandent de prendre des précautions lors des études précliniques et des essais cliniques. Fauci, en revanche, fait l’éloge de la »nouvelle ère de la vaccinologie"

Le vaccin, qui porte le nom ho-hum d’ARNm-1273, utilise une plateforme technologique d’ARNm non éprouvée. Les vaccins à ARNm intéressent l’industrie en raison du potentiel de « fabrication rapide, peu coûteuse et évolutive », mais les chercheurs de Harvard et d’autres institutions de sciences médicales ont émis des avertissements sur la propension des vaccins à produire des taux plus élevés d’effets secondaires, notamment une inflammation locale et systémique et des réponses auto-immunes inquiétantes. Constatant que les « nucléotides modifiés non indigènes » utilisés dans les vaccins à ARNm et les composants des systèmes d’administration des vaccins à ARNm ont des effets potentiellement toxiques, ces chercheurs recommandent de prendre des précautions lors des études précliniques et des essais cliniques. Fauci, d’autre part, fait l’éloge de la « nouvelle ère de la vaccinologie » - dont l’effort sur l’ARNm-1273 est une partie - en vantant son utilisation « d’informations structurelles au niveau atomique pour la conception de vaccins, de plateformes de vaccins basées sur les gènes, de l’ingénierie moderne des protéines et d’adjuvants puissants ».

Le 16 mars, le NIAID a lancé un essai de phase 1 de l’ARNm-1273 chez 45 adultes en bonne santé après avoir pris la décision - jugée « moralement discutable » par certains - de contourner le processus standard de développement d’un vaccin. Ce processus exige habituellement « qu’un fabricant démontre que le produit est sûr [sur des modèles animaux] avant de le mettre à la disposition des gens ». L’éminent virologue Shibo Jiang, MD, PhD, a récemment condamné cette approche de « solution rapide », arguant que « la sécurité passe toujours en premier » et qu’il est important de ne pas « rogner sur les coûts » en sautant des études sur les animaux. Le médecin en chef de Moderna n’est pas d’accord, déclarant : « Je ne pense pas que le fait de prouver cela sur un modèle animal soit sur le chemin critique de l’amener à un essai clinique ». Pour sa part, M. Fauci a exprimé sa volonté d’accélérer le processus d’approbation du vaccin dès que le NIAID jugera l’essai de phase 1 réussi.

Lorsque Hotez a observé cette pathologie immunitaire chez ses animaux de laboratoire porteurs de coronavirus, il s’est dit : « Oh mon Dieu, ça va être problématique »

Des experts en vaccins dans le doute

Habituellement, les chercheurs en vaccinologie font la queue pour prêter serment d’allégeance à la vision du monde de Fauci selon laquelle la vaccination est le « pilier » de la prévention et offre la solution principale à des problèmes tels que la situation du coronavirus. Toutefois, dans un contexte intéressant, certains des porte-parole préférés des médias financés par l’industrie pharmaceutique - des professionnels médicaux de haut niveau sur lesquels les fabricants peuvent habituellement compter pour approuver tout vaccin - invitent à la prudence.

M. Offit s’est dit préoccupé par la volonté de « faire passer un vaccin à toute vitesse », en particulier en l’absence « d’antécédents de fabrication d’un vaccin contre les coronavirus ».

Paul Offit, MD, de l’hôpital pour enfants de Philadelphie, un autre chouchou des médias qui a largement profité de son statut de spécialiste, a déclaré dans une interview sur YouTube le 10 mars 2020 que les décès dus à la grippe sont « bien pires » que les décès dus au COVID-19, « pourtant nous ne mettons pas en quarantaine pour la grippe, nous ne fermons pas les écoles pour la grippe, nous n’annulons pas les réunions pour la grippe, nous ne fermons pas les écoles, les églises et les synagogues ». M. Offit s’est également inquiété de la volonté de « faire passer un vaccin à toute vitesse », en particulier en l’absence « d’antécédents de fabrication d’un vaccin contre le coronavirus ».
Offit conclue : « Et il est certain que la FDA doit réglementer ce produit parce qu’à l’heure actuelle, tout le monde aux États-Unis va probablement le prendre en une seconde, même s’il n’a pas été testé. »

La loi PREP protège les fabricants de « contre-mesures » médicales - y compris les vaccins, les médicaments, les dispositifs médicaux et autres produits - contre le risque de dommages en cas d’urgence de santé publique déclarée comme la pandémie de coronavirus actuellement déclarée.

Une crise profitable

Début mars, le Congrès a adopté un projet de loi d’urgence sur les dépenses liées aux coronavirus, dont une grande partie « bénéficiera directement à l’industrie pharmaceutique ». Les législateurs qui ont essayé - et échoué - à inclure des dispositions significatives d’accessibilité financière dans le projet de loi de dépenses s’inquiètent du fait que « le danger demeure que le gouvernement fédéral se contente de signer un chèque en blanc aux grandes entreprises pharmaceutiques en raison de cette crise ».

Les indices selon lesquels les pharmaciens saisissent les opportunités offertes par la crise COVID-19 proviennent des marchés financiers. Les rapports de marché indiquent que l’industrie des soins de santé a été capable de « résister » à la chute des marchés boursiers en raison des gains importants réalisés par les entreprises pharmaceutiques, biotechnologiques et de diagnostic médical qui développent des produits liés au coronavirus.
Après que Moderna ait annoncé, fin février, qu’elle avait expédié son ARNm-1273 au NIAID pour l’essai de phase 1, la société est instantanément devenue « l’une des valeurs biotechnologiques les plus exitantes sur le marché ». Les conseillers en investissement ont souligné que la promotion probable de l’ARNm-1273 en tant que prévention est une « grosse affaire » qui devrait faire la fortune de Moderna, car des « millions » de personnes non infectées voudront « se protéger de manière préventive ».

Les fabricants de médicaments et de vaccins contre le coronavirus sont également bien assis en raison de l’immunité de responsabilité conférée par la loi PREP (Public Readiness and Emergency Preparedness Act) de 2005 et une déclaration de suivi du Département de la santé et des services humains (HHS) spécifique au COVID-19 publiée dans le registre fédéral le 4 février 2020. La loi PREP protège les fabricants de « contre-mesures » médicales - y compris les vaccins, les médicaments, les dispositifs médicaux et autres produits - contre le risque de dommages en cas d’urgence de santé publique déclarée comme la pandémie de coronavirus actuellement déclarée.

« ...il [la loi PREP] pourrait »être utilisé pour permettre aux fabricants de pratiquement n’importe quel médicament ou vaccin d’échapper à leur responsabilité en cas de négligence grave ou même d’actes criminels« . »

L’immunité délictuelle décrite dans la déclaration COVID-19 concerne « toute demande d’indemnisation pour un préjudice causé par, découlant de, lié à ou résultant de la fabrication, de la distribution, de l’administration ou de l’utilisation de contre-mesures médicales . à l’exception des réclamations impliquant une »faute intentionnelle« telle que définie dans la loi PREP ». Les auteurs d’un blog juridique soulignent que si la nouvelle déclaration du HHS « est formulée dans une bouillie de mots administratifs », « le principal avantage est que le champ d’application de l’immunité délictuelle conférée... est assez large ».

En fait, la loi PREP a été adoptée malgré l’opposition importante des consommateurs et du Congrès. Le sénateur Ted Kennedy et 20 collègues du Congrès ont écrit une lettre au président de la Chambre et au chef de la majorité pour abroger la loi, la qualifiant de « parodie du processus législatif » et déclarant qu’elle pourrait « être utilisée pour permettre aux fabricants de pratiquement n’importe quel médicament ou vaccin d’échapper à la responsabilité de négligences graves ou même d’actes criminels ». Les législateurs dissidents ont également accusé les promoteurs de la loi de créer « une coquille vide d’un programme d’indemnisation des patients blessés sans aucun des fonds nécessaires pour faire de l’indemnisation une réalité ».

« Le gouvernement ne doit pas permettre aux grandes entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques de tirer profit de cette catastrophe avec des vaccins spéculatifs et brevetables au détriment des thérapies nécessaires pour sauver des vies dès maintenant. »

La sécurité d’abord

L’examen de la réaction aux épidémies passées de grippe et de coronavirus ne permet guère de garantir que les considérations de sécurité passeront en premier. En plus des effets indésirables déjà mentionnés associés au vaccin contre la grippe porcine de 2009, nous avons été témoins de traitements « qui auraient pu être nocifs » et de poursuites judiciaires contre de fausses allégations d’efficacité.

Pour l’instant, notre gouvernement donne la priorité au développement de vaccins (avec la promesse alléchante de brevets lucratifs) par rapport aux thérapeutiques existantes (telles que la vitamine C et les médicaments déjà approuvés par la FDA) qui n’offrent pas de manne financière comparable. Compte tenu de l’immunité de responsabilité garantie par la loi PREP pendant les situations d’urgence déclarées, les vaccins accélérés sont une aubaine pour la biopharmacie et le gouvernement. Une approche plus sûre et sensée permettrait d’orienter les ressources vers l’examen des mérites des thérapies existantes qui peuvent être utilisées immédiatement. Le gouvernement ne doit pas permettre aux grandes entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques de tirer profit de cette catastrophe avec des vaccins spéculatifs et brevetables au détriment des thérapies nécessaires pour sauver des vies dès maintenant.

Texte écrit par :
Lyn Redwood, présidente RN, MSN
Mary Holland, avocate générale et vice-présidente de CHD

Traduction Geopolintel

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site