Geopolintel

D’Aurora à Sandy Hook via Beslan et Oslo

jeudi 20 décembre 2012

L’affaire de la tuerie d’enfants de Newtown dans le Connecticut commence à se décanter. Dans l’urgence nous livrons pêle-mêle à nos lecteurs quelques pistes de réflexion sous forme de questionnements sur lesquels nous reviendrons bientôt en détail. D’abord comment un tel carnage a-t-il pu être accompli par un “gamin“ de vingt ans munis de deux armes de poing semi-automatiques ? Tout comme pour le massacre d’Utoya, il eut fallu que le tueur transportât des munitions en quantité, soit pour Breivik plusieurs dizaines de kilos… Des éléments jamais précisés qui jettent une ombre sinistre sur des versions officielles bien lisses mais sacrément insatisfaisantes. Faute de temps nous reprenons ici les arguments développés par certains de nos correspondants, il ne nous en voudrons pas de ne pas les citer nommément.

Une opération sous “faux drapeau… indices

L. nous dit que la tragédie du Connecticut ressemble fort à une opération sous “faux drapeau“. Une intuition qui semble aujourd’hui se confirmer nous allons le voir plus loin.

Les indices :

  • La directrice de l’école avait fait réviser le dispositif de sécurité de l’établissement peu de temps auparavant ; elle avait pour cela fait appel à des entreprises qui connaissaient tout de cette école (entrées, plan, passages, clés...).
  • Dans la confusion informative des premiers reportages dans les médias on a supposé qu’un « frère » du tueur présumé aurait été présent sur les lieux du crime. Donc une autre personne. Dans cette confusion également, les autres membres de la famille du tueur présumé étaient retrouvés morts à leur domicile, sauf la mère présumée instit à l’école et tuée sur place… Aujourd’hui seule la mère a été dans les faits assassinée chez elle et non à l’école. Pourquoi ? Était-elle un témoin gênant ?
  • Tous les témoins sont morts : le psychologue, la directrice, la mère du tueur, l’institutrice des enfants de la classe martyre à une exception près, celle d’un enfant passant dans le couloir et happé dans une autre salle de classe par une instit pour y être mis à l’abri. D’autres enfants d’une deuxième classe auraient été tués mais pas tous !
  • On se demande quand même, comment un tueur armé de pied en cap (trois armes de type fusil d’assaut !) a pu entrer dans l’école, habillé de noir, encagoulé avec gilet pare-balles, avec la permission de la directrice. La version officielle : il était connu de celle-ci parce que fils d’institutrice ; et elle l’aurait donc laissé passer le sas dans l’enceinte de l’école après la fermeture des portes ? Pourquoi ? Cette version est un peu contredite par les témoignages d’autres enseignants qui se trouvaient avec la directrice en réunion, à “bavarder“ au moment des premières détonations ce qui auraient attiré la chef d’établissement vers son assassin, suivie de la psy. Les autres instits se seraient cachés sous les tables de la salle de réunion !
  • On se demande comment la mère du tueur présumé pouvait avoir trois armes de guerre chez elle ?
  • Pourquoi les parents n’ont été autorisés à voir les corps de leurs enfants que longtemps après, sans doute seulement le lendemain ?
  • L’un des enfants rescapés aurait vu en sortant de l’école un homme menotté à terre. Lanza est réputé avoir agi seul et s’être suicidé, par conséquent s’il était alors encore mourant il eut dû être couvert de sang. Or il est éminemment improbable de menotter un homme dans cet état et plus encore que l’enfant n’ait pas signalé son état et la présence de sang !
  • Le tueur présumé était connu pour avoir une sorte de “déficit“ mental ayant été à ce propos catalogué comme “autiste“ par les médias… peu communicatif, peu populaire (ce qui est maintenant contredit), apparemment bon élève, qualifié de “génie“ par une jeune judéenne de sa classe. Il était de surcroît sous médicaments. On sait ce type de personnalité propice à la “manipulation“ après “lavage de cerveau“ – nous y reviendrons – soit un profil psychologique assez analogue à celui du tueur du cinéma d’Aurora, à Denver dans le Colorado… à deux pas de Columbine de triste mémoire.
  • La déclaration immédiate de Bloomberg, maire de New-York, demandant l’abolition du Second amendement de la Constitution, vise clairement à désarmer l’Amérique afin d’assujettir les citoyens américains au nouvel ordre totalitaire et mondial qui se met actuellement en place… notamment sous couvert des Pariot Act I et II adoptés dans la foulée du 11 Septembre. Reste que le Second amendement étant partie intégrante de la Constitution des États-Unis, l’abolir reviendrait à abolir la Constitution elle-même.

Notons en outre que d’après différents témoignages [1], il y aurait eu deux tueurs en sus de Lanza, celui-ci étant abattu par l’un des deux autres… en service commandé bien entendu. Ajoutons que le père d’Adam Lanza serait, selon toute vraisemblance, le fils d’un cadre important de General Electric, et aussi un agent putatif de la CIA… tout comme son frère Ryan. L’un des deux hommes menottés à l’extérieur par la police pourrait cependant être l’un des parents qui se dirigeait vers l’école au moment des faits pour y participer à la fabrication de maisons en pain d’épices, une activité traditionnelle à l’occasion de Noël. In fine, Facebook a interdit tout commentaire relatif à la version officielle de cette affaire, arguant d’un souci – plutôt vague – au risque de “désinformation“ lié à ce drame. Un Américain qui se posait des questions a été illico exclu de Facebook. Or de quoi ont-ils si peur ?

L’hypothèse terrifiante

La réponse terrifiante à cette question nous est livrée par Gordon Duff , un “Marine“ vétéran du Vietnam et “Senior Editor“ – rédacteur - de la revue « Veterans Today ». Sa carrière l’a conduit à agir à la demande des Nations Unies dans différentes négociations à caractère diplomatique, apparemment une personnalité assez peu contestable et crédible. Or c’est lui qui relaie aujourd’hui des propos particulièrement sidérant de Michael Harris, ex candidat Republicain au poste de gouverneur de l’Arizona et aujourd’hui grand argentier chargé de la récolte des fonds au profit du “Grand Old Party“. Selon Harris, la tuerie d’enfants de Sandy Hook ne serait pas un “murder suicide”, un suicide sous forme d’assassinats collectifs, mais une attaque terroriste conduite par plusieurs hommes.

On sait sur ce thème précis, quelles questions se sont posées et se posent encore dans l’affaire Merah. Un individu dont le type humain ne correspond pas à celui du tueur tel que vu et décrit par au moins un témoin direct. Or, Harris, président de la campagne de financement du GPO, n’hésite pas à déclarer dans le médias nationaux que « l’attaque terroriste du Connecticut est une vengeance exercée par l’État hébreu et une punition à l’encontre des États-Unis pour lui avoir imposé de bloquer l’offensive sur Gaza »… [2] !

On pourrait ajouter que l’intention exprimée du président Obama de nommer l’ancien sénateur Chuck Hagel au poste de Secrétaire à la défense, un homme connu pour des prises de positions passablement critiques à l’encontre d’Israël, constitue une sorte de point de non retour dans la dégradation désormais publique des relations entre la Maison-Blanche et Tel-Aviv. Une décision horrifique perçue comme une provocation par les chefs du Likoud, voire comme une sorte de déclaration de guerre appelant vengeance.

Bref, pour aussi extravagante que paraisse une telle hypothèse, interrogeons-nous à notre tour sur le terrain psychologique susceptible de produire de telles réactions ou de telles suspicions, et nous comprendrons que sous nos yeux se déroulent de terribles transformations du monde… dont les plus déterminantes ou les plus significatives interviennent dans des limbes inaccessibles au commun des mortels ! Au lendemain de la tuerie de Beslan, le Figaro, signalait qu’une opération anti-terroriste simulée mettant en scène une école attaquée, avait eu lieu en Israël au même moment … Opération nommée « Bons baisers de Russie », troublante autant qu’étrange coïncidence… surtout pour ceux qui se souviennent que lorsque les Tours jumelles furent frappées par des avions de ligne, se déroulaient au même instant de vastes manœuvres ayant pour objet des détournements de vols civils. Aucun rapport nous direz-vous !?

Léon Camus 19 décembre 2012

Notes

[1voir cette vidéo bien documentée : https://www.youtube.com/watch?v=j_f...

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site