Geopolintel

Libye : les repues franches

Léon Camus

dimanche 11 septembre 2011

Une guerre ingénieuse et subversive, celle de l’Otan sous couvert des rebelles brouillons du Conseil national de transition, masquant un coup d’État et l’appui partisan d’un camp contre l’autre dans le contexte d’une guerre civile… cela en s’adossant à une Résolution détournée des Nations Unies. Le tout au service d’une sordide affaire de gros sous et de razzia pétrolière. Reste à savoir si au bout du compte les « alliés » franco-anglais parviendront à faire main basse sur le trésor de Kadhafi et à rafler de juteux contrats d’extraction, de recherche et d’exploitation des gisements actuels et potentiels d’hydrocarbures.

De ce point de vue, les accords de principe passés avec le CNT ont-ils une quelconque valeur à moyen terme ? On sait que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent et les écoutent. Or en matière de mensonges, les autorités alliées, aussi praticiennes de la duplicité soient-elles – et M. Longuet, ci-devant ministre français de la Défense, est un maître Pinocchio en la matière - ont peut-être encore quelque chose à apprendre quelque chose de la part de part de bédouins aguerris aux trafics de caravansérail depuis des millénaires ?! D’autant que la polémique fait rage pour savoir si l’Otan, emportée par son élan, poussée par le vent aigre de la crise de la Dette publique et de la crise de l’€uro, n’a pas introduit le loup dans la bergerie démocratique euro-méditerranéenne en intronisant des islamistes purs et durs à la tête des troupes rebelles ?

Un nom revient souvent et alimente la polémique… laquelle n’est pas nouvelle puisque les services américains avaient désignés la Cyrénaïque, d’où est parti la rébellion, dès le début des troubles en mars dernier, comme un foyer ayant largement alimenté les groupes al-qaïdistes ayant sévi en Irak, mettant en garde le Département d’État lequel en avait tiré prétexte, outre le coût jugé insupportable par l’opposition républicaine de l’engagement des appareils de l’US Air force, pour se retirer d’un conflit, qui par ailleurs s’était très rapidement trouvé menacé d’enlisement eu égard à l’amateurisme des apprentis dissidents.

Abdel Hakim Belhadj donc, qui a dirigé l’assaut contre Tripoli, avec apparemment six cents hommes seulement - mais appuyé par la puissante artillerie de marine des bâtiments alliés et leurs chasseurs-bombardiers alliés frappant sans relâche, associés aux meurtriers drones de guerre américains venus voler au secours de la victoire – est de façon avérée « issu » de la mouvance islamiste… Un ancien d’Afghanistan où il aurait trouvé « refuge » en 1999 après le démantèlement en Libye, par les Services de sécurité de Mouammar Kadhafi, des fraternités djihadistes du Groupe Islamique de Combat. Un homme qui, bien qu’ayant été « en contact » alors avec Oussama ben Laden, n’aurait pas « adhéré » à la politique d’attentats contre les intérêts israélo-anglo-américains poursuivie par Al Qaïda, cela aux dires des « spécialistes » ! En décembre 2001, avec la chute du régime Taleb, broyé par la machine de guerre américaine, Abdel Hakim Belhadj fuit d’abord en Iran puis en Asie du Sud-Est, ou il est arrêté en 2004, remis aux Services américains et finalement transféré en Libye.

Lorsque, en 2007, Al Qaïda intégrait le GICL en son sein, Abdel Hakim, alors incarcéré dans les geôles de Kadhafi – pour mémoire les infirmières bulgares, bien oubliées aujourd’hui, quitteront leur prison libyenne la même année marquant le grand retour en grâce de Kadhafi dans les chancelleries européennes - dénonçait publiquement l’accord Al-Qaïda/GICL. Toujours en 2007 la Jamahiriya élargit quelques centaines de membres du GICL, Belhadj devant attendre pour retrouver la liberté le 23 mars 2010.

Une parenthèse biographique nécessaire pour comprendre que les occidentaux ont conduit leur opération en grande partie grâce à des éléments repentis ou reconvertis de djihadistes ayant fait leurs classes en Afghanistan. De là à se reposer de sempiternelles questions relatives au drôle de Grand jeu des É-U - très doués dans le deception game, coups fourrés et tordus en tout genre - qui auraient trouvé en Libye un moyens intéressant de recycler leurs anciens agents afghans… en vérité déjà utilisés dans les guerre balkaniques entre 1993 et 1999. Notamment en Bosnie et dans la guerre de l’Otan contre la Fédération yougoslave au cours de laquelle les services de renseignement de l’Uck du sinistre Hassim Thachi, aujourd’hui premier ministre du nouvel État du Kosovo – et accusé de trafic d’organes humains par l’ancien procureur du Tribunal pénal international Carla Del Ponte – était dirigé par un frère de l’Égyptien Ayman al-Zawahiri, l’actuel émir d’Al Qaïda [1] !

Reste que si l’argent est le nerf de la guerre, il en est aussi un puissant mobile… la guerre étant dans certains cas la désignation élégante d’un vol en bande organisée, à grande échelle ! Autrefois le vaincu payait un tribut au vainqueur, lorsque celui-ci s’était repu de pillages ; dans le monde contemporain l’on parle plus volontiers de « dommages de guerre ». Plus fort encore un tiers intervenant dans une querelle opposant deux États, se fait payer au prix fort pour prêter main forte à l’une des deux parties. Il suffit d’habiller d’un peu de noble cause, d’idéalisme ou d’humanitarisme ce qui n’est qu’une entreprise de mercenariat, voire de maquereautage, et le tour et joué ! Le meilleur exemple de cette estouffade n’est-il pas celui de la noble Amérique qui excipa de mobiles « moraux », se présentant comme le phare de l’humanité, lorsqu’elle entra 1917 dans la fournaise de la Grande guerre européenne ? En vérité son engagement n’avait rien d’altruiste car elle se fit payer grassement ses maigres sacrifices, à telle enseigne que l’ardoise qui fut présentée à l’Allemagne vaincue, ne fut à ce point écrasante qu’en raison des exigences américaines. Une note si salée que pudiquement les historiens omettent le plus souvent de l’évoquer… quant au fameux plan Marshall, là aussi nul trace de philanthropie, l’Europe devait se redresser dare-dare face à la montée de la puissance Rouge et… surtout pour payer ses dettes notamment en relançant l’économie outre-Atlantique par ses achats massifs sortant des usines de Detroit et de Chicago.

C’est un tour de passe-passe de cette nature auquel viennent de se livrer les duettistes franco-britanniques (et accessoirement Romain) qui entendent bien se faire rembourser, et au-delà, les frais engagés dans le renversement du Guide libyen. Promesse en est faite par les rebelles dont la rébellion eut pitoyablement échoué sans le « soutien » c’est-à-dire sans la mise à leur disposition des formidables moyens de guerre aérienne des deux dernières puissances armées du sous-continent Européen, la France et l’Angleterre (même s’il s’agit de capacités résiduelles : la totalité de l’armée française pouvant se tenir à l’aise dans le stade de France !). Deux nations bien décidées à se servir au passage mais aussi à faire casquer les uns et les autres suivant la méthode – ou sur les conseils - de leur mentors américains qui savent fort bien présenter la note mettre de leurs aventures guerrières à leurs partenaires, que ce soit en Afghanistan, au Kosovo, ou même au profit du « 51e état », au Liban, en Palestine et bientôt, qui sait, Syrie !

De sorte que sous la pression française, américaine et britannique, l’Afrique du Sud - pourtant redevable de Kadhafi qui y a financé l’ANC et Mandela contre le pouvoir blanc - a commencé d’ouvrir sa bourse. De son côté la Communauté internationale par le truchement des Nations Unies et de son complaisant Secrétaire général,M. Ban Ki Moon, a été sollicité et contribuera à l’effort de reconstruction à hauteur d’un milliard et demi de $ (un milliard d’€) parmi la centaine de milliards gelés de fonds gelés appartenant à Jamahiriya libyenne : 500 millions de $ étant destinés à des fonds humanitaires européens et américains ; 500 millions pour payer des « salaires » et 500 millions à un « fonds international » d’usage indéterminé pour la Libye !

Dès la prise de Tripoli, jeudi 25 août, Silvio Berlusconi, qui lorgne sur une grosse part du gâteau pétrolier [2]
annonçait spontanément que l’Italie allait débloquer 350 millions d’€ au profit du CNT. Et M. Sarkozy triomphant, organisait la tenue le 1er septembre à Paris d’une Conférence générale des débloqueurs de fonds gelés. [3] Soit 70 milliards de dollars : 48 milliards d’euros, dont 30% en liquide, situés essentiellement en Occident, les États-Unis détenant à eux seuls environ 37 milliards de $ sous formes de comptes bancaires, de bons du trésor, de biens immobiliers, etc.

S’il est encore trop tôt pour se gausser des détournements de fonds – comme ce fut le cas en Irak où des milliards de $ se sont littéralement évaporés – il impossible de ne pas voir que le « trésor » de Kadhafi – estimé à 160 milliard de $ - suscite d’extraordinaires convoitises, chacun voulant maintenant se payer sur la « bête » ! Mais en attendant la partie n’est pas totalement jouée. L’Algérie mauvais élève de la classe occidentaliste montre son mauvais esprit en accueillant femme et enfants d’un Guide libyen qui s’est évanoui dans la nature, suscitant du même coup de réelles inquiétudes.

À en croire en effet le Président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil - grand ami de MM. de Nagy-Bocsa et B.H. Lévy – celui-ci déclarait le 29 août, que Mouammar Kadhafi, même en fuite, représentait toujours « un réel danger ». Il est vrai que la confusion règne en Libye et à Tripoli et que la victoire toute médiatique est encore instable : n’est-ce pas le même Moustapha Abdeljalil qui expliquait avoir diffusé les images d’un faux assaut contre Tripoli, une séquence tournée… au Qatar [4]dans le but de démobiliser les troupes loyales au régime et de retourner la population prompte comme chacun sait, à retourner sa veste ? Ce qui donne la mesure d’une guerre sans munitions, au bord de l’extinction de voix (et observée attentivement à Pékin qui réarme à tout va), mais ou le système D et la subversion ingénieuse ont plus fait que la vaillance (supposées) et l’art militaire des rebelles. Une rébellion qui n’aurait jamais pu « gagner » sans un appui aérien naval soutenu, et aux sols et des forces spéciales anglo-françaises, qui, de tout évidence, et quoiqu’en jure la main à hauteur du cœur l’honnête M. Longuet, ont formé, organisé, encadré au sol les forces disparates des rebelles.

Quant au pouvoir de nuisance de M. Kadhafi, il demeure très certainement virulent tant que son réduit de Syrte ne sera pas tombé et tant que les pillards sous mandat des Nations Unies n’auront pas mis la main sur son trésor de guerre : sur le Contient africain seuls trois États ont reconnu le CNT, trente et un autres se taisent qui pour beaucoup ont bénéficiés des largesses du bouillant colonel ; qui le craignent encore ; qui voudraient le voir disparaître et avec lui certains dossiers, et par conséquent, en attendant, campent dans une prudente expectative. D’ailleurs, M. Sarkozy lui-même poussera sans doute un gros « ouf » de soulagement le jour où le cadavre du Raïs défunt sera traîné dans les rues de Tripoli, car avec lui disparaîtront peut-être les éléments comptables évoqués par Saïf al Islam et datés de 2007, afférents au financement d’une certaine campagne présidentielle…

Du mouron en perspective, parce que même traqué de toutes parts, sa tête mise à prix et son régime l’agonie, Mouammar Kadhafi n’est pas encore totalement abandonné de tous : depuis le 21 août, nombreux sont les pays s’offrant à l’accueillir, tels le Venezuela, le Nicaragua ou encore l’ex président cubain Fidel Castro... en réaction certes au coup d’État « impérialiste » perpétré à leurs yeux par les puissantes Atlantiques. Car les États dénonçant le rôle de l’Otan sont légion - même si la presse n’en souffle mot - et peu encore ont admis la légitimité du Conseil de transition national. L’affaire n’est donc pas encore tout à fait dans le sac et tout, en ce siècle de toutes les turbulences, peut encore advenir : au fond, serait-ce Kadhafi qui aurait suscité l’attentat d’Abuja au Nigéria contre l’immeuble des Nations Unies ? Pour les punir de l’adoption de la Résolution 1973 ? Après tout pourquoi pas ? Ne prête-t-on pas qu’aux riches ?

30 août 2011

Notes

[1Cf. Jürgen Elsässer « Comment le Djihad est arrivé en Europe » préface de Jean-Pierre Chevènement, 2006.

[2Cherchez à qui profite le crime et vous en aurez l’explication. Apparemment les réserves libyennes seraient plus importantes qu’avouées au moment où des doutes s’installent sur les réserves saoudiennes et qu’une dure bataille se prépare pour le partages des champs gaziers de Méditerranée orientale, Chypre, le Liban, Gaza...

[3Suite aux révoltes tunisienne, égyptienne et yéménite, lorsque les Libyens se soulèvent à leur tour dictateur, le Conseil de sécurité des NU adopte le 26 février la Résolution 1970 gelant les avoirs libyens à l’étranger en principe pour interdire à la Jamahiriya de les utiliser contre les insurgés.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site