Geopolintel

France-Mexique : un imbroglio diplomatique & policier ? - Dossier F.K16

mardi 8 mars 2011

C’est dans le contexte au Mexique d’une hyper criminalité (10 000 morts par an, dix huit personnes sont encore mortes ce lundi dans une fusillade entre des groupes armés rivaux dans une localité de l’Etat du Tamaulipas), une véritable guerre civile à bas bruit, que s’est développée « l’affaire Florence Cassez » entraînant la sensible dégradation diplomatique des relations franco-mexicaines.

Crise qui a sans doute culminé le 16 février dernier au Sénat où Mme Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères a pu paradoxalement déclarer : « Nous respectons l’indépendance de la justice au Mexique comme partout », avant d’ajouter que la mobilisation de la France « en faveur de Florence Cassez se fonde justement sur les valeurs de justice et d’attachement à l’Etat de droit que nous avons en partage ». Déclaration particulièrement inopportune induisant l’ambassadeur du Mexique à Paris, M. Carlos de Icaza à quitter la séance du Sénat relative à une proposition de résolution visant à instaurer une journée de l’Amérique latine, cela avec toute l’ostentation et le courroux requis en pareille circonstance : « Je me suis retiré de la tribune d’honneur du Sénat ... parce que le Mexique ne peut pas accepter que des affaires juridiques soient mêlées à toute occasion »…

Il n’en reste pas moins que critiquer ou remettre en cause les décisions de justice d’un pays souverain, notamment le jugement en dernière instance de la cour de cassation du Mexique, soigneusement pesé vu le bruit que cette affaire Cassez a déjà fait dans le monde, constitue de facto un véritable affront ; camouflet de la part d’un ministre des Affaires étrangères, un facteur symbolique et par conséquent « aggravant », qui devrait être logiquement ressenti comme tel par d’autres institutions judiciaires d’Amérique du Sud.

Un cas d’école : la crise diplomatique franco-mexicaine

Par Paul Berton

Des centaines de citoyens français sont emprisonnés dans différents pays pour des délits de droit commun. C’est une constante. Leur situation est suivie avec attention par les services consulaires qui, en liaison avec leurs avocats, font le maximum pour veiller à ce que leur détention, leur jugement et les conditions d’exécution de leurs peines préservent leurs droits. Très rarement ces cas particuliers sortent du domaine consulaire et deviennent politiques. En règle générale, nos diplomates trouvent des solutions, soit transfèrement en France pour l’exécution des peines, soit libération lorsque les accusations ne sont pas fondées.

La médiatisation de certaines affaires peut parfois aider à les débloquer, mais en général elle ne fait qu’en retarder le dénouement. Peu de pays acceptent en effet de se voir montrer du doigt et mis en cause publiquement, même si leur appareil policier et judiciaire est défaillant. On touche toujours à l’occasion de ces affaires sur un point sensible, la fierté d’un peuple, la souveraineté nationale. Il faut donc du tact, de la sensibilité, une bonne connaissance des interlocuteurs avec lesquels on traite et beaucoup de discrétion.

Florence Cassez, cette française condamnée au Mexique pour enlèvement, entre dans cette catégorie de détenus de droit commun. Mais dans cette affaire délicate, Nicolas Sarkozy a pris le dossier en mains personnellement et a provoqué une véritable crise diplomatique avec le Mexique, sans atteindre son objectif, la libération ou le retour en France de Florence Cassez. Certes, le gouvernement mexicain a été le premier à mettre cette affaire sur la place publique en montant un véritable « reality show » de l’arrestation de F. Cassez et de son compagnon en décembre 2005.

En voulant se mettre sur le même plan pour exiger le retour en France de F. Cassez, Sarkozy a commis une grave erreur et a braqué contre lui la majorité des mexicains qui, tout en reconnaissant les dysfonctionnements de leur appareil judiciaire, ont la sensibilité d’un peuple trop fréquemment soumis à des ingérences étrangères. Le traitement politique de ce cas illustre la manière dont la France de Sarkozy se comporte sur la scène internationale et donne l’image d’un pays à la fois arrogant et impuissant.

Documents annexés

http://www.proceso.com.mx/rv/modHom...

La relación turbulenta de Florence Cassez
homero campa

¿Cómo fue que Florence Cassez –ciudadana francesa por la que aboga el presidente de su país Nicolas Sarkozy– se vinculó con el presunto secuestrador Israel Vallarta ?
Con base en la declaración ministerial de Cassez tomada el día de su detención –9 de diciembre de 2005– y en una entrevista a su hermano Sebastián realizada en mayo de 2008 por Anne Marie Mergier, corresponsal de este semanario en París (Proceso 1647), es posible reconstruir la siguiente historia :
Cassez vivía en la ciudad de Calais, en el norte de Francia. Desde los 16 años se independizó de sus padres. Trabajaba en una tienda departamental de nombre Eurodif. Según ella, su hermano la invitó a venir a México, donde radicaba desde 1994. Él éstá casado con una mexicana de nombre Vanesa Mercado y trabajaba en la empresa Radiancy de México, dedicada a la distribución de quipo y productos de belleza.

Sebastián asegura que aportó 10% de las acciones de la empresa y se convirtió en socio. Ambos coinciden en que uno de los principales accionistas de la compañía era un judío de nombre Eduardo Cuauhtémoc Margolis Sobol, exagente de los servicios de inteligencia de Israel, el Mossad, quien se dedicaba también a otras actividades : venta de ropa, restaurantes, blindaje de autos, guardias de seguridad y negociaciones para la liberación de secuestrados.

Florence dijo que llegó a México en marzo de 2003, cuando tenía 28 años. Al principio vivió en la casa de su hermano en la calle Santos, en Toluca, y luego en la colonia Legaria, en la Ciudad de México. Empezó a trabajar en Radiancy, donde conoció a Margolis.

Poco tiempo después, su hermano le pidió que apoyara a su esposa Vanesa, quien tenía un negocio de importación de productos de belleza. Florence se encargaba de recibir los embarques de estos productos en la aduana del aeropuerto de Toluca.

Sebastián tuvo problemas con Margolis, pues éste le debía 155 mil dólares. Pretendió dejar Radiancy, pero Margolis y sus socios no querían devolverle el dinero que había invertido. Asegura que recibió presiones y amenazas de muerte contra su esposa y sus hijos.

Pese a todo, Sebastián creo su propia empresa : Systemes de Sante et de Beaute (SSB), también dedicada a productos de belleza. Margolis intentó bloquearlo y por medio de terceros interpuso demandas judiciales contra SSB.

Florence tuvo problemas con Vanesa. En julio de 2004 dejó de trabajar con ella y su hermano y se mudó de casa. Junto con su amiga Guadalupe Zavala, empleada de SSB, rentó un departamento en la calle de Puebla, en la colonia Roma.

Según Florence, en agosto de 2004 conoció a Israel Vallarta en las instalaciones de SSB ubicadas en la colonia Anzures. Afirma que Sebastián se lo presentó. “Era un cliente mío, pero no me gustaba”, declaró el hermano. Ella dice que ambos eran amigos y que “al parecer se conocieron en una exposición de productos de belleza, ya que la esposa de Israel, de nombre Claudia Martínez, tenía una clínica de belleza en Guadalajara”.

El inicio

De hecho, según Florence, cuando su hermano viajó a Francia en septiembre de 2004, le encargó a Israel que la llevara al médico. “Incluso le proporcionó mi número de celular para que se pusiera de acuerdo conmigo”.

“A partir de ese momento –declara ella– Israel comenzó a llamarme para invitarme a salir”. Comenta que al principio se resistió, pues “era casado”. Israel insistió y ella aceptó ir a comer. Él le comentó que se estaba divorciando. Las salidas se sucedieron y el 22 de octubre de 2004 empezaron una relación de noviazgo.

Al principio, Israel le platicaba de su negocio : la compra de autos accidentados que él y sus hermanos reparaban para posteriormente venderlos y le presentó a su familia y a sus amigos. Durante días Florence se quedaba con él en el rancho Las Chinitas. “Era una relación normal”, asegura ella.

En diciembre de 2004, Florence viajó a Francia para pasar la Navidad. Israel se fue a Zapopan Jalisco para ver a su esposa y sus hijos. Se reencontraron en enero de 2005. Ella no tenía empleo. Dice que se mantenía con unos ahorros que tenía en el banco francés Credit Mutuel. En febrero consiguió trabajo como decoradora de interiores en el despacho de arquitectos Yarden Desing. Iba a ganar 8 mil pesos mensuales, pero sólo duró un mes. La razón : los celos de Israel, quien le reclamaba que salía tarde.

Para entonces ella notó “que todas sus amistades se alejaron”. Le decían que Israel no le convenía. Lo describe “violento y prepotente”. Cuenta que le hizo varias escenas de celos. En una ocasión “agarró a un amigo mío por el cuello” ; en otra puso un candado en el rancho Las Chinitas para impedir que ella saliera después de una fuerte discusión. Una vez entró al departamento de ella y esculcó sus cosas ; para su mala suerte le encontró la foto de un exnovio. Israel enfureció. Rompió “diversos objetos del departamento” y la insultó por medio de un mensaje electrónico.

Pero después de los pleitos la buscaba. Le pedía que regresara con él. Y ella aceptaba.
En julio de 2005, Florence se fue a Francia a casa de sus padres. Por esas fechas su hermano Sebastián decidió regresar a su país junto con su esposa e hijos. Aparentemente ya nada ataba a Florence con México : ni familia ni empleo ni una relación amorosa estable… Pero regresó el 9 de septiembre de ese año.

¿Por qué lo hizo ?

En su declaración ministerial afirma que “la situación con mi familia no era del todo buena” y que ante la inminente llegada de su hermano y su familia a Francia, su padre, quien conocía los problemas con su cuñada Vanesa, le pidió que se fuera. Además, estaban las insistentes llamadas de Israel a Francia para rogarle que regresara. Y ella de nuevo aceptó.

Pero, sostiene en su declaración, la relación con Israel iba a ser distinta : consiguió a través de internet un empleo como hooster en el hotel Fiesta Americana, en Polanco. Rentó un departamento en la calle de Hamburgo, esquina con Burdeos, en la colonia Juárez, para vivir de manera independiente de Israel.
De hecho, ya había mudado la mayoría de sus cosas. Comenta que el día que la detuvieron en una camioneta blanca junto con Israel –el 8 de diciembre, según Vallarta ; la madrugada del 9 de diciembre, según los agentes de la AFI– llevaba ropa y un mueble a su nuevo departamento.

L’analyse du journaliste franco-mexicain Hugues Kéraly

Affaire Cassez : qui a menti ?

La presse, l’opposition et le gouvernement français continuent de présenter Florence Cassez comme la victime expiatoire d’une Justice mexicaine nécessairement “aveugle” et “corrompu”e. Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, Bertrand Delanoë et Martine Aubry se sont mis d’accord la semaine dernière pour inscrire ensemble le Mexique entier au ban des nations... Leur conviction commune repose sur une méthode est très simple : il suffit en effet de faire abstraction de tous les éléments à charge, depuis les aveux des complices jusqu’aux témoignages des victimes, qui comptent ici pour rien !

Dans cette affaire, même les parents de Florence (Bertrand et Charlotte Cassez) n’ont pas hésité pour leur part à mentir à la presse et au Président de la République en affirmant qu’ils ignoraient tout eux aussi des activités criminelles d’Israel Vallarta Cisneros – l’amant de Florence, arrêté en même temps qu’elle le 9 décembre 2005 – au point de ne l’avoir jamais rencontré !

Deux photos publiées dans la presse mexicaine (mais jamais dans la nôtre !) prouvent exactement le contraire : sur la première, on découvre Bertrand Cassez et Israel Vallarta en train de trinquer ensemble, de façon fort conviviale, tandis que la seconde (prise un autre jour) atteste du très bon accueil réservé aux parents de Florence au sein du ranch “Las Chinitas”, à 29 km de Mexico...

“On te sectionne une oreille, ou on te coupe un doigt ?”

“Las Chinitas” ... Le ranch qui servait de repaire au gang “Los Zodiacos”, convaincu d’une dizaine d’enlèvements et de plusieurs assassinats, excusez du peu ! La maison où habitaient Florence (qui l’a reconnu, la police y ayant saisi tous ses effets personnels sous ses yeux) avec son amant, Israel Vallarta Cisneros, chef d’une bande de criminels spécialisés à Mexico dans le rapt des femmes et des enfants de bourgeois aisés... La maison même où Cristina Rios Valladares, son mari Raul et leur fils Christian (les derniers otages du gang) furent conduits le 19 octobre 2005, les yeux bandés, ligotés à l’arrière d’une grosse 4x4, après avoir été capturés par trois hommes armées de fusils de guerre dans une banlieue bourgeoise de la capitale mexicaine.

Le ranch où Florence Cassez elle-même s’est occupée généreusement de nourrir les otages du gang et de leur administrer des calmants. Elle s’intéressait de près au petit Christian, 11 ans, dans le but évident d’accélérer le versement de la rançon : “– Qu’est-ce qui te ferait le plus mal, Christian, qu’on te sectionne une oreille ou qu’on te coupe un doigt ?” (Certains affirment que Florence, beaucoup moins inhumainequ’on pourrait le penser, se serait finalement contentée de prélever un peu de sang au garçon, pour y tremper une oreille sectionnée par le gang sur un petit cadavre, et faire porter le tout à la famille qui tardait imprudemment à s’exécuter !)

Le ranch où Cristina Rios Valladares comprit très vite qu’elle avait affaire à la concubine d’Israel Vallarta. D’autant plus vite que le chef du gang provoquait chez sa compagne de formidables colères chaque fois qu’il venait bousculer sa victime et en abuser sexuellement : “Si tu continues à la sauter, je me vengerai sur elle, et tu n’auras pas ta rançon !”

Quand l’évidence compte pour rien

A qui fera-t-on croire en effet qu’une “fiancée” qui s’occupe de si près des affaires du gang “Los Zodiacos”, dans une maison bourrée d’armes de guerre et de munitions, une fiancée qui assiste au viol de la mère retenue en otage, lui administre des sédatifs et prélève le sang de son petit garçon, oui, à qui fera-t-on croire que cette femme ignorait tout des agissements criminels de ses compagnons ?

La réponse est simple : on le fait croire aux Français ; on le fait croire à Nicolas Sarkozy, qui vient de recevoir à nouveau les parents de Florence ; on le fait croire à Michèle Alliot-Marie, qui continue en vain de négocier avec le gouvernement mexicain le transfert en France de l’intéressée ... L’homme qui s’est fait connaître par son courage personnel pour sauver la vie des enfants, lors d’une prise d’otages dans une école maternelle de Neuilly, assume aujourd’hui – peut-être sans le savoir – la défense publique d’une complice amoureuse mais parfaitement consciente et extrêmement active d’odieux criminels mexicains !

Pour soutenir le contraire, il faudrait pouvoir invalider de façon définitive le témoignage de Cristina Rios, celui de son mari et celui de son enfant : une mère violée, un père fou de douleur et un enfant terrorisé, que ses parents conduisaient à l’école quand l’horreur a surgi. Invalider aussi celui d’un autre kidnappeur mexicain, David Orozco Hernández, qui soutient que Florence Cassez partageait la direction des “Zodiacos” avec son compagnon Israel Vallarta :

“Florence Cassez nous a rejoint en 2004, et son influence pour imposer et isoler le chef, ou plutôt s’isoler avec lui, ont largement contribué à semer la discorde au sein de l’organisation... Ses fonctions dans la bande consistaient à planifier les rapts et à organiser le recouvrement des rançons... Israel et la Francesa tenaient beaucoup à garder le secret, vis-à-vis des autres membres du groupe, sur les cibles potentielles des enlèvements et la réalité des sommes obtenues des familles d’otages... Ils estimaient que ces informations stratégiques n’avaient pas lieu d’être partagées.” (Sources : La Jornada, El Universal, Radio Trece, El Porvenir, 12-13 mai 2008, Mexico.)

L’Agence France-Presse a publié aussitôt un communiqué qui se garde bien d’entrer dans le détail des révélations de David Orozco Hernández, mais donne très largement la parole aux avocats français et mexicains de Florence Cassez. Tous nos journaux ont emboîté le pas, en rang par quatre, pour éviter d’avoir à s’interroger... Le mensonge par omission, sélection et orientation des faits, tel que le pratiquent chaque jour les plus grands médias, est bien le plus sournois de tous, parce qu’il nous prive sans le dire des éléments indispensables à l’objectivité et à la liberté de notre propre jugement.

Le mensonge par omission nous est devenu quotidien

A qui fera-t-on croire aussi qu’il ne se trouve même plus un seul journaliste, dans les salles de rédaction françaises, pour passer quelques coups de fil à ses correspondants mexicains et aller voir sur internet, en langue espagnole, comme nous l’avons fait, ce que nous disent les photos, les dates, les faits, les témoins ?

Une fois de plus, face au “mythe Cassez” – la belle Innocente contre une Police et une Justice mexicaines intégralement et nécessairement corrompues – les enquêtes de police, le témoignage des victimes, l’aveu des comparses et l’évidence elle-même comptent pour rien. Oui, la désinformation systématique est devenue notre pain quotidien.

Il fut un temps où Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur puis candidat à la magistrature suprême, rassurait beaucoup de Français en plaidant l’écoute privilégiée des victimes, et la fermeté sans faille des pouvoirs publics contre toutes les formes de délinquance ou de criminalité. N’aurait-t-il plus le choix des vraies causes à défendre, depuis qu’il est devenu Président, qu’il a épousé Carla et qu’il habite l’Elysée ?

Hugues Kéraly+

Témoignages de la dernière victime du gang « Los Zodiacos »

Lettre ouverte de Cristina Ríos Valladares

“Mon nom est Cristina Rios Valladares. J’ai été victime d’une prise d’otage, aux cotés de mon époux Raul et de mon fils qui avait 11 ans. Depuis ce jour notre vie a totalement changée... Ma famille est détruite. Ce que mon fils et moi avons vécu, du 19 octobre 2005 au 9 décembre de la même année, est indescriptible : 52 jours de captivité pendant lesquelles je fus victime d’abus sexuels et, avec mon enfant, de torture psychologique...

“Depuis notre libération, ma famille et moi nous vivons à l’étranger. Nous ne pouvons pas revenir à cause de la peur, car le reste de la bande n’a pas été arrêté... Nous avons appris la nouvelle de la peine de prison que Florence Cassez méritait, cette femme dont j’avais écouté la voix à de maintes reprises pendant ma captivité... Une voix d’origine française qui bourdonne encore aujourd’hui dans mes oreilles. Une voix que mon fils reconnaît comme celle de la femme qui lui pris du sang pour l’envoyer à mon époux, avec une oreille qui lui ferait penser qu’elle appartenait à son fils.

“Maintenant j’apprends que Florence réclame justice et clame son innocence. Et moi j’entends dans ces cris la voix de la femme qui, jalouse et furieuse, hurlait sur Israel Vallarta, son petit ami et chef de la bande, que s’il recommençait à s’approcher de moi, elle se vengerait sur ma personne. Florence raconte “le calvaire” de la prison, mais elle voit sa famille dans le pénitencier, elle émet des appels téléphoniques, elle réalise des interviews pour la presse et elle ne craint pas chaque seconde pour sa vie.”

Lettre ouverte de Cristina Rios

“Je m’appelle Cristina Rios Valladares,
et vous ne me connaissez pas…”

Témoignage intégral en espagnol repris par les grands journaux mexicains :

A la opinión pública :

Mi nombre es Cristina Ríos Valladares y fui víctima de un secuestro, junto con mi esposo Raúl (liberado a las horas siguientes para conseguir el rescate) y mi hijo de entonces 11 años de edad. Desde ese día nuestra vida cambió totalmente. Hoy padecemos un exilio forzado por el miedo y la inseguridad. Mi familia está rota. Es indescriptible lo que mi hijo y yo vivimos del 19 de octubre de 2005 al 9 de diciembre del mismo año. Fueron 52 días de cautiverio en el que fui víctima de abuso sexual y, los tres, de tortura sicológica.

El 9 de diciembre, fuimos liberados en un operativo de la Agencia Federal de Investigación (AFI). Acusados de nuestro secuestro fueron detenidos Israel Vallarta y Florence Cassez, esta última de origen francés, quien ahora se presenta como víctima de mi caso y no como cómplice del mismo. Desde nuestra liberación, mi familia y yo vivimos en el extranjero. No podemos regresar por miedo, pues el resto de la banda de secuestradores no ha sido detenida. Hasta nuestro refugio, pues no se puede llamar hogar a un lugar en el que hemos sido forzados (por la inseguridad) a vivir, nos llega la noticia de la sentencia de 96 años a la que ha sido merecedora Florence Cassez, la misma mujer cuya voz escuché innumerables ocasiones durante mi cautiverio, la misma voz de origen francés que me taladra hasta hoy los oídos, la misma voz que mi hijo reconoce como la de la mujer que le sacó sangre para enviarla a mi esposo, junto a una oreja que le harían creer que pertenecía al niño. Ahora escucho que Florence clama justicia y grita su inocencia. Y yo en sus gritos escucho la voz de la mujer que, celosa e iracunda, gritó a Israel Vallarta, su novio y líder de la banda, que si volvía a meterse conmigo (entró sorpresivamente al cuarto y vio cuando me vejaba) se desquitaría en mi persona. Florence narra el “calvario” de la cárcel, pero desde el penal ve a su familia, hace llamadas telefónicas, concede entrevistas de prensa y no teme cada segundo por su vida. No detallaré lo que es el verdadero infierno, es decir, el secuestro. Ni mi familia ni yo tenemos ánimo ni fuerzas para hacer una campaña mediática, diplomática y política (como la que ella y su familia están realizando) para lograr que el gobierno francés y la prensa nacional e internacional escuchen la otra versión, es decir, la palabra de las víctimas de la banda a la que pertenece la señora Cassez. Pero no deja de estremecernos la idea de que Florence, una secuestradora y no sólo novia de un secuestrador (con el que vivía en el mismo rancho y durante el mismo tiempo en el que permanecimos mi hijo y yo en cautiverio), ahora aparezca como víctima y luche para que se modifique su sentencia. Si lo logra o no, ya no nos corresponde a nosotros, aunque no deja de lastimarnos. Esta carta es sólo un desahogo. El caso está en las manos de la justicia mexicana. No volveremos a hacer nada público ni daremos entrevistas de prensa ni de cualquier otra índole (nuestra indignación nos ha llevado a conceder algunas), pues nuestra energía está y estará puesta en cuidar la integridad de la familia y en recuperarnos del daño que nos hicieron. El nuevo vigor que cobró la interpelación de la sentenciada y el ruido mediático a su alrededor vuelve a ponernos en riesgo. Gracias por su atención.

“Je m’appelle Cristina Rios Valladares,
et vous ne me connaissez pas…”

« Je m’appelle Cristina Rios Valladares, je suis Mexicaine, et vous autres amis Français (vosotros amigos franceses) ne me connaissez pas. J’ai pourtant tenu un petit rôle – un rôle quand même où je risquais ma vie et celle de mon fragile Cristian – dans une affaire qui enflamme aujourd’hui toutes les autorités publiques de votre beau pays, et met le mien au ban des nations !

« J’ai bien tenté de raconter un jour dans la presse mexicaine tout ce qui nous était arrivé d’horrible, le matin du 19 octobre 2005, lorsque notre voiture fut bloquée par un grosse 4x4 et un pick-up américain sur le chemin de l’école, et que le gang Los Zodiacos a surgi.

« J’ai décrit notre peur, nos cris, les coups violents, les hommes en cagoules noires qui nous jetaient comme des sacs dans la benne arrière du pick-up, après nous avoir serré la bouche avec de gros rouleaux de Scotch et lié les mains avec des fils de fer électrique. On a cru tous les trois qu’ils allaient nous égorger sur place comme des animaux ! On appelait la Sainte Vierge au secours (Santissima Virgen de Guadalupe, ayudenos !), mais nous n’arrivions pas à prier…

« J’ai raconté la terreur de nos cinquante-trois jours de captivité, les yeux bandés, dans le noir, sans savoir où nous étions ni pourquoi on nous avait enlevés. J’ai rapporté l’incroyable brutalité du Chef (Israel Vallarta) qui ouvrait brusquement la porte quand j’allais me déshabiller, et qui hésitait chaque jour entre me battre et me violer… Je me souviens aussi la détresse poignante de mon pauvre mari, Raul, lorsqu’il dut nous quitter au bout de vingt-quatre heures, dans la nuit, entre deux hommes, pour “aller chercher la rançon”(rescate) sur notre compte en banque à Mexico…

« J’ai dit aussi aux policiers puis aux magistrats qu’une voix de jeune femme, avec un fort accent français, était de la partie. On a l’oreille très fine, en captivité, on a peur de tout et de rien … J’ai précisé que cette femme se disputait souvent avec le Chef de la bande quand celui-ci me “courtisait” ! Je l’ai raconté parce que je l’ai subi, mais nous avions mon fils et moi les yeux bandés presque en permanence, et je serai bien incapable aujourd’hui de préciser combien de fois ce fut le Chef, combien de fois ce fut la femme française ou un autre comparse en cagoule qui est venu nous nourrir, nous administrer des calmants ou nous maltraiter. Je sais seulement que mon petit Cristian, dans une chambre à côté, recevait beaucoup de claques (bofetadas), parce qu’il ne cessait pas de geindre ou de crier.

« J’ai expliqué tout cela et vous n’en savez rien, amis de France, parce que la presse, les élus et le gouvernement de votre pays – depuis le début – ne s’intéressent qu’au grand malheur de celle dont la voix aigre et malveillante me réveille encore dans la nuit : Florence Cassez.

On raconte aujourd’hui que cette femme qui s’occupait de nous “ne pouvait absolument pas être la concubine (novia) du Chef”, parce qu’elle s’était mise voyez-vous à le détester, au point de faire “chambre à part dans le ranch” ! Mais si une autre femme française habitait Las Chinitas, et que ce n’était pas Florence Cassez, pourquoi personne ne l’a-t-il jamais recherchée ?

« Je vis maintenant loin de mon cher pays, avec Raul et Cristian, parce que je ne fais pas confiance à la police mexicaine pour nous protéger : trois membres du gang Los Zodiacos sont toujours en liberté, ils tuent comme ils respirent (matan como respiran), et ils voudraient sûrement se venger…

« Cristian a eu seize ans au dernier Noël, et s’en tire assez bien. Il s’est fait des amis dans la petite école bilingue que nous lui avons trouvée. Je ne vous donnerai pas son adresse, ni le nom de la ville, pour le protéger. J’avais d’ailleurs prévenu les autorités de mon pays en décembre 2005, après notre libération, que nous n’accorderions jamais aucune interview à la presse ni ne recevrions aucun photographe, mexicain ou français. J’aime la France pourtant, où nous n’existons pas, et le Mexique aussi, ma chère Patrie, où nous ne pouvons plus habiter !

« Mme Cassez pour sa part donne beaucoup d’interviews depuis la prison pour femmes de Tepepan où elle est internée. Elle reçoit régulièrement la visite du Consul de France à Mexico, peut appeler ses parents, commander ses repas, lire la presse, regarder la télévision, téléphoner aux journaux… On m’assure que le Président de la République Française lui-même, M. Nicolas Sarkozy, l’appelle régulièrement pour prendre de ses nouvelles et qu’il parviendra un jour où l’autre à la “rapatrier”. Tant mieux pour elle. Tant pis pour nous. Je suis sans doute une mauvaise chrétienne : je n’ai pas su encore lui pardonner !

« Je suis d’autant plus triste, en colère (même si je sais qu’il ne le faudrait pas), que je vois bien aujourd’hui en lisant vos journaux que tout en France a complètement changé : au pays des Droits de l’Homme, désormais, les droits des victimes comptent infiniment moins que ceux des criminels ! »
Traduit de l’espagnol par Hugues Kéraly, rédacteur-en-chef de Sedcontra.fr

POUR EN FINIR AVEC « L’AFFAIRE CASSEZ »

Par Hugues Kéraly - sedcontra.fr - 25 février 2011

La police et la Justice mexicaines seraient-elles intégralement et irrémédiablement corrompues, au point d’acheter des témoignages mensongers, de torturer à mort des “prévenus” cueillis au hasard des routes et d’inventer des complices qui n’existent pas ? Florence Cassez serait-elle la victime expiatoire d’une sinistre machination du pouvoir mexicain, pour préparer les élections présidentielles de 2012, en marquant des points contre le grand banditisme mexicain ? Voici les pour et les contre, les faits, les lieux, les dates, les motivations des Juges et les indignations de la Défense : à vous de juger !

Le contexte

« Au Mexique, pour lutter contre la criminalité organisée, l’Etat a lancé une vaste offensive appuyée sur l’armée et la police. Des affrontements violents entre des bandes de trafiquants de drogue ainsi que des fusillades entre les forces de l’ordre et les dites bandes peuvent parfois aussi affecter des personnes non impliquées.

« Dans les grandes villes, la criminalité a fortement augmenté ces dernières années. Elle est particulièrement élevée à Mexico-City ainsi que dans les villes proches de la frontière des Etats-Unis. Les agissements de pickpockets, les vols à la tire et les agressions armées sur la voie publique et dans les transports en commun sont fréquents.

« Les tentatives d’extorsion d’argent et les enlèvements sont fréquents, principalement dans le district fédéral de Mexico-City et dans l’Etat de Morelos ; les citoyens étrangers en sont également la cible. Nombreux sont les enlèvements éclair au cours desquels les victimes sont contraintes d’effectuer des retraits bancaires par carte de crédit. »
(Source : Confédération Helvétique, site du Département fédéral des Affaires étrangères, www.eda.admin.ch.)

« Selon les données du ministère de la Sécurité publique du Mexique (Secretaría de Seguridad Pública), 1 028 enlèvements auraient eu lieu dans ce pays en 2008 (…) Mais pour la Comisión Nacional de los Derechos Humanos du Mexique, un enlèvement sur quatre seulement est dénoncé, les trois quarts des enlèvements perpétrés faisant ainsi partie de ce que l’on désigne là-bas comme le chiffre noir des enlèvements. On estime donc à environ 20 000 le nombre d’enlèvements de 2001 à 2008, alors que dans tout le Mexique 5 140 rapts ont fait officiellement l’objet d’une plainte. L’institut Civique des Études sur l’Insécurité estime de son côté le chiffre noir à huit enlèvements sur neuf. »
(Source : UNHCR : The UN Refugee Agency, 24/02/2011, www.refworld.org)

Les 7 arguments de l’accusation tirés de l’enquête et des attendus du jugement

1. Florence Marie Louise Cassez Crepin, née à Lille le 17 novembre 1974, de nationalité française, est arrêtée au Mexique le 8 décembre 2005 sur une route qui mène à la capitale (Mexico-City). Elle se trouve a bord du véhicule de son “novio” (le bon copain durable, en espagnol), Israel Vallarta. Ce dernier est le chef chef présumé du gang Los Zodiacos, activement recherché par la police mexicaine pour plusieurs assassinats et une dizaine d’enlèvements crapuleux dans la banlieue “chic” de la capitale.

2. Dans la coquette villa campagnarde d’Israel Vallarta – le ranch Las Chinitas, à 29 km de Mexico –, la police découvre des armes et des munitions de guerre, réservées aux forces armées, ainsi que trois otages aux mains attachées, enfermés dans une petite dépendance de la propriété, le cuarto de servicio : Ezequiel Elizalde (20 ans), Cristina Rios Valladares (43 ans) et son fils Cristian (11 ans), enlevés le 19 octobre 2005 par la bande des Zodiacos.

3. Florence Cassez, interrogée par la police mexicaine, reconnaît le ranch Las Chinitas comme étant celui de sa résidence personnelle au Mexique depuis le mois d’octobre 2005. Elle déclare par ailleurs travailler dans un hôtel de Mexico (Fiesta Americana) où elle exerce les fonctions d’hôtesse d’accueil “à l’étage des VIP”. Elle précise aux policiers qu’elle dispose à cet effet en centre-ville d’un petit appartement de fonction fourni par la direction de l’établissement et que ses revenus mensuels, dans ce dernier emploi, comportent des primes saisonnières. Ses revenus nets évoluent à cette époque (toujours selon ses dires) entre 5000 et 7000 Pesos par mois : environ 360 €, dans la fourchette nationale du “salaire moyen”. – Ajoutons que Florence Cassez elle-même déclare le 8 décembre 2005 face aux caméras de télévision ne pas avoir été “bousculée” par la police mexicaine lors de cet interrogatoire, où elle avait bénéficié d’un avocat commis d’office et, comme tous les autres prévenus étrangers, d’un traducteur assermenté franco-mexicain.

4. Au lendemain de son arrestation, le compte en banque n° 4415 4500 7287798/98 de Florence Cassez à la Banamex de Mexico présente un solde créditeur de plus de 50 000 Pesos mexicains.

5. Parmi les effets personnels de Florence Cassez, qui “déménageait ses affaires” dans la voiture de “l’ex-novio” Israel au moment de son arrestation, la police mexicaine saisit une liste de 20 noms et adresses de familles fortunées de la capitale, ainsi que de nombreuses photographies d’amateur sur la réception très amicale de ses parents – Bertrand Cassez et Charlotte Crepin – au ranch Las Chinitas.

6. Les trois otages mentionnés au point 2 témoignent contre Florence Cassez, dénoncée de jour comme de nuit par son fort accent français. Ils la déclarent tous trois coupable de complicité active dans leur séquestration dans la “cabanne aux prisonniers”, le cuarto de servicio du ranch Las Chinitas. – Catégorique, Ezequiel Elizalde ajoute qu’elle portait une cagoule et des lunettes noires lorsqu’elle venait les nourrir ou vérifier les liens. – Cristina Rios Valladares et son petit garçon, pour leur part, reconnaissent seulement le timbre et l’accent de la voix, dont ils se souviendront longtemps….

7. Un membre important du gang Los Zodiacos, David Orozco Hernandez (dit El Géminis), arrêté en mai 2009, désigne lui aussi Florence Cassez comme responsable de la logistique du gang et du recouvrement des rançons, aux côtés d’Israel Vallarta. – Dans ses déclarations à la police, répercutées par tous les grands journaux mexicains, il précise ceci : “Florence Cassez nous a rejoint en 2004, et son influence pour imposer et isoler le chef, ou plutôt s’isoler avec lui, ont largement contribué à semer la discorde au sein de l’organisation… Ses fonctions dans la bande consistaient à planifier les rapts et à organiser le recouvrement des rançons… Israel et Florencia tenaient beaucoup à garder le secret, vis-à-vis des autres membres du groupe, sur les cibles potentielles des enlèvements et la réalité des sommes obtenues des familles d’otages… Ils estimaient que ces informations stratégiques n’avaient pas lieu d’être partagées.” (Sources : La Jornada, El Universal, Radio Trece, El Porvenir, 12-13 mai 2008, Mexico.)

Au Mexique, même les ONG n’ont à l’heure actuelle guère de doute sur la culpabilité de Florence Cassez…

Pour l’association « Alto al Secuestro » (Halte aux enlèvements), et sa présidente, Isabel Miranda, Florence Cassez est coupable à 100%. En effet, celle ci met en avant le fait que Florence Cassez a reçu un versement en argent de 50 000 dollars, alors que celle ci ne touchait de par sa profession qu’une somme comprise entre 6000 et 8000 dollars par mois. Par ailleurs Isabel Miranda, n’hésite pas à mettre en avant que la Française avait élu domicile de le ranch de Israel Vallarta, ranch au sein duquel les victimes enlevées étaient séquestrées. Un choix de domicile que Florence Cassez aurait fait 3 mois avant son arrestation. Pour la présidente de l’ONG, la Française ne pouvait ignorer les activités qui se déroulaient au sein du ranch, ses « appartements » étant situés à 65m du lieu des séquestrations, et l’obligeant pour ses allers et venues vers l’extérieur à passer devant les victimes emprisonnées. De plus, Isabel Miranda, explique que Florence Cassez, en qualité de compagne de Israel Vallanta, avait rencontré des complices de son compagnon, bien que cette dernière le nie. Le principal témoin de ces rencontres étant David Orozco, cousin de Vallarta, qui dans un premier temps a affirmé avoir rencontré la Française avant de se rétracter ayant selon lui parlé sous la torture. Pour la Président de l’ONG, cette rétractation des aveux est tout à fait normale, car « 90% des kidnappeurs arrêtés prétendent avoir été torturés ».

Source : http://www.lepost.fr/article/2011/0...

Les 10 réponses de la défense apportées par les comités de soutien de Florence et la “contre-enquête” de ses avocats

1. Florence Cassez “clame son innocence“ depuis plus de cinq ans dans la prison des femmes de Tepepan (Mexico), malgré les pauvres moyens de communication dont elle dispose encore aujourd’hui : visites du Consul et des avocats, coups de fils à Nicolas Sarkozy, interviews en print, on line et en direct accordées à la presse française et mexicaine, enfin publication en France d’un livre-choc, irrécusable, sur la brutalité et la corruption intégrales de la Police et de la Justice mexicaine : A l’ombre de ma vie (Michel Lafon, 232 pages, février 2010).

2. Cette brutalité et cette corruption sont bien connues de tous les touristes américains et des Français résidant au Mexique, qui doivent souvent multiplier les propinas administratives (pourboires non justifiés) pour obtenir satisfaction, voire glisser un billet de 10 Pesos dans leur permis de conduire pour éviter la contravention ! Attention à ne pas vouloir remonter en ce cas jusqu’au chef de poste, en poussant des hurlements : il vous en coûtera 100 Pesos, au moins, voire une nuit de mise au frais en supplément.

3. Florence Cassez se détachait clairement d’Israel Vallarta au moment des faits, comme le prouve son retour en voiture vers Mexico, avec tous ses effets personnels, retour qui a permis l’arrestation du chef de gang. (Les parents de Florence affirment même qu’elle faisait “chambre à part”, dans les dernières semaines, pour lui manifester son mécontentement.)
4. Israel Vallarta, en bon chef de bande clandestin, chargeait ses armes de guerre dans les toilettes du ranch et ne s’encagoulait que de nuit, à l’abri bien sûr des regards indiscrets. Il était passé maître, comme un certain Madoff, en l’art de détourner l’attention de ses activités. Florence et ses parents le croyait seulement “heureux en affaires”, bien qu’il se soit déclaré lui-même “vendeur de voitures d’occasion”. (Sic.)

5. Point cardinal et capital pour tous les défenseurs de Florence Cassez : l’arrestation du 8 décembre 2005 a été reconstitué à l’aube du lendemain 9 décembre par la police mexicaine – qui l’a reconnu par la suite – face à plusieurs chaînes de télévision mexicaines convoquées pour la circonstance, tout ceci dans le but évident de servir la propagande pré-électorale du gouvernement mexicain.

6. Au Mexique, si l’opinion publique condamne notre compatriote avec sévérité, les experts qualifiés des bureaux de l’épiscopat, après un an d’enquête sociologique et humanitaire, déclarent Florence Cassez victime d’une infernale machination gouvernementale téléguidé par le Président de droite catholique, nationaliste et fachisante : le peu recommandable Mexicain “baptisé par erreur” Felipe Calderon… Un homme qui s’oppose de toutes ses forces à l’avortement, l’euthanasie, le mariage homosexuel et la libération anticipée des criminels récidivistes !

7. En France, tous les grands partis politiques, les ministres du gouvernement Fillon et le Président Sarkozy lui-même unissent leurs voix aux militants catholiques, protestants et agnostiques d’innombrables comités de soutien pour exiger la libération et/ou le retour en France de Florence Cassez.

8. Les aveux d’Israel Vallarta et de ses complices ont été presque à coup sûr extorqués sous la torture, habilement dissimulée ensuite face aux caméras de télévision, tandis que les témoignages des soi-disantes victimes ont été tous achetés à prix d’or par le gouvernement mexicain.

9. Cristina Rios Valladares, principal témoin à charge dans l’affaire Cassez, n’ose plus confirmer ses accusations à visage découvert devant la presse mexicaine : elle a même fui son pays, prétextant que le gang des Zodiacos – très partiellement démantelé par l’arrestation du chef – risquait de vouloir se venger sur sa personne et celle de son fils Cristian… N’importe quoi !

Hugues Kéraly / sedcontra.fr / 25 février 2011

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site