Geopolintel

Jacinda Ardern démissionne et quitte le plan de guerre en Indopacifique

jeudi 19 janvier 2023

Nous devrions nous réjouir de la démission de la première ministre de Nouvelle Zélande, mais quitter un poste pour épuisement cache autre chose.
Nous sommes à la veille de l’ouverture d’un second front de guerre entre la Chine et l’OTAN.

Pour Henry Kissinger, la Chine est le « plus gros problème de l’Amérique ».
Il a averti que les relations sino-américaines étaient déjà « au bord de la Guerre froide ».
La priorité numéro un à l’heure actuelle c’est Taiwan, faute de quoi il y aura un impact sur les relations sino-américaines.

Pour l’OTAN, la Chine représente désormais un « défi systémique » pour l’ordre mondial.
En juin 2021, les membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord se sont inquiétés des ambitions déclarées de la Chine en Europe et « la menace grandissante » du renforcement militaire de la Russie.

Le plan de vaccination mondialisé touche à sa fin et les globalistes planchent sur les prochains événements pour déstabiliser le monde.

Le conflit en Ukraine et celui qui pourrait advenir à Taiwan induisent que la stratégie des mondialistes s’orientent vers la guerre comme solution de rechange.

Henry Kissinger est intervenu par voix de presse pour recommander l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN pour poursuivre son expansion.

L’OTAN est présent Ukraine et en indopacifique avec le QUAD qui regroupe les USA, le Japon, l’Australie et l’Inde qui reste proche de la Russie de Poutine.
En septembre 2021, la Commission européenne a présenté la stratégie européenne pour la coopération dans la région indopacifique.
Elle représente le déplacement du centre de gravité de l’économie et de la politique mondiale de l’Atlantique vers le Pacifique.
La Chine refuse de reconnaître cette zone géographique et idéologique qu’elle perçoit comme une stratégie de « containment ».

L’élargissement de l’OTAN vers l’est ne signifie pas seulement vers la Russie mais aussi vers la Chine par l’intermédiaire de la zone indopacifique.

C’est peut être cette vision otanesque qui a forcé la démission de la première ministre de Nouvelle Zélande, qui n’était en poste que pour valider le projet de vaccination.

L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont été placées en première ligne des plans de guerre menés par les États-Unis.
Il est bon de se rappeler que la Nouvelle Zélande appartient à l’organisation Five Eyes, qui désigne l’alliance des services de renseignement de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis au service de l’OTAN et donc des Etats Unis.

Les nouveaux acteurs de la stratégie de l’OTAN seront la Quadrilatérale ou QUAD, l’AUKUS alliance militaire représentant l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni qui visent à contrer l’expansionnisme chinois dans l’Indopacifique et les Five Eyes.

Jacinda Ardern a prononcé l’été dernier un discours lors du China Business Summit à Auckland qualifiant la relation entre la Nouvelle-Zélande et la Chine de « l’une des plus importantes ». Jacinda Ardern a souligné « la longue histoire d’engagement et d’interactions bénéfiques entre nos gouvernements, nos peuples, nos cultures et le commerce ».

Cette soumission à la Chine ne rentre pas dans les plans de l’OTAN, son successeur sera choisi sur des critères belliqueux pour rester fidèle à la politique d’endiguement des Etats Unis en Indopacifique.

Une “adhésion de l’Ukraine à l’Otan serait une issue appropriée”, déclare Henry Kissinger

L’ancien chef de la diplomatie américaine Henry Kissinger a plaidé mardi pour un soutien continu à l’Ukraine jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu puisse être obtenu et dit soutenir l’adhésion de ce pays à l’Otan.

Avant cette guerre, j’étais opposé à ce que l’Ukraine devienne membre de l’Otan parce que je craignais que cela ne provoque exactement le processus qu’on voit maintenant”, a-t-il affirmé devant le Forum économique mondial à Davos, en Suisse.

“Mais maintenant que ce processus a atteint ce niveau, une Ukraine neutre dans ces conditions n’aurait plus de sens”, a-t-il souligné par vidéoconférence, en ajoutant qu’une “adhésion de l’Ukraine à l’Otan serait une issue appropriée” une fois le conflit résolu.

Éviter que la guerre “ne se transforme en guerre contre la Russie”

M. Kissinger, 99 ans, a cependant appelé à tout faire pour éviter que la guerre “ne se transforme en guerre contre la Russie”, et à s’efforcer de maintenir un dialogue avec la Russie afin de lui donner “l’occasion de rejoindre le système international” une fois la paix conclue.

“Les Etats-Unis ont soutenu la résistance ukrainienne et devraient poursuivre ce soutien et si nécessaire l’intensifier sur le plan militaire jusqu’à ce qu’une ligne de cessez-le-feu soit atteinte ou acceptée lors de discussions préliminaires”, a encore affirmé celui qui fut secrétaire d’Etat américain sous le président Richard Nixon (1969-1974) et chantre de la realpolitik.

AFP

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site