Geopolintel

Projet Mockingbird : Dawn Scalici de la CIA à Reuters puis à McKinsey

jeudi 7 avril 2022

LE PROJET MOCKINGBIRD a contribué à la création d’un nouveau service de la CIA pour la subversion et la propagande.
En 1948, l’agent de la CIA Frank Wisner a été nommé directeur du Bureau des projets spéciaux. Peu après, ce service a été renommé « Bureau de la coordination des politiques » (OPC). Cela est devenu un élément de la Direction du contre espionnage et du renseignement de la CIA. Wisner reçut l’ordre de créer une organisation dont les principaux objectifs, seraient « la propagande, la guerre économique ; des actions préventives directes, y compris le sabotage, l’anti-sabotage, des orperations de démolition et de mesures d’évacuation ; la subversion contre états hostiles, y compris l’assistance à des groupes de résistance clandestin, et le soutien des éléments autochtones anti-communiste dans les pays menacés du monde libre. » L’OPC était financé par le détournement de fonds qui étaient destinés au « Plan Marshall »(1). Une partie de cet argent fût utilisé pour soudoyer et corrompre les journalistes et les éditeurs. Mockingbird

La parcours de Dawn Scalici doit nous interroger sur le rôle des « chaises musicales » de l’Etat profond américain avec les multiples interventions du personnel de la CIA dans les entreprises à visées internationales.
Son profil doit nous rappeler celui du patron de Pfizer, James C. Smith - connu en tant qu’investisseur de premier plan et membre du conseil d’administration du géant pharmaceutique Pfizer.
Il est aussi Président de la Fondation Thomson Reuters. Il a occupé le poste de Président, directeur général et administrateur de Thomson Reuters Corporation de 2012 jusqu’à sa retraite en 2020.
Cette information soulève de graves problèmes de conflit d’intérêts, car les médias tels que Reuters continuent de promouvoir les produits Pfizer et de défendre les intérêts des sociétés pharmaceutiques et de faire réduire au silence les plus sceptiques.

En 2021 Twitter s’est associe à Reuters, soutenu par le gouvernement britannique et la CIA, pour censurer les opinions divergentes.
Twitter collabore avec Reuters, ce média lié à la CIA participe également à un programme secret britannique de guerre de l’information, pour censurer les « fausses informations » sur les médias sociaux.

Quant à l’affaire McKinsey ils vont tenter tout ce qui est en leur pouvoir pour l’étouffer.

Dawn Scalici Reuters
Directrice des affaires gouvernementales mondiales

Dawn Scalici a rejoint Thomson Reuters en juillet 2015 pour occuper le poste de Government Global Business Director de l’entreprise. Elle est chargée de faire progresser la capacité de Thomson Reuters à répondre aux besoins disparates du gouvernement américain - en travaillant sur les principaux secteurs d’activité de l’entreprise et en exploitant de manière optimale ses données, produits et services. À ce titre, elle développe des relations stratégiques avec les parties prenantes et les décideurs clés du secteur gouvernemental, élabore des campagnes visant à promouvoir la croissance des activités de Thomson Reuters et travaille avec les cadres supérieurs de l’entreprise pour déterminer les objectifs et les plans stratégiques pertinents.

Avant de rejoindre Thomson Reuters, Mme Scalici a travaillé pendant 33 ans pour la Central Intelligence Agency (CIA). Lors de sa dernière affectation fédérale, elle a occupé le poste de responsable du renseignement national pour l’hémisphère occidental au sein du bureau du directeur du renseignement national (ODNI). À ce titre, elle était chargée de superviser le renseignement national dans une zone de responsabilité s’étendant de l’Arctique à l’extrémité de l’Amérique du Sud, y compris le territoire américain.

Mme Scalici est membre du conseil d’administration de l’Association for International Risk Intelligence Professionals et du comité consultatif de Momentum Aviation Group (MAG). Elle est également membre du comité de renseignement de l’AFCEA (Arms Forces Communications and Electronics Association) et du Homeland Security Intelligence Council de l’INSA (Intelligence and National Security Alliance).

Reuters

McKinsey : une ancienne de la CIA arrive à la gestion des risques

Dawn Scalici a pris en février 2019 les fonctions de directrice des audits (head of diligence) chez McKinsey, un poste au périmètre global logé au sein des départements des risques de la firme.

L’ancienne de la CIA (pendant trente-trois ans) veillera tout particulièrement sur les marchés émergents et les missions complexes. Une nomination qui intervient alors que le global managing partner, Kevin Sneader, multiplie les interventions médiatiques pour expliquer que McKinsey, à l’aune des différents scandales qui ont porté ombrage à la marque ces derniers mois, se montrera plus transparent sur les missions que la société pourra ou ne pourra pas mener à l’avenir.
Consultor

La CIA verse 10 millions d’honoraires à McKinsey pour sa réorganisation

Dans le but d’améliorer l’organisation de la CIA, le service de renseignement extérieur des États-Unis a fait appel à l’expertise de McKinsey & Company. L’opération s’accompagne d’un prix élevé, de l’ordre de 10 millions de dollars, et implique un large éventail de services de conseil en stratégie et en gestion. Alors que le conseil d’administration souligne la nécessité d’une perspective tierce, les experts internes s’interrogent sur la valeur de l’argent dépensé.

La CIA est sur le point d’entamer l’un des exercices de restructuration les plus ambitieux de son histoire. En mars 2015, le directeur John O. Brennan a dévoilé le projet, qui devrait avoir un impact considérable sur la structure organisationnelle des grandes directions d’espionnage et d’analyse, qui font partie de la structure de l’agence depuis des décennies. Dans son nouveau modèle, l’agence créera une unité hybride qui associera des analystes et des opérateurs dans des centres axés sur des régions spécifiques, comme le Moyen-Orient, ainsi que sur des questions de sécurité, notamment la prolifération des armes. Cette nouvelle approche s’inspire du succès du centre de lutte contre le terrorisme de la CIA, qui jouit d’une influence considérable depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Pour réaliser cette restructuration à grande échelle, l’agence a engagé des consultants de McKinsey & Company, une société de conseil réputée pour sa gestion de la restructuration d’organisations vastes et complexes.

Le coût de la restructuration

Dans le cadre de la restructuration, la CIA a demandé à un certain nombre de départements de renoncer à une partie de leur budget pour couvrir les coûts liés à la transformation. Les départements ont toutefois eu du mal à débloquer les fonds et, avec en toile de fond les 10 millions de dollars d’honoraires que les consultants sont censés facturer, les législateurs du Capitole ont exprimé leur cynisme quant à l’investissement dans les conseils de McKinsey & Company.

Les membres du Congrès ne sont pas les seuls à s’inquiéter du coût du contrat de McKinsey, le personnel de l’agence a également exprimé sa surprise quant au fait que les coûts n’ont pas été divulgués plus tôt par M. Brennan dans son annonce de changements au sein de l’agence. « Quelle est la justification ? » a demandé un fonctionnaire connaissant bien le contrat. « Quand vous parlez de millions et de millions de dollars, il devrait y avoir une raison pour laquelle l’argent est dépensé ». Selon certains, les services pourraient tout aussi bien être fournis par l’expertise interne.

Si la valeur du contrat n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan du budget de la CIA, qui dépasse les 12 milliards de dollars, l’opération est également l’une des plus coûteuses auxquelles l’agence a été confrontée en matière de réorganisation. Un porte-parole de l’agence, Dean Boyd, a toutefois déclaré qu’ils allaient « mettre en œuvre ce plan dans le cadre de notre budget existant et sans demander de fonds supplémentaires au Congrès. » Un porte-parole de McKinsey a refusé de commenter l’accord.

Point de vue extérieur

La dépense étant considérée par beaucoup comme frivole, la question de savoir pourquoi l’effort de restructuration est réalisé avec des renseignements extérieurs a été posée par un certain nombre de responsables. Selon les défenseurs du rôle de McKinsey, l’introduction d’un point de vue extérieur est essentielle pour briser la culture de résistance au changement qui règne au sein de l’agence. La CIA a connu un certain nombre de réorganisations ces dernières années, et beaucoup d’entre elles n’ont pas réalisé le potentiel prévu, une culture de conservatisme et le fait d’être un boulet au sein des anciennes structures étant les raisons invoquées pour expliquer ce bilan mitigé.

« C’est probablement une bonne chose d’apporter une perspective extérieure à un moment où vous faites quelque chose d’aussi difficile », déclare un ancien haut responsable du renseignement américain. Il ajoute qu’« il y a un scepticisme et un cynisme à l’égard de la dépense d’argent pour tout autre chose que la mission ». Un autre ancien employé affirme que « cet endroit est célèbre pour faire de la corde à sauter. En faisant appel à McKinsey, Brennan a obtenu un superviseur indépendant non seulement pour diriger le processus mais aussi pour rendre compte des résultats. »

Consultancy

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site