Geopolintel

La dette russe expliquée à Macron pour son oral de campagne.

vendredi 25 mars 2022

Emmanuel Macron est bête selon Charles Gave, cette affirmation est divergente des louanges de la presse internationale.
Mais que penser d’être un idiot à l’échelle planétaire ?
Selon Macron la Russie est affaiblie et en cessation de paiement, et les sanctions économiques vont nous faire gagner la guerre, parce que nous sommes en guerre avec la Russie de Poutine, nous livrons des armes et des soldats privés à destination de l’Ukraine.

Russie - Dette publique

Dette de la France

À la fin du troisième trimestre 2021, la dette publique s’établit à 2 834,3 Md
Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques (APU) - troisième trimestre 2021

À la fin du troisième trimestre 2021, la dette publique au sens de Maastricht s’établit à 2 834,3 Md€, soit 116,3 % du PIB (114,8 % à la fin du trimestre précédent). Elle augmente de 72,4 Md€, plus fortement qu’au deuxième trimestre (+23,7 Md€). Une partie de cet endettement alimente la trésorerie des administrations publiques, en hausse de 29,9 Md€ sur ce trimestre. Sous l’effet de cette hausse de trésorerie, la dette nette augmente plus modérément que la dette brute (+41,5 Md€ après +68,4 Md€ au trimestre précédent) pour s’établir à 103,4 % du PIB.

La France est un pays situé en Europe de l’Ouest, il a une superficie de 549.087 Km2,

La France, avec une population de 67.439.599 habitants, il est classé à 21º par population de 196 pays 123 personnes par km2.

La capitale est Paris et sa monnaie est l’euro.

C’est la 6e plus grande économie en termes de PIB nominal Sa dette nationale en 2020 était de 2.649.261 millions d’euros, 3.025.986 millions de dollars (soit un ratio dette/ PIB de 115%), et sa dette publique est de 39.283 € euros par habitant, 44.870 $ dollars par habitant. Russie 1706 euros par habitants

Le dernier taux annuel de l’ publié en La France date de février de 2022 et était de 3,6%.

L’ indice de développement humain (IDH) de l’La France, qui est utilisé par les Nations Unies pour mesurer les progrès d’un pays, était de 0,901 point en 2019, ce qui le place à la 26e place du tableau de l’IDH publié sur 189 pays.

Si les raisons de visiter l’La France sont des affaires, sachez que c’est dans le 32e rang du classement Doing Business, qui fournit des mesures objectives de la réglementation des affaires pour les entreprises locales.

Le risque de défaut de paiement de la Russie sur sa dette s’éloigne un peu

La Russie indique avoir effectué un versement pour régler une première échéance sur ses obligations souveraines.

La Russie a assuré jeudi avoir payé une première tranche d’intérêts liés à des obligations, éloignant dans l’immédiat la possibilité d’un défaut de paiement, alors que ses avoirs à l’étranger sont gelés par des sanctions occidentales. « L’ordre de paiement sur le remboursement d’intérêts d’obligations (...) d’une valeur totale de 117,2 millions de dollars (...) a été effectué », a indiqué le ministère russe des Finances dans un communiqué.

Il a ajouté qu’il informerait séparément le marché sur le dépôt de cette somme sur le compte de Citibank, la banque chargée d’effectuer l’opération.

Le paiement de cette première échéance de remboursement d’obligations éloigne dans l’immédiat la possibilité d’un défaut de paiement, alors que les avoirs russes à l’étranger sont gelés par des sanctions occidentales.

En représailles à l’intervention militaire russe en Ukraine, la partie des réserves russes détenues à l’étranger, environ 300 milliards de dollars, est en effet gelée. Ces sanctions font craindre que Moscou ne soit plus en mesure de rembourser, et donc menacé d’un défaut de paiement.
BFMTV

Le pétrole, le gaz et les matières premières ne sont pas militarisés - pour l’instant

Chaque jour, l’Occident continue d’acheter pour des centaines de millions de dollars de ressources à la Russie, finançant indirectement la crise ukrainienne.

Tous les regards sont tournés vers l’Ukraine.

Dans les 24 heures qui ont suivi la signature par Vladimir Poutine d’un décret reconnaissant deux territoires ukrainiens sécessionnistes, l’Union européenne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont acheté un total de 3,5 millions de barils de pétrole et de produits raffinés russes, pour une valeur de plus de 350 millions de dollars aux prix actuels. En plus de cela, l’Occident a probablement acheté pour 250 millions de dollars de gaz naturel russe, ainsi que des dizaines de millions de dollars d’aluminium, de charbon, de nickel, de titane, d’or et d’autres produits de base. Au total, la facture a probablement dépassé 700 millions de dollars.

Et c’est ainsi que les choses vont se passer - du moins pour l’instant. Les États-Unis et leurs alliés européens continueront d’acheter des ressources naturelles russes et Moscou continuera de les expédier, malgré la plus grande crise politique entre les anciens adversaires de la guerre froide depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991.

Les deux parties sont conscientes de leurs contradictions. L’Occident sait que les matières premières sont une vache à lait pour Poutine, qui nourrit ses ambitions impériales grâce, en grande partie, aux prix ultra élevés du pétrole et du gaz, mais les alliés sont également conscients de l’autodestruction économique que représente la réduction à zéro des importations. De son côté, le Kremlin pourrait être tenté d’armer ses ressources naturelles - ce qui pourrait déclencher des pannes d’électricité en Europe. Mais il sait aussi que les exportations de matières premières sont sa propre bouée de sauvetage économique.

C’est la version du marché des matières premières de la doctrine de la guerre froide de la destruction mutuelle assurée, ou MAD.

la Maison Blanche a été plus prompte à utiliser le pétrole comme un outil géopolitique avec d’autres adversaires - comme l’Iran ou le Venezuela.
En conséquence, Téhéran et Caracas ne peuvent pas vendre légalement du pétrole sur les marchés mondiaux, et pas seulement aux États-Unis. Cependant, la Russie reste libre d’expédier son pétrole en Amérique, et le Royaume-Uni continue d’acheter du diesel russe.

À l’heure actuelle, ni Moscou, ni les États-Unis et leurs alliés n’ont un intérêt économique, politique ou militaire à armer le pétrole, le gaz et d’autres ressources naturelles. Toutefois, je dois insister sur « pour l’instant ». Le premier cycle de sanctions occidentales - et la réaction du Kremlin - était le reflet de cette posture actuelle.

L’Union européenne et le Royaume-Uni ont ciblé cinq banques russes de taille moyenne, les accusant d’aider la campagne du Kremlin. Mais elles n’ont pas touché aux trois prêteurs géants appartenant à l’État qui sont essentiels pour le commerce des matières premières : VTB Bank PJSC, Sberbank of Russia PJSC et Gazprombank JSC.
M. Poutine a fait de même en déclarant lors d’une conférence sur l’industrie - le lendemain de la reconnaissance des républiques séparatistes - que la Russie prévoyait un « approvisionnement ininterrompu » en gaz naturel sur les marchés mondiaux.

Les craintes d’une coupure de l’approvisionnement en gaz par le Kremlin ne sont que des craintes. Tout trouble militaire reste confiné aux deux territoires séparatistes, qui sont éloignés des puissants oléoducs et gazoducs russes qui sillonnent l’Ukraine d’est en ouest : Druzbha, Soyouz, Progress et Brotherhood. La société qui exploite le réseau de gazoducs de l’Ukraine a tweeté : « Restez calmes et faites transiter le gaz ».

La plus grande victime a été NordStream 2, le gazoduc soutenu par le Kremlin qui relie directement la Russie à l’Allemagne sous la mer Baltique.

Berlin a interrompu le processus d’approbation administrative du gazoduc, mettant ainsi le projet en veilleuse. Il est toutefois révélateur qu’elle n’ait pas imposé de sanctions sur le gazoduc lui-même. En tout état de cause, il était peu probable que le NS2 - qui n’a pas encore commencé à fonctionner - soit approuvé avant l’été. Berlin n’a pris aucune mesure à l’égard du gazoduc jumeau de NS2, NordStream 1, qui suit exactement le même itinéraire et qui pompe du gaz depuis plusieurs années. Pourquoi ? Le NS2 est vide ; le NS1 est plein.

Bloomberg

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site