Geopolintel

La connexion mafieuse de la famille Biden avec l’Ukraine

samedi 12 mars 2022

Entre 2013 et 2014, des manifestations importantes ont éclaté à Kiev, pour que l’Ukraine intègre le monde occidental et pour mettre fin à la corruption systémique qui sévissait en Ukraine.
Le bilan de ces manifestations est de 82 morts, la révolte a cessé le 21 février, lorsque le président ukrainien Viktor Yanoukovitch a abdiqué en fuyant le pays.
Moins de deux mois plus tard, en l’espace de seulement 28 jours, des événements importants se sont produits.
Le 16 avril 2014, le vice-président Biden a rencontré l’associé de M. Hisson, Devon Archer, à la Maison Blanche.
Cinq jours plus tard, le vice-président Biden visite l’Ukraine, et sa visite est décrite dans la presse comme la « façade publique de la gestion de l’Ukraine par le gouvernement ».
Le lendemain de sa visite, le 22 avril, Devon Archer rejoint le conseil d’administration de Burisma. Six jours plus tard, le 28 avril, des fonctionnaires britanniques saisissent 23 millions de dollars sur les comptes bancaires londoniens du propriétaire de Burisma, Mykola Zlochevsky.
Quatorze jours plus tard, le 12 mai, Hunter Biden a rejoint le conseil d’administration de Burisma et, au cours des quelques années suivantes, Hunter Biden et Devon Archer ont reçu des millions de dollars d’un oligarque ukrainien corrompu pour leur participation au conseil d’administration.

Les manifestations de 2014 à Kiev, connues sous le nom de « Révolution de la dignité », sont une révolution contre la corruption en Ukraine. Zlochevsky aurait dû s’assurer que les fonctionnaires ukrainiens concernés étaient au courant de la nomination de Hunter au conseil d’administration de Burisma. La position de Hunter-Biden au conseil d’administration a créé un conflit d’intérêts potentiel immédiat qui s’est avéré problématique pour les fonctionnaires américains et ukrainiens et qui a affecté la mise en œuvre de la politique ukrainienne.

L’enquête sur les conflits d’intérêts a commencé en août 2019, avec la lettre du président Grassley au département du Trésor concernant les conflits d’intérêts potentiels liés à la politique de l’administration Obama concernant la transaction de l’entreprise Henniges.

Au cours de l’administration Obama, le Comité des investissements étrangers des États-Unis (CFIUS) a approuvé une transaction qui a permis de transférer le contrôle de Henniges, un fabricant américain de technologies antivibratoires ayant des applications militaires, à une société d’aviation appartenant au gouvernement chinois et à une société d’investissement basée en Chine, avec des liens établis avec le gouvernement chinois.

L’une des sociétés impliquées dans la transaction Hennigest était un fonds d’investissement privé d’un milliard de dollars appelé Bohai Harvest RST (BHR). BHR a été créé en novembre 2013 par une fusion entre la société liée au gouvernement chinois Bohai Capital et une société nommée Rosemont Seneca Partners. Rosemont Seneca Partners a été créée en 2009 par Hunter Biden, le fils de Joe Biden, alors vice-président, par Chris Heinz, le fils de John Kerry, ancien secrétaire d’État, et d’autres personnes.

Ce que le président Grassley a découvert au cours de cette enquête, c’est que l’administration Obama savait que la position de Hunter Biden dans l’organigramme de Burisma était problématique et qu’elle a nui à l’exécution et l’efficacité de la politique envers l’Ukraine. De plus, cette enquête a montré à quel point les fonctionnaires de l’administration Obama ont ignoré les avertissements flagrants lorsque le fils du vice-président a rejoint le conseil d’administration d’une société appartenant à un oligarque ukrainien corrompu. Hunter Biden n’a pas été le seul à s’en remettre à la présidence de Joe Biden.

Début 2015, l’ancien chef de mission adjoint par intérim à l’ambassade des États-Unis à Kiev, George Kent, a fait part de ses inquiétudes aux fonctionnaires du bureau du vice-président Joe Biden concernant la perception d’un conflit d’intérêts lié au rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma.
Les préoccupations de M. Kent n’ont pas été prises en compte et, en septembre 2016, il a souligné dans un courrier électronique adressé à ses collègues :

  • « En outre, la présence de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma a été très gênante pour tous les responsables américains chargés de faire pression en faveur d’un processus anti corruption en Ukraine ».

En octobre 2015, un haut fonctionnaire du département d’État, Amos Hochstein, a fait part de ses préoccupations au vice-président Biden, ainsi qu’à Hunter Biden, selon lesquelles la présence de ce dernier au conseil de Burisma favorisait les efforts d’information de la Russie et risquait de saper la politique des États-Unis en Ukraine.
Bien que Kent ait estimé que le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma constituait une avancée pour tous les responsables américains chargés de promouvoir un programme de lutte contre la corruption en Ukraine, les commissions n’ont connaissance que de deux personnes, Kent et l’ancien envoyé spécial et coordinateur des Nations unies. et l’ancien envoyé spécial et coordinateur des affaires énergétiques internationales, Amos Hochstein, qui ont fait part de leurs inquiétudes au vice-président Joe Biden (Hochstein) ou à son équipe (Kent). La méfiance à l’égard des fonctionnaires de l’administration Obama s’est poursuivie tout au long de la présidence.
L’ancien secrétaire d’État John Kerry connaissait le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma, mais lorsqu’on lui a demandé ce qu’il en pensait, il a répondu par la négative : « Je n’étais pas au courant de tout cela. Non rien. »

L’ancienne secrétaire d’État adjointe aux affaires européennes et eurasiennes, Victoria Nuland, a déclaré que le fait de combattre les oligarques enverrait un message anti-corruption en Ukraine et que Zlochevsky était un « odieux oligarque ». « Cependant, en décembre 2015, au lieu de suivre les objectifs américains d’affronter les oligarques, l’équipe du vice-président Biden lui a conseillé d’éviter de faire des commentaires sur Zlochevsky et lui a recommandé de dire : »Je ne vais pas commencer à donner des noms ou à accuser des personnes".

Hunter Biden siégeait au conseil d’administration de Burisma (soi-disant en tant que consultant en matière de gouvernance d’entreprise et de transparence) lorsque Zlochevsky a prétendument versé un pot-de-vin de 7 millions de dollars à des fonctionnaires sous l’autorité du procureur général de l’Ukraine, Vitaly Yarema, pour « fermer le dossier contre Zlochevsky ». "Kent a déclaré que ce pot-de-vin avait eu lieu en décembre 2014 (sept mois après que Hunter ait rejoint le conseil d’administration de Burisma) et qu’après en avoir pris connaissance, il avait, avec le conseiller juridique principal, signalé cette plainte au FBI.

Hunter Biden a été protégé par les services secrets américains entre le 29 janvier 2009 et le 8 juillet 2014. Un jour avant son dernier voyage sous protection, le Time a publié un article décrivant les efforts de lobbying intensif de Burisma auprès des autorités américaines et la participation de Hunter au conseil d’administration de Burisma. Avant la fin de son immunité, Hunter-Biden a bénéficié de la protection des services secrets pour des voyages dans de nombreux pays étrangers, notamment Moscou, Pékin, Doha, Paris, Séoul, Manille, Tokyo, Mexico, Milan, Florence, Shanghai, Genève, Londres, Dublin, Munich, Berlin, Bogota, Abu Dhabi, Nairobi, Hong Kong, Taipei, Buenos Aires, Copenhague, Johannesburg, Bruxelles, Madrid, Mumbai et Lake Como.

Andrii Telizhenko, désinformateur russe et agent du parti démocrate, a rencontré au moins dix fois des membres de l’administration Obama, dont Élisabeth Zentos, membre du Conseil national de sécurité d’Obama. La société de lobbying démocrate Blue Star Strategies a passé un contrat avec Telijenko de 2016 à 2017 et a continué à lui demander de collaborer jusqu’à l’été 2019.

En plus des plus de 4 millions de dollars versés par Burisma pour les participations de Hunter Biden et d’Archer à des conseils d’administration, Hunter Biden, sa famille et Archer ont reçu des millions de dollars de la part de nations étrangères au passé douteux.

Archer a reçu 142 300 $ de Kenges Rakishev du Kazakhstan, soi-disant pour une voiture, le jour où le vice-président Joe Biden a rencontré le Premier ministre ukrainien, Arsemy Yasenyuk, et s’est adressé aux députés ukrainiens à Kyiv au sujet des actions de la Russie en Crimée.

Hunter Biden a reçu 3,5 millions de dollars de la part d’Elena Baturina, l’épouse de l’ancien maire de Moscou.
Hunter Biden a ouvert un compte bancaire avec Gongwen Dong pour verser une somme de 100 000 dollars a James Biden et Sara Biden.
Hunter Biden s’est associé à Ye Jianming, Gongwen Dong et d’autres ressortissants chinois liés au gouvernement communiste et à l’Armée de libération du peuple, ce qui s’est traduit par des millions de dollars de liquidités.
Hunter Biden a payé des femmes originaires de Russie ou d’autres pays d’Europe de l’Est, qui semblent liées à un « réseau de prostitution ou de trafic d’enfants d’Europe de l’Est ».

Source

NB : Devon Archer, un ex-partenaire en affaires du fils du président américain Hunter Biden a été condamné à 1 an et un jour de prison hier lundi 28 février pour fraude. La sentence a été prononcée par le juge du tribunal de Manhattan Ronnie Abrams. Devon Archer connu pour avoir siégé au conseil d’administration de Burisma Holdings (société énergétique basée en Ukraine), avec Hunter Biden, est condamné pour avoir joué un rôle dans un stratagème frauduleux qui a permis de détourner 60 millions dollars d’obligations d’une tribu amérindienne.
La Nouvelle Tribune Info

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site