Geopolintel

Taiwan : le casse tête de Biden

vendredi 4 mars 2022

TAIPEI, 3 mars - Taïwan prévoit de plus que doubler sa capacité annuelle de production de missiles pour atteindre près de 500 unités cette année, a déclaré le ministère de la Défense de l’île. Le but est de renforcer sa puissance de combat dans un contexte de menace militaire croissante de la Chine.

Les États-Unis devraient reconnaître Taïwan, selon l’ancien haut diplomate Pompeo

TAIPEI, 4 mars (Reuters) - Les États-Unis devraient reconnaître officiellement Taïwan comme un pays, a déclaré vendredi l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo lors d’un discours à Taipei.

« Le gouvernement américain devrait immédiatement prendre les mesures nécessaires et attendues depuis longtemps pour faire ce qui est juste et évident : offrir à la République de Chine, Taïwan, la reconnaissance diplomatique de l’Amérique en tant que pays libre et souverain », a déclaré Pompeo dans un discours organisé par un groupe de réflexion taïwanais.

Washington a mis fin à ses relations diplomatiques officielles avec Taïwan en 1979 lorsqu’elle a reconnu la République populaire de Chine.

Bien que le nom officiel de Taïwan soit la République de Chine, les hommes politiques ajoutent souvent « Taïwan » dans leurs déclarations publiques.

« Si les États-Unis doivent continuer à dialoguer avec la République populaire de Chine en tant que gouvernement souverain, la reconnaissance diplomatique par les États-Unis des 23 millions de Taïwanais épris de liberté et de leur gouvernement légitime et démocratiquement élu ne peut plus être ignorée, évitée ou traitée comme secondaire », a déclaré M. Pompeo.

Les commentaires de M. Pompeo franchissent une ligne rouge sensible pour la Chine, qui revendique Taïwan comme son propre territoire et n’a jamais renoncé à l’usage de la force pour le placer sous son contrôle.

La Chine affirme que Taïwan est la question la plus importante et la plus sensible dans ses relations avec Washington.

La Chine a imposé des sanctions à Pompeo lorsqu’il a quitté ses fonctions à la fin de la présidence Trump l’année dernière, irritée par ses critiques répétées du pays, en particulier de son Parti communiste au pouvoir, et son soutien à Taïwan revendiqué par la Chine.

Il a rencontré jeudi la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, qui lui a décerné une distinction présidentielle.

La Chine a imposé des sanctions à M. Pompeo, c’est un « menteur et un tricheur », ainsi qu’ à 27 autres hauts responsables de l’ère Trump, quande le président Joe Biden a pris ses fonctions en janvier 2021.

L’administration de Donald Trump a apporté un fort soutien à Taïwan, malgré l’absence de liens diplomatiques, notamment par des ventes d’armes très médiatisées et des visites de hauts responsables américains à Taipei.

La Chine a intensifié sa pression militaire et diplomatique contre Taïwan au cours des deux dernières années, cherchant à forcer l’île à accepter sa souveraineté.

Le gouvernement démocratiquement élu de Taïwan affirme qu’il souhaite la paix mais qu’il se défendra en cas d’attaque et que seul le peuple de l’île a le droit de décider de son avenir.

M. Pompeo a déclaré qu’après la « prise de contrôle brutalement réussie de Hong Kong » par Pékin, le président chinois Xi Jinping se sent plus puissant et « ne se contentera pas de s’arrêter à Hong Kong ».

« La prise de contrôle de Taïwan, une mission nécessaire, ne sert pas seulement à renforcer la prétention égocentrique de Xi à la grandeur, mais aussi à la consolider », a déclaré M. Pompeo.

Reuters

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site