Geopolintel

Ukraine : le FMI et Washington veulent ils éviter la guerre ?

lundi 21 février 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) veut davantage de réformes du gouvernement ukrainien pour pouvoir lui octroyer la deuxième tranche de son aide.
Le FMI avait entériné le déblocage de cinq milliards de dollars dont 2,1 milliards pour le Covid.
« Le principal obstacle à l’arrivée d’une nouvelle tranche du FMI est la réticence des autorités à mettre fin au système de corruption »
« Il est crucial d’obtenir une décision positive du FMI avant septembre »

Les accords dits « Minsk II » ont été signés en 2015 pour mettre fin à la guerre entre le pouvoir ukrainien et les républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk et de donner plus d’autonomie aux provinces du Donbass.
Aucune des dispositions n’ont été vraiment appliquées.

Le FMI demande à l’Ukraine :
le renforcement de la gestion de la Banque Nationale de l’Ukraine
l’amélioration du cadre législatif et réglementaire de la surveillance bancaire et du redressement financier
des mesures visant à réduire le déficit budgétaire à moyen terme
des initiatives législatives pour restaurer et renforcer les infrastructures de lutte contre la corruption et le système judiciaire et mesures dans le secteur de l’énergie.

L’Ukraine regorge d’importantes réserves de gaz naturel inexploitées dans les régions du Donbass et de Crimée.
Avec le rattachement de la Crimée à la Russie, l’Ukraine est privée du contrôle de ses gisements gaziers de la mer Noire.
L’Ukraine dispose des troisièmes plus grandes réserves de gaz de schiste en Europe.

Le président ukrainien est une ancienne vedette comique, connu pour avoir imité de jouer du piano avec son pénis. Maintenant il doit éviter une guerre en Europe.
Il n’a aucune expérience pour gérer un conflit. Passer de la fiction à la réalité est une épreuve où l’Ukraine devra respecter les accords de Minsk pour éviter la guerre.

.

L’Ukraine craint la faillite du pays, dont l’économie va plonger

Kiev prévoit (30/03/2020) une chute du PIB ukrainien et craint un défaut de paiement du pas, en raison des retombées de l’épidémie de coronavirus.

L’Ukraine va-t-elle bientôt tomber en défaut de paiement ? C’est un scénario redouté par les autorités ukrainiennes, qui ont révisé largement à la baisse, de +3,7% à -3,9%, leurs prévisions de croissance pour 2020. « Ces changements sont le résultat d’une considérable baisse économique mondiale » due à la pandémie de coronavirus et aux mesures de prévention drastiques, a souligné le gouvernement dans un communiqué. Le taux d’inflation a également été revu de 5,5% à 8,7%, selon le gouvernement, qui espère toutefois un retour à la croissance économique dès le deuxième semestre de l’année.

Le président, Volodymyr Zelensky, a, de son côté, brandi la menace d’un défaut de paiement en pressant les députés à adopter deux lois exigées par le Fonds monétaire international (FMI) pour le déblocage de son aide financière. « Soit on adopte deux lois d’importance cruciale après quoi nous allons recevoir (...) au moins 10 milliards de dollars », soit on risque « la chute économique et même la menace d’un défaut de paiement », a-t-il déclaré dimanche soir.

Les deux lois en question sont un texte controversé sur l’ouverture du marché des fertiles terres agricoles du pays et un autre interdisant l’annulation de la nationalisation de la première banque du pays, Privatbank.

Cette nationalisation est contestée par son ex-propriétaire, le sulfureux oligarque Igor Kolomoïsky, considéré comme un proche du président.

Le Parlement se réunit lundi pour une session extraordinaire afin d’adopter les lois exigées par le FMI et d’autres visant à renforcer la lutte contre le coronavirus.

Capital

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site