Geopolintel

Les confinements ont entraîné une chute des ventes de médicaments sans ordonnance en 2020

mardi 2 mars 2021

Ce recul de 9,4% est lié à une baisse des pathologies saisonnières en 2020. À l’inverse, le recours aux dispositifs médicaux et compléments alimentaires s’est accru.

Les ventes de médicaments sans ordonnance ont poursuivi leur recul en 2020 en France selon les fabricants, les confinements ayant entraîné une baisse des pathologies saisonnières, mais le recours aux dispositifs médicaux et compléments alimentaires s’est, à l’inverse, accru.

Le chiffre d’affaires des médicaments vendus hors prescription médicale en pharmacie a reculé de 9,4% l’an dernier à 1,8 milliard d’euros, après une baisse de 4% un an auparavant, selon le baromètre annuel de l’association française des fabricants du secteur (Afipa) diffusé jeudi.

En se protégeant du Covid-19 (port du masque, respect des gestes barrière et limitation des déplacements), les Français se sont aussi protégés des pathologies saisonnières (gastroentérite, grippe, rhume...) et ont eu moins recours aux médicaments sans ordonnance, précise l’Afipa.

Croissance pour les compléments alimentaires

À l’inverse des médicaments, le marché des dispositifs médicaux sans ordonnance (qui regroupe aussi bien des seringues que des bas de contention ou des produits de cosmétologie) a, lui, grimpé de plus de 10%, à 0,7 milliard d’euros. Dans le détail, les produits d’auto-diagnostic ont vu leur demande exploser (+86%), avec notamment le succès du thermomètre sans contact.

Les compléments alimentaires enregistrent, eux, une petite croissance de 1,4% sur un an pour atteindre un milliard d’euros, avec en particulier un bond des compléments visant à améliorer les défenses immunitaires (+24%).

Dans ce contexte de pandémie, qui a remis sur le devant de la scène les questions de souveraineté sanitaire, l’Afipa plaide pour une politique gouvernementale « préservant et soutenant la production de médicaments sans ordonnance, en France et en Europe », alors que plus de 55% de médicaments sans ordonnance vendus en pharmacie sont produits en France. L’association demande notamment un cadre fiscal incitatif, et la valorisation de la production sur le territoire avec la création d’un label « made in France ».

Figaro

A propos de la financiarisation des officines

En réponse à la FSPF, l’USPO, Fédergy et autres signataires de la réponse commune faite au rapport de l’Autorité de la concurrence.

Si je pense que l’on peut globalement être d’accord avec l’essentiel de cette réponse, il reste un point particulier qui nécessite une réelle réflexion.
En effet, vous écrivez : « Les pharmacies d’officine n’ont pas besoin de capitaux extérieurs pour exercer leur profession et les étudiants, comme les pharmaciens déjà installés, dénoncent avec fermeté une financiarisation inutile »

Je me demande très sincèrement au nom de qui pouvez-vous tenir de tels propos ? Quand on sait que depuis plusieurs années 3 à 4 officines ferment chaque semaine soit par « faillite » soit du fait de départs à la retraite sans revente du fond, la financiarisation peut-elle réellement être déclarée comme inutile. Combien de pharmacies auraient pu être sauvées par des capitaux extérieurs ou combien de départ à la retraite désespérés avec fermeture auraient pu donner lieu à une reprise de l’officine par un « jeune », même aidé par des « capitaux extérieurs » ?
Combien de pharmaciens ne se reconnaissent pas dans vos propos ?

Permettez-vous de vous préciser que j’en fait partie. J’ai la triste impression que vous ne parlez que pour ceux qui vont bien en oubliant ceux qui vont mal. Bien évidemment qu’il ne saurait être question d’une financiarisation à tout va par tous et par n’importe qui. Bien évidemment qu’il faudrait une réglementation extrêmement stricte avec des accès autorisés extrêmement limités. Mais ne pensez-vous pas qu’à un moment ou un autre, il va falloir accepter d’ouvrir les yeux et être force de proposition, plutôt que d’être dans le déni, de regarder mourir nombre d’officines, et, au final, de subir de plein fouet une réforme qui nous tombera un jour ou l’autre dessus sans la moindre régulation ?

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site