Geopolintel

Coronavirus : l’OMS disculpe le laboratoire de Wuhan mais pas la chauve souris

dimanche 21 février 2021

Marion Koopmans, virologiste néerlandaise (siège au groupe consultatif scientifique de l’Organisation mondiale de la santé et au comité consultatif sur les maladies à coronavirus de la Commission européenne), était en Chine avec l’équipe de l’OMS pour rechercher l’origine de la pandémie.
Elle déclare aujourd’hui :

  • Le virus était probablement déjà plus répandu à Wuhan en décembre que ce que l’on pensait auparavant.
  • "Un accident de laboratoire est la cause la moins probable.

Voilà, circulez, il n’y a rien à voir ni à apprendre, nous sommes revenus à l’hypothèse initiale de la chauve souris seule responsable de l’épidémie et de la faillite mondiale.
La question est alors de savoir comment une chauve souris peut être porteuse d’un virus synthétique fabriqué en laboratoire ayant des traces de malaria et de VIH ?
Sans surprise notre ami Bill Gates n’est pas trop loin de l’organisation Centre médical Érasme (Erasmus MC) à Rotterdam.


https://www.gatesfoundation.org/How...

Étudier à la Rotterdam School of Management, Université Erasmus (RSM), vous donne l’occasion d’explorer le monde - et vous-même. Ce n’est là qu’un des messages positifs délivrés par Bart Cornelissen lorsqu’il évoque le rôle que ses études à la RSM ont joué dans sa réussite actuelle, en tant que directeur financier de la Fondation Bill & Melinda Gates à Seattle, aux États-Unis.

Après s’être rendue à Wuhan, en Chine, une équipe de chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé prépare un rapport préliminaire sur les origines du coronavirus.

C’est à Wuhan que le virus a été signalé pour la première fois en décembre 2019.

La principale conclusion publique de l’équipe de l’OMS à ce jour est qu’il est « extrêmement peu probable » que le virus provienne du laboratoire de Wuhan. Les scientifiques pensent que le virus a probablement commencé chez les chauves-souris, puis s’est propagé à d’autres animaux, puis aux humains.

La virologiste néerlandaise Marion Koopmans faisait partie de l’équipe qui a « reconstitué chaque étape de cette première épidémie » en deux semaines d’enquête.

L’équipe a déclaré que la pandémie n’avait pas commencé au marché des fruits de mer de Huanan, qui a été le lieu d’une épidémie initiale de coronavirus, car le virus circulait déjà auparavant.

Koopmans s’est entretenu avec Steve Inskeep pour raconter ce que son équipe a trouvé à Wuhan. En voici des extraits :

Le marché a-t-il été le lieu de propagation du virus des animaux à l’homme ?

Les premiers cas détectés étaient liés au marché, mais il est clair que maintenant la liste des cas confirmés est plus longue et que tout le monde n’est pas relié au marché. Donc, ce qui a également été fait au cours de ce voyage, c’est d’essayer d’obtenir des séquences génétiques de patients sur le marché et ailleurs. Et vous voyez là aussi que le marché n’est pas l’épicentre. Le marché a été l’un de ces événements de propagation. Mais il y a aussi eu une circulation en dehors du marché.

Ca nous a pris du temps pour dire que nous ne savons pas vraiment ce qui s’est passé. Le marché est un vecteur d’amplification. Mais même si vous avez un cas qui n’est pas en lien avec le marché, à cause du phénomène invisible de propagation, il peut toujours être lié d’une manière ou d’une autre, parce que une personne a contracté une infection avec une personne qui était sur le marché.

Donc, s’il y a beaucoup de preuves impliquant le marché, mais peut-être pas toutes, y a-t-il un autre endroit que vous suspectez ?

D’autres marchés surement. Et ce que nous avons recommandé, c’est de remonter à la source de ces marchés, de suivre les chaînes d’approvisionnement, de se rendre dans les exploitations agricoles, de voir où elles se trouvent. Ces chaînes d’approvisionnement mènent effectivement à des régions où il existe également un point chaud associant le coronavirus avec des chauves-souris. C’est donc une piste à suivre.

Vous faites probablement aussi allusion à l’hypothèse du laboratoire.
Je la soulèverai simplement parce que des gens l’ont soulevée. Y a-t-il des preuves ou pouvez-vous les écarter ?

Donc, d’après tout ce que nous avons examiné et nous avons également visité trois laboratoires impliqués et aussi trois laboratoires qui travaillent sur ces virus. Nous n’avons trouvé aucun lien crédible.

Dans quelle mesure les Chinois ont-ils été ouverts et transparents une fois qu’ils vous ont laissé entrer ?

C’est un sujet et une mission. Il y a des sensibilités autour de ce sujet ... de grandes tensions politiques qui l’entourent. Et c’est quelque chose que vous ne pouvez pas complètement éviter dans une situation comme celle-ci. Mais une fois que nous sommes sortis de notre quarantaine, que nous avons participé à des réunions en tête à tête, je pense que nous avons réussi à avoir de bons échanges scientifiques avec des discussions animées ici et là, parce que les gens ont des origines et des points de vue différents. Mais je dis à tout le monde d’attendre et de lire le rapport et d’en discuter ensuite. Mais je pense que nous avons réussi à obtenir un bon résultat de cette réunion. Je pense qu’elle a été, en ce sens, assez réussie.

NPR

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site