Geopolintel

La connexion chinoise de la fraude électorale américaine

mardi 8 décembre 2020

La connexion chinoise : La société mère de Dominion Voting Systems a reçu 400 millions de dollars de la banque UBS en Suisse - détenue à 75% par le gouvernement chinois.

Une enquête sur les dossiers de la SEC a révélé que la société qui possède Dominion Voting Systems a reçu 400 millions de dollars d’une banque suisse ayant des liens étroits avec le gouvernement chinois moins d’un mois avant l’élection.

L’enquête, menée par Austin Security and Investigation Solutions, est centrée sur Staple Street Capital, qui a acquis Dominion Voting Systems en 2018.

L’offensive de Trump contre la Chine s’est cristallisée par une riposte de la part d’un think tank chinois qui a produit un rapport appelé Minzhi. Ce rapport cite l’opposition de la Maison Blanche et de Trump à l’égard de la Chine et que le seul moyen de contourner le pouvoir central américain est d’opérer un lobbying auprès des gouverneurs qui ont massivement acheté des ordinateurs Lenovo et surtout opté pour le logiciel Dominion pour gérer les élections présidentielles de 2020.

Trump a signé un décret pour lutter contre les ingérences étrangères.
Le texte prévoit des mesures de rétorsion contre tout pays, personne ou entité étrangère qui chercherait à attaquer les scrutins électoraux, qui pourrait annuler l’élection de 2020. [1]

Pompeo met en garde les gouverneurs contre l’infiltration chinoise aux États-Unis : « Cela se passe dans votre État ».
« Nous ne pouvons pas ignorer les actions et les intentions stratégiques de la Chine », a-t-il déclaré lors de la réunion d’hiver de l’Association nationale des gouverneurs. « Le gouvernement chinois a été méthodique dans la façon dont il a analysé notre système... il a évalué nos vulnérabilités et il a décidé d’exploiter nos libertés, afin d’obtenir un avantage sur nous au niveau fédéral, au niveau de l’État et au niveau local. »
« La concurrence avec la Chine est en cours. Elle se produit dans votre État »
« En fait, je serais surpris si la plupart d’entre vous dans le public n’avaient pas été directement soumis au lobbying du Parti communiste chinois ».

Panorama de l’attitude des États-Unis à l’égard de la Chine - Groupe de réflexion indépendant de longue date sur la mondialisation, l’économie et le commerce sino-américains et la revitalisation rurale 2019-06-22 16:29 ○

Rapport Minzhi

Depuis 2017, les relations sino-américaines ont connu des changements importants. En termes de positionnement stratégique, des documents faisant autorité tels que le rapport sur la stratégie de sécurité nationale des États-Unis définissent clairement la Chine comme un « adversaire stratégique » et un « concurrent » majeur.
Dans la politique actuelle, surtout depuis l’entrée en fonction de M. Trump, les États-Unis ont exercé une pression totale sur la Chine dans les domaines de l’économie, du commerce, de la science et de la technologie, et ont activement cherché à découpler la Chine de l’économie, des sciences humaines, de l’éducation et d’autres domaines.
On peut dire que les relations entre la Chine et les États-Unis ont connu un changement qualitatif. À Washington, les voix qui prônent une approche plus dure à l’égard de la Chine semblent s’être généralisées et gagner du terrain. Face à une telle réalité, nous devons non seulement être préparés, mais aussi approfondir notre connaissance et notre compréhension des États-Unis pour éviter les erreurs de calcul et la détérioration continue des relations entre les deux pays en cette période particulière de changements radicaux dans les relations entre les États-Unis et la Chine.

Dans la politique américaine, en plus de la Maison Blanche et du Congrès, il existe une catégorie d’acteurs clés - les gouverneurs des 50 États américains. En raison du système fédéral américain, les gouverneurs peuvent ne pas tenir compte des ordres de la Maison Blanche, et les États ont un système unitaire de gouvernement local pour eux-mêmes, qui peut changer ou même abolir les gouvernements locaux tels que les villes, les comtés et les districts scolaires.

Bien que la Constitution des États-Unis prévoie que le gouvernement fédéral représente la souveraineté nationale vis-à-vis du monde extérieur, ses membres jouissent d’un certain degré d’indépendance diplomatique dans les limites de la Constitution fédérale. Toutefois, chaque membre fédéral jouit également d’un certain degré d’indépendance diplomatique dans le cadre autorisé par la constitution fédérale et peut conclure certains accords avec d’autres sujets diplomatiques. Certaines unités des membres fédéraux peuvent également participer à diverses organisations internationales en leur qualité de membres fédéraux. Par conséquent, dans le contexte du durcissement général de l’attitude de Washington envers la Chine, l’attitude de chaque État est cruciale. Afin d’explorer cette question, le MIZ et le Centre d’études sur la mondialisation de l’université de Tsinghua ont lancé une étude sur le « Panorama des attitudes des États-Unis à l’égard de la Chine ».

LA CONNEXION CHINE : La société mère de Dominion Voting Systems a reçu 400 millions de dollars de la banque UBS en Suisse - détenue à 75% par le gouvernement chinois

Une enquête sur les dossiers de la SEC a révélé que la société qui possède Dominion Voting Systems a reçu 400 millions de dollars d’une banque suisse ayant des liens étroits avec le gouvernement chinois moins d’un mois avant l’élection.

L’enquête, menée par Austin Security and Investigation Solutions, est centrée sur Staple Street Capital, qui a acquis Dominion Voting Systems en 2018.

Dominion Voting Systems exploite des machines de vote dans 28 États et a été accusée par le président Trump et ses partisans d’être impliqués dans la suppression de millions de votes pour Trump en plus d’avoir changé les votes pour Biden le soir des élections.

« Le 8 octobre 2020, Staple Street Capital a déposé auprès de la SEC un formulaire D d’offre et de vente d’un montant de 400 000 000 $ auprès du bénéficiaire de la compensation des ventes identifié comme étant UBS Securities », indique l’enquête, qui note également qu’un autre paiement de 200 000 000 $ a été reçu en décembre 2014.

L’ensemble des propriétaires d’UBS Securities Co LTD sont :

- Beijing Guoxiang (33%)
- UBS (24,99%)
- Guangdong Comm. Groupe [zh] (14,01%)
- Chine Guodian (14%)
- Groupe COFCO (14%)

Hormis UBS, les quatre autres propriétaires d’UBS Securities sont tous des groupes de façade communistes chinois.

« UBS Securities est une banque d’investissement suisse qui détient 24,99% d’UBS Securities Co LTD, une banque d’investissement chinoise. Les 75 % restants d’UBS Securities CO LTD sont détenus par le gouvernement chinois », indique le rapport.

Le Guoxiang de Pékin est une propriété de l’État.
Guangdong Comm. Group est à 100 % partie prenante du gouvernement provincial de Guangdong.
China Guodian est une entreprise d’État administrée pour le compte de la SASAC pour le compte du Conseil d’État
Le groupe COFCO est une entreprise publique sous la supervision directe de la SASAC.
SASAC La Commission de surveillance et d’administration des actifs de l’État du Conseil d’État (SASAC) est une commission spéciale de la République populaire de Chine, directement placée sous la tutelle du Conseil d’État.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site