Geopolintel

Le Pape a conclu un pacte diabolique en soutenant Joe Biden

dimanche 1er novembre 2020

Et si l’histoire de notre société n’était en définitive qu’une bataille entre le bien et le mal ?
Le « Grand Reset » économique voulu par l’oligarchie mondialiste se joue actuellement avec l’élection présidentielle américaine.
Si Trump est élu c’est le bien qui gagne avec l’émergence du nouveau monde libre, si Biden gagne c’est la dictature globale du Nouvel Ordre Mondial.
Nos enfants ont le droit de vivre dans la paix, et c’est pour cela que nous nous battons.
Les « soldats digitaux » s’organisent chaque jour pour que la vérité éclate au grand jour.
Partagez au maximum la lettre de Monseigneur Vigano et cet article qui explique pourquoi le Pape a choisi les forces du Mal en la personne de Joe Biden.
C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu.

Partagez cet article !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pourquoi le pape soutiendrait il tacitement Joe Biden pour la présidence des États-Unis ?

S’il gagne, le candidat démocrate sera le premier catholique au pouvoir depuis JFK

Il est difficile d’imaginer deux personnalités mondiales plus proches et plus antithétiques que le pape François et le président Donald Trump. L’ancienne star de la télé-réalité vénère les riches et méprise les pauvres. Le jésuite argentin appelle le capitalisme « le culte de l’ancien veau d’or ... rendu sous une nouvelle forme impitoyable dans l’idolâtrie de l’argent et la dictature d’une économie impersonnelle sans but véritablement humain ».

Ils se sont déjà affrontés auparavant. A l’approche des élections de 2016, le pape François a déclaré que M. Trump n’était « pas chrétien » dans son hostilité envers les immigrants et son objectif de construire un mur pour séparer les Etats-Unis du Mexique. Le pape essaie-t-il maintenant de détourner l’élection présidentielle de novembre de M. Trump pour la rapprocher de Joe Biden, son adversaire démocrate, qui serait le premier président catholique depuis John F. Kennedy ?

En 2016, M. Trump a remporté la majorité des voix des catholiques blancs contre Hillary Clinton (qui a remporté les catholiques hispaniques). Ce soutien est aujourd’hui en baisse - et il se peut que le pape essaie de le faire baisser encore plus.

Symbolique des cornes du diable

Le pape François vient de publier une encyclique, plus haute expression de l’enseignement papal, adressée aux 1,3 milliard de catholiques fictifs dans le monde - y compris les catholiques américains, soit près d’un quart des électeurs américains. Intitulé Fratelli Tutti (Tous les frères), il continue à dénoncer les politiques qui ne répondent pas aux besoins des pauvres, mais s’en prend au populisme et au « nationalisme extrémiste, rancunier et agressif ». Il a été publié le jour de la fête de Saint François d’Assise, dont Jorge Mario Bergoglio a pris le nom papal.

Le Vatican essaie d’éviter les déclarations politiquement partisanes et électorales. Mais le moment de la publication de l’encyclique n’est peut-être pas tout à fait innocent. Sa précédente encyclique est parue à la veille du sommet des Nations unies sur le climat qui se tiendra à Paris en 2015. Elle enjoignait aux catholiques de renoncer à une culture consumériste alimentant la dégradation de l’environnement qui frappe de manière disproportionnée les pauvres et les personnes vulnérables. Elle approuvait également les preuves scientifiques du changement climatique provoqué par l’homme - un canular chinois, selon M. Trump.

Les adversaires les plus sulfureux du Pape , comme Carlo Maria Viganò, ancien envoyé du Vatican à Washington, qui a lancé une attaque extraordinaire contre François en 2018, se sont prononcés en faveur de M. Trump, qui a tweeté en approuvant les théories controversées de conspiration de l’archevêque italien sur une « église profonde » peuplée par les « enfants des ténèbres ». Le cardinal Raymond Burke, un autre critique, appelle les démocrates le « parti de la mort », car il soutient l’avortement légal, que le défunt pape Jean-Paul II a assimilé à un génocide.

Ni ce pape ni aucun autre ne changera jamais l’enseignement de l’Eglise sur l’avortement. Mais il établit des priorités. Dans une interview accordée en 2013, il a comparé l’Eglise à un « hôpital de campagne après une bataille » où les médecins étaient obsédés par le taux de cholestérol. « Nous ne pouvons pas insister uniquement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives », a-t-il déclaré.

L’engagement du pape dans la lutte pour la justice sociale contre la pauvreté et les inégalités s’aligne sur celui de M. Biden, un catholique irlandais qui a un chapelet dans sa poche. En août dans l’Ohio, où les deux candidats sont au coude à coude, M. Trump a déclaré à propos de son adversaire : « Il est contre Dieu. Il est contre les armes ».

Beaucoup de catholiques blancs et conservateurs, mais pas tous, se reconnaissent dans le dogme ostensiblement absolutiste des guerriers de la culture qui entourent M. Trump - du procureur général William Barr à son nouveau choix pour la Cour suprême, Amy Coney Barrett, qui renforcerait une sorte d’ascendant catholique de 6-3 dans la plus haute cour du pays. Ces électeurs ont compté dans les États balanciers en 2016, et pourraient bien le faire à nouveau.

M. Biden n’est pas Hillary Clinton. Ses discours font souvent écho à la Bible, un peu comme le pape. Le mois dernier, M. Biden a qualifié l’Amérique de M. Trump de « nation dans le désert ». Il n’a pas besoin de faire semblant.

L’ancien patron de M. Biden, Barack Obama, a obtenu une majorité catholique. Pourtant, lorsqu’en 2009, il a été invité à prononcer le discours d’ouverture de l’université Notre Dame, un bastion du catholicisme dans l’Indiana, il y a eu un retour de bâton des conservateurs. Le président de l’université, le père John Jenkins, vient d’être à nouveau dans la tourmente pour avoir assisté à la cérémonie de la Maison Blanche pour le juge Barrett - qui enseigne à Notre Dame - sans masque, puis avoir été testé positif au Covid-19. Il convient toutefois de rappeler qu’un sondage effectué sur le campus a montré que les étudiants de Notre Dame ont voté massivement pour M. Obama.

David Gardner pour le Financial Times

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site