Geopolintel

La révolution antifa, le plan B de Joe Biden et de Cornel West

mardi 9 juin 2020

Le meurtre prémédité de George Floyd a mis le feu aux poudres et jeté les Etats-Unis dans une guerre ethnique et civile.
Comme le coronavirus, le mouvement Black Lives Matters s’est répandu sur toute la planète sans qu’aucun journaliste ne fasse le lien avec la réélection de Trump. George Floyd est la victime malheureuse de la politique démocrate américaine qui sous couvert des droits de l’homme pousse une population à vendre son âme au diable pour récolter quelques maigres dollars. George Floyd était à la fois vigile et acteur porno. Il arborait sur son torse un magnifique tatouage franc-maçon représentant le grade ultime du trente troisième degré symbolisé par un aigle à deux têtes.
Son meurtre, il le doit à la couleur de sa communauté, qui avait compris que l’avenir des Etats-Unis n’était plus dans le rêve imaginaire d’Obama et du parti démocrate, mais dans la fierté retrouvée incarnée par Donald Trump.
Les antifas de George Soros se sont accaparés le mouvement Black Lives Matters par l’intermédiaire de Cornel West, fer de lance de la communauté noire et supporter de Bernie Sanders qui s’est encore fait voler l’investiture du parti démocrate par Joe Biden.

Cornel West est un intellectuel démocrate puissant et provocateur. Il est professeur de philosophie et de pratique chrétienne à l’Union Theological Seminary et professeur à l’université de Princeton, Yale, Harvard et Paris. Il est surtout connu pour ses théories, Race Matters et Democracy Matters, et pour son mémoire, Brother West : Living and Loving Out Loud, ses plus récentes parutions ; Black Prohetic Fire et Radical King ont été accueillies avec enthousiasme par la critique littéraire.
Se revendiquant de Martin Luther King, il a fait campagne pour Bernie Sanders avec une vision socialiste. Ce professeur, auteur et acteur (vu dans le film Matrix) est aussi un activiste qui tient une place importante dans la racialisation du meurtre de George Floyd.

Cornel West : Nous sommes à un carrefour de l’histoire américaine. Nous devons choisir entre un néo-fascisme en devenir (Trump), un néo-libéralisme en déclin (Clinton) et un néo-populisme en ascension (Sanders). Les établissements des partis démocrate et républicain se désintègrent. Obama est le dernier souffle du néo-libéralisme apparu sous Carter : une réponse massive aux crises structurelles de l’économie mondiale au milieu des années 70.

Comment voyez-vous le phénomène Trump ?

Donald Trump est un pseudo-populiste milliardaire avec une sensibilité autocratique, une personnalité narcissique, et donc un néofasciste en devenir. Son projet réunit un mélange nocif de grandes banques, de grandes entreprises, de boucs émissaires xénophobes (Mexicains, femmes, musulmans, Noirs et non-hétéros), d’angoisse économique et de malaise national lié à des aspirations militaristes à l’étranger. Voilà à quoi ressemble le fascisme à l’américaine.
L’Empire américain est plus mûr pour une contre-révolution que pour une révolution, pour les mouvements de droite que pour ceux de gauche.
C’est pourquoi les dimensions morales et spirituelles de l’activisme social sont cruciales - pour soutenir notre volonté de lutter à l’intérieur et à l’extérieur du système avec peu de chances de victoire immédiate !
L’émergence de l’élan de Black Lives Matter est un nouveau militantisme merveilleux et représente les premiers signes de l’effondrement du somnambulisme néo-libéral en Amérique noire.

le professeur Cornel West qualifie les États-Unis de « civilisation capitaliste prédatrice obsédée par l’argent, l’argent, l’argent ». Il fait également le lien entre la violence américaine à l’étranger et chez nous. « Il y a un lien entre les graines de la violence que vous semez à l’extérieur et à l’intérieur ».

Cornel West : Il ne fait aucun doute que c’est le moment où l’Amérique doit rendre des comptes. Mais nous voulons faire le lien entre le local et le global, parce que, voyez-vous, quand vous semez les graines de l’avidité avec au niveau national, l’inégalité et au niveau mondial, avec les tentacules de l’impérialisme, 800 unités militaires à l’étranger, la violence de l’AFRICOM en Afrique, le soutien de divers régimes, des dictatures en Asie et ainsi de suite - il y a un lien entre les graines de la violence que vous semez à l’extérieur et à l’intérieur. Il en va de même pour la graine de la haine, de la suprématie blanche, de la haine des Noirs, la haine anti-noir ayant sa propre dynamique dans le contexte d’une civilisation capitaliste prédatrice obsédée par l’argent, l’argent, l’argent, la domination des travailleurs, la marginalisation de ceux qui ne correspondent pas - frères homosexuels, sœurs lesbiennes, trans, etc. C’est donc précisément de cette convergence que ma chère sœur, le professeur Taylor, parle des façons dont l’Empire américain, en implosant, voit ses fondations ébranlées, avec des soulèvements qui viennent du bas.
Le catalyseur a certainement été le lynchage public du frère George Floyd, mais l’échec de l’économie capitaliste prédatrice à fournir la satisfaction des besoins fondamentaux que sont la nourriture, les soins de santé et une éducation de qualité, des emplois avec un salaire décent, en même temps que l’effondrement de votre classe politique, l’effondrement de votre classe professionnelle. Leur légitimité a été radicalement remise en question, et c’est multiracial. C’est la dimension néofasciste dans Trump. C’est la dimension néolibérale dans Biden et Obama et les Clinton, etc. Et cela inclut une grande partie des médias. Elle inclut de nombreux professeurs d’université. Les jeunes disent : « Vous avez tous été hypocrites. Vous ne vous êtes pas souciés de notre souffrance, de notre misère. Et nous ne croyons plus en votre légitimité ». Et cela se transforme en une violente explosion.

Je ne vais pas continuer, mais, je veux dire, c’est ici, où je pense qu’Ella Baker et Fannie Lou Hamer et les rabbins Heschel et Edward Said, et surtout le frère Martin et Malcolm, leur héritage, je pense, devient plus central, parce qu’ils fournissent le genre de vérité à dire. Ils font le lien entre la justice et la compassion dans leur exemple, dans leur organisation. Et c’est ce dont nous avons besoin en ce moment. La rébellion n’est pas du tout la même chose que la révolution. Et ce dont nous avons besoin, c’est d’un projet révolutionnaire non violent de partage démocratique à grande échelle - pouvoir, richesse, ressources, respect, organisation - et d’une transformation fondamentale de cet empire américain.

Geopolintel Juin 2020

Source Democracy Now

Pour approfondir cet article lisez Saul Alinsky, mentor luciférien de Hillary Clinton, Barack Obama et tant d’autres

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site