Geopolintel

Courrier adressé à un député Européen

dimanche 16 août 2009

Par la présente, je vous demande expressément de rejeter le Traité de Lisbonne.
En effet, celui-ci légitimerait le concept de « l’UE de Bruxelles » et la base
de l’Europe de demain qui, dans sa structure, est conçue de façon non démocratique.

Dans une Europe qui serait soumise au traité de Lisbonne, il n’y aurait :

. aucune répartition des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif, ce qui
caractérise toute démocratie,

. aucune possibilité pour le peuple d’élire démocratiquement son président,

. aucune possibilité pour le peuple d’élire la « Commission européenne »

  • l’exécutif ou le cabinet du gouvernement européen, qui sera « nommé »
    sous l’influence d’intérêts particuliers,

. aucune possibilité pour le Parlement européen de contrôler de manière effective ce « futur gouvernement »,

. aucune possibilité pour les Européens de remplacer les membres de l’exécutif du gouvernement en cas de violation et de limitation des Droits de l’Homme.

Je suis particulièrement choqué par le fait que le projet de cette « UE de Bruxelles » non démocratique est issu des planches à dessin des Nazis durant la Seconde Guerre mondiale, et de celles des intérêts corporatistes qui ont autrefois porté les Nazis au pouvoir, fait qui a été récemment révélé et qui doit être considéré comme historiquement établi. (http://www4.dr-rath-foundation.org/...)

Vous trouverez ci-après quelques faits particulièrement édifiants :

. parmi les architectes de « l’UE de Bruxelles » figurent Ribbentrop (ministre des affaires étrangères du 3e Reich), Göbbels et même Hitler lui-même. Leur plan principal consistait à diriger l’Europe par le bais d’une organisation centrale du cartel qui n’aurait été soumise à aucun contrôle parlementaire et démocratique.

. Cette organisation européenne du cartel devait mettre l’Europe d’après-guerre sous la domination de la coalition Nazis / IG-Farben, le tristement célèbre cartel des intérêts chimiques, pharmaceutiques et pétroliers, dont les dirigeants furent jugés pour crimes contre l’humanité au Tribunal de Nuremberg.
(http://www.profit-over-life.org)

. Un schéma directeur, publié en 1941 par l’institut de recherches nazi relatif à la structure européenne de l’après-guerre, fixait déjà tous les organes clé de l’UE actuelle. Parmi ceux-ci on trouve :

1. « L’économie européenne du grand espace » de la coalition Nazis / IG-Farben, qui devait devenir en 1957, donc 16 ans plus tard, « la Communauté Economique Européenne » et par la suite « l’Union européenne » - connue aujourd’hui sous le nom « d’UE de Bruxelles ».

2. « L’office central du cartel », conçu en 1941, qui est devenu la « Commission européenne » actuelle qui agit avec une puissance quasi sans limites au delà du Parlement européen et loin de tout contrôle démocratique.

3. Les « décrets du cartel », prévus par le plan Nazis / IG-Farben, qui sont devenus les « directives européennes » de l’Union européenne, avec lesquelles la Commission européenne tente de réglementer la vie de 500 millions d’Européens.

4. Le « traité de base » - grâce auquel la coalition entre les Nazis et le cartel aurait cimenté leur domination sur l’Europe pour en faire un « empire millénaire », qui est devenu le « traité actuel de Lisbonne », une loi des pleins pouvoirs qui met l’Europe sous la domination des intérêts corporatistes pour des générations.
(http://www4.dr-rath-foundation.org/...)

. Les plans nazis, qui devaient permettre à ces derniers d’imposer aux Européens une domination perpétuelle, correspondaient exactement aux intérêts corporatistes qui avaient porté les Nazis au pouvoir, à savoir ceux du fameux cartel chimique, pharmaceutique et pétrochimique IG-Farben (BAYER, BASF, HOECHST - connu aujourd’hui sous le nom de
« Aventis » - et autres). Pour de plus amples renseignements, je vous renvoie aux documents du Tribunal de Nuremberg contre IG-Farben qui sont présentés sur le site Internet www.profit-over-life.org.

. Le principal architecte de « l’UE de Bruxelles », qui a été son premier président pendant dix ans, était Walter Hallstein. Il fut un avocat de talent à l’époque nazie et un fervent défenseur de la politique « du sang et de l’honneur » dans les zones occupées. Au cours des 10 années de sa présidence, il transposa de façon systématique les plans d’après-guerre
des Nazis pour en faire la base opérative de « l’UE de Bruxelles ».
(http://www.eu-referendum.org/englis...)

Au cours des années 50 et 60, années décisives en ce qui concerne la planification et la construction de « l’UE de Bruxelles », le gouvernement allemand était l’un de ses principaux financiers. Il est un fait historique que, durant ces décennies, le gouvernement allemand et ses corps diplomatiques étaient infiltrés par des politiques, qui avaient occupé
des positions semblables sous le régime nazi.
Les figures politiques ont certes changé, mais les intérêts corporatistes qu’elles représentent sont restés les mêmes, à savoir ceux du cartel européen de la chimie, de la pharmacie et du pétrole. Dans l’Europe d’aujourd’hui, ces intérêts sont représentés par ceux des trois
principaux pays exportateurs : l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. Il n’est donc pas étonnant que ce soit précisément les dirigeants politiques desdits pays qui tentent de forcer les Européens à accepter la construction de « l’UE de Bruxelles », et ce en faveur de ces mêmes
intérêts.
(http://www.time.com/time/printout/0,8816,816612,00.html)

Cependant, le fait est qu’un système politique, qui a tellement peu d’humanité dans ses racines, ne peut survivre à la divulgation de ces faits historiques. Ni « l’UE de Bruxelles », ni sa « loi des pleins pouvoirs », le traité de Lisbonne, ne peuvent à la longue survivre dans une
société démocratique.

En tant que représentant politique en Europe, vous ne connaissiez peut-être pas encore ces faits historiques, pour la simple raison que ces intérêts corporatistes vous les avaient cachés.
Aujourd’hui, ils tentent de se servir de « l’UE de Bruxelles » pour mettre une nouvelle fois l’Europe sous leur contrôle et cela pour des générations.

Cependant, maintenant que vous êtes au courant, vous avez le choix entre deux options :

. soit vous ignorez ces informations et faites comme si de rien n’était,

. soit vous vous joignez à moi, ainsi qu’aux millions de personnes à travers toute l’Europe pour refuser le traité de Lisbonne et aider, de cette manière, à construire un nouvel avenir démocratique pour l’Europe.

Quelle que que soit l’option que vous choisirez, vous ne pourrez jamais plus dire, en raison de mon courriel, que vous ignoriez ces faits.

Si, du fait de votre ignorance des faits cités plus haut, vous avez par le passé soutenu le traité de Lisbonne, je vous demande instamment de révoquer publiquement votre soutien. Suite à la divulgation de ces faits, tout homme politique, qui continuera à défendre ce traité,
ne pourra avoir la moindre crédibilité morale et démocratique.

Sincères salutations

Werner Herrmann
13435 Berlin

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site