Geopolintel

La biotechnologie, la nouvelle arme de la DARPA et de Moderna

dimanche 30 mai 2021

Dirigée par le Français Stéphane Bancel, la biotech américaine Moderna Therapeutics s’est spécialisée dans les traitements à base d’ARN. Cette technologie est à l’origine de la fabrication du premier vaccin expérimental contre le Covid-19.
Bill Gates co-finance deux laboratoires : Moderna au MIT de Harward et CureVac en Allemagne.
Etrangement dès 2013 c’est la Darpa qui encourage la recherche du vaccin à ARN.
Un mémo de l’armée américaine a été présenté à Obama en 2016 expliquant la dangerosité de ces recherches, les classifiant même comme des armes de destruction massive.
BUREAU EXÉCUTIF DU PRÉSIDENT
CONSEIL CONSULTATIF DU PRÉSIDENT POUR LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE
WASHINGTON, D.C. 20502
Novembre 2016
Monsieur le Président, les biotechnologies avancées offrent la promesse de transformer la façon dont le monde produit des aliments et des carburants, protège l’environnement et traite les maladies.

1 Le pouvoir de la biotechnologie s’est accru à un rythme exponentiel au cours des dernières décennies, grâce aux efforts intenses déployés par les universités et le secteur privé, tant pour la recherche fondamentale que pour les applications commerciales.
2 Les États-Unis sont clairement le leader mondial, mais les connaissances et compétences biotechnologiques sont largement réparties dans de nombreux pays développés et en développement. Si la croissance continue de la biotechnologie est une grande bénédiction pour la société, elle offre également un potentiel important d’utilisation destructrice tant pour les États que pour les personnes techniquement compétentes ayant accès à des laboratoires modernes.

La Darpa finance aussi l’institut pasteur de Jérôme Salomon.
Communiqué de presse
02.02.2015
Ce partenariat de recherche vise à favoriser le développement de vaccins et d’immunothérapies passives fondés sur le recours aux ARNm pour lutter contre les maladies infectieuses.

CAMBRIDGE, Massachusetts, États-Unis, et PARIS, France, le 3 février 2015
Moderna Therapeutics, pionnier des traitements exploitant l’ARN messager (ARNm), et l’Institut Pasteur, organisme à l’avant-garde de la recherche biomédicale exerçant trois grandes missions d’intérêt public – recherche, santé publique et enseignement –, ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de recherche collaborative stratégique à long terme, en vue de la découverte et du développement de médicaments et vaccins à partir de la plate-forme mRNA Therapeutics™ de Moderna. Valera encadrera la recherche collaborative pour Moderna, dont elle est une société de capital-risque. Valera se consacre exclusivement aux avancées en matière de vaccins et de thérapies pour la prévention et le traitement des maladies infectieuses virales, bactériennes et parasitaires.

Le Pr. Christian Bréchot, directeur général de l’Institut Pasteur, a déclaré : « Nous nous réjouissons de collaborer avec Valera et d’utiliser la plate-forme ARNm de Moderna pour découvrir et élaborer des vaccins et traitements abordant la problématique des pathologies infectieuses sous un tout nouvel angle. Ce partenariat représentera un atout de taille dans notre combat contre les maladies virales et bactériennes. »

Dans le cadre de cet accord, Valera financera des programmes de recherche préclinique et clinique à l’Institut Pasteur. Ceux-ci cibleront l’identification et le développement de nouvelles approches de lutte contre les maladies virales et bactériennes connues et émergentes.

« Nous sommes honorés de travailler avec l’Institut créé à Paris par Louis Pasteur il y a plus de 125 ans. Pasteur est le père du combat moderne contre les maladies infectieuses. Au travers de notre partenariat avec l’Institut Pasteur, nous collaborerons avec des chercheurs et des cliniciens de premier plan qui seront pour nous de précieux alliés dans notre quête d’une approche novatrice de la lutte contre les maladies infectieuses, au service des patients du monde entier », a affirmé Stephane Bancel, PDG de Moderna. « Cet accord repose sur notre stratégie consistant à établir des partenariats avec des leaders des disciplines médicales critiques, comme AstraZeneca, Alexion, Merck, DARPA, ou comme lors de notre dernier accord de collaboration avec le Karolinska Institutet, dans le but de faire progresser le développement de médicaments et vaccins à partir d’ARNm dans différents domaines thérapeutiques. »

La DARPA accorde à Moderna Therapeutics une subvention pouvant atteindre 25 millions de dollars pour développer des thérapies à base d’ARN messagers™.

Le 2 octobre 2013

La recherche se concentrera sur la production d’anticorps pour la défense immunitaire.

CAMBRIDGE, Massachusetts, le 2 octobre 2013-
Moderna Therapeutics, l’entreprise pionnière de l’ARN messager therapeutics™, une nouvelle modalité de traitement révolutionnaire permettant la production in vivo de protéines thérapeutiques, a annoncé aujourd’hui que la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a accordé à Moderna jusqu’à 25 millions de dollars pour la recherche et le développement de sa plateforme d’ARN messager therapeutics™ comme moyen rapide et fiable de fabriquer des médicaments produisant des anticorps pour se protéger contre un grand nombre de maladies infectieuses émergentes connues et inconnues et de menaces biologiques élaborées.

L’ARN messager therapeutics™ peut être conçu pour puiser directement dans les processus naturels de l’organisme pour produire des anticorps sans exposer les gens à un virus ou un agent pathogène affaibli ou inactivé, comme c’est le cas avec les approches vaccinales actuellement testées. Par conséquent, la plateforme d’ARN messager therapeutics™ de Moderna a le potentiel d’accélérer le développement et la fabrication de traitements capables de produire une réponse immunitaire plus sûre, plus fiable et plus robuste que les technologies existantes.

« Nous sommes honorés d’avoir été choisis par la DARPA pour cette importante subvention, qui va considérablement accélérer nos efforts pour développer des anticorps messenger RNA therapeutics™ afin de lutter contre un grand nombre de maladies infectieuses », a déclaré Stéphane Bancel, président et PDG fondateur de Moderna. « Cette subvention majeure nous a été accordée après un examen scientifique intense et rigoureux, et le fait que nos travaux aient été financés témoigne des progrès de notre équipe et des implications profondes des ARN messagers™. Nous sommes impatients de poursuivre le développement de notre plateforme dans ce nouveau domaine thérapeutique d’importance critique. »

Cette subvention de 24,6 millions de dollars pourrait soutenir la recherche pendant un maximum de 5 ans afin de faire progresser les médicaments prometteurs produisant des anticorps vers les tests précliniques et les essais cliniques sur l’homme. La société a également reçu une subvention de 0,7 million de dollars de la DARPA en mars pour commencer à travailler sur le projet.

Cette subvention fait partie d’un programme de la DARPA appelé ADEPT : PROTECT (Autonomous Diagnostics to Enable Prevention and Therapeutics : Prophylactic Options to Environmental and Contagious Threats). L’objectif est de développer des plates-formes technologiques pouvant être déployées rapidement et en toute sécurité afin de fournir à la population américaine une protection quasi-immédiate contre les maladies infectieuses émergentes et les armes biologiques artificielles, même lorsque l’agent pathogène ou infectieux est inconnu.

Moderna

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site