Geopolintel

Olivier Véran et sa compagne Coralie Dubost membres de la France China Foundation

mardi 29 septembre 2020

Les Etats-Unis avait leur French America Foundation pour imposer leur influence sur les politiques français ; maintenant avec le virage communiste du parti démocrate, on voit que les influences se sont déplacées en Asie et surtout en Chine.
La France a choisi de suivre cette voix qu’il faut mettre en perspective avec le crise mondiale et le transfert économique et industriel.

L’édition 2019 a rassemblé 44 « Young Leaders » durant 4 jours à Aix-en-Provence, en Arles puis à Paris, du 5 au 8 juillet.
Cette 7e session du programme « Young Leaders » avait pour thème principal
« L’optimisme ».

Aperçu du programme « Young Leaders » 2019 :

• Sessions de discussions entre Young Leaders sur le thème de l’Optimisme

• Visite de TheCamp, Aix-en-Provence

• Journée aux Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence

• Discussion avec Valérie Pécresse

• Discussion avec Lionel Zinsou, Thomas Buberl et Pascal Lamy

• Les Rencontres photographiques d’Arles : Discussions avec Sam Stourdzé, Directeur
des Rencontres d’Arles, Philippe Chancel et Kurt Tong, Photographes

• Visite de l’Assemblée nationale par les députés Anne-Laure Cattelot (YL 2018),
Coralie Dubost (YL 2017) et Olivier Véran

• Discussion avec notre Young Leader, Sibyle Veil, à Radio France

La France China Foundation a été créée en 2012 par une équipe de diplomates, d’entrepreneurs et d’artistes. Elle a pour vocation de favoriser le développement de liens durables et amicaux entre personnalités françaises et chinoises, de stimuler leur intérêt pour l’autre pays et d’encourager la création de projets conjoints. Son activité principale consiste à organiser un programme annuel “Young Leaders” franco-chinois, alternative-ment en France et en Chine. Ce séminaire de quatre jours réunit une quarantaine de hauts potentiels français et chinois, sélectionnés pour leur parcours exceptionnel dans le domaine politique, économique ou culturel. Grâce à la programmation d’événements réguliers, la France China Foundation développe et anime ce réseau franco-chinois récemment créé. Elle organise régulièrement des petits-déjeuners réunissant des décideurs français et chinois et des « Young Leaders » autour de personnalités françaises ou chinoises emblématiques.

Source

Dossier PDF

Coralie Dubost fait partie du commité de pilotage.
Un beau couple.

Coronavirus : Pour le ministre de la Santé, avec des réseaux sociaux ouverts, la Chine n’aurait pas été si réactive

Olivier Veran a vanté ce matin sur France Inter « la capacité de réactivité » chinoise, notamment parce que le pays « a réussi l’exploit à construire un hôpital de grande taille en quelques jours » pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

La Chine « a pris ses responsabilités en prenant des mesures de confinement très rapidement ». Et selon le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé, « je ne suis pas sûr qu’il serait possible de réaliser tout cela dans un pays où les réseaux sociaux seraient ouverts ».

Celui-ci n’a pas détaillé la relation étroite entre cette réactivité et la mise sous contrôle des réseaux sociaux par les autorités chinoises.

La Chine, relatait le 7 février LCI, a récemment « renforcé les contrôles des informations qui circulent en ligne à propos du coronavirus », « un dispositif qui a implosé ce jeudi après l’annonce de la mort du docteur et lanceur d’alertes Li Wenliang » ajoutent nos confrères.
Source

Le député de l’Isère Olivier Véran nommé Young leader France-Chine : réseau d’influence… et de promotion ?

Le député de l’Isère Olivier Véran fait partie de la promotion 2018 des Young leaders France-Chine. Objectif officiel de ce programme : favoriser les liens entre les deux pays, sur le modèle américain de la French-American Foundation.

La promesse d’une ascension accélérée ?

Ambassadeurs de la France à l’étranger ou réseau d’influence et de promotion ? Les Young leaders continuent d’essaimer. Olivier Véran vient d’être nommé. Soirée électorale à la Préfecture de Grenoble. 23 avril 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre’net Olivier Veran, 23 avril 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net Le député de l’Isère Olivier Véran (LREM) a été nommé Young leader France-Chine. Young leaders ?

Tel est le nom de ce programme phare de la China Found Fondation dont la vocation est officiellement de « favoriser le développement de liens durables et amicaux entre personnalités françaises et chinoises et d’encourager la création de projets conjoints ». Depuis 2012, l’institution franco-chinoise sélectionne ainsi chaque année et pour deux ans une vingtaine de jeunes entrepreneurs, cadres à haut potentiel, chefs d’entreprise, chercheurs et futurs dirigeants politiques. Même chose coté chinois.

Sur le modèle de la French-American Foundation, précurseur en 1976, on retrouve ainsi dans ce microcosme nombre de personnalités du monde politique, économique ou médiatique, qui semblent constituer les trois piliers du réseau. Réseau d’influence et de promotion ?

Dans cette cuvée 2018, Sybile Veil, nouvelle PDG de Radio France ou le champion du monde de Taekwondo Pascal Gentil. Sélectionnés également, Roland Moquet (Axa Italie), Jérémie Dyen (directeur d’investissements de Bridgepoint Paris, société de capital-investissement), Boris Derichebourg (patron de Derichebourg Multiservices) ou Pierre-Edouard Sterin (fondateur de Smartbox). Du côté des élus, seuls Olivier Véran et Anne-Laure Cattelot, tous deux députés de la majorité présidentielle, ont été pour l’heure nommés. Mais le réseau pioche allègrement dans la classe politique, toutes couleurs confondues. Les Young leaders, ambassadeurs de la France à l’étranger ? La question ne fait pas de doute. Réseau d’influence mais aussi de promotion, voire promesse d’une ascension accélérée ? Avant de devenir ministre en 2014, Emmanuel Macron avait fait partie de la cuvée 2012 des Young leaders de la French-American Foundation. PC

Source

Membre du CEPS (Centre d’études et de prospective stratégique), un obscur think thank réunissant « 4500 décideurs », il faisait partie de la délégation française entourant le président français lors de sa visite en Chine début 2018. Alors que Macron était en train de signer des contrats commerciaux avec le président chinois (dans les télécoms, le nucléaire, l’aéronautique ou les produits de luxe – a priori rien sur les masques FFP2), le député de l’Isère inaugure le « club de Shangaï », fondé par le CEPS et le CEIBS (China europe international business school), censé travailler sur les « enjeux d’e-santé et d’intelligence artificielle dans la santé ». On est ici bien loin des questions bassement matérielles du stock de masques à disposition dans les hôpitaux français.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site