Geopolintel

Crise Ebola : couverture d’AFRICOM pour plus d’implantation militaire en Afrique ?

jeudi 30 octobre 2014

Les États-Unis utilisent la contagion par le virus Ebola comme couverture de leur expansion interventionniste en Afrique, déclare un journaliste activiste de Détroit.

Abayomi Azikiwe, éditeur du Pan-African News Wire a fait ces remarques dans une interview par téléphone avec la chaîne Press TV mardi en commentant sur la décision du Pentagone de mettre en isolation et en quarantaine les militaires américains revenant d’Afrique de l’Ouest.

Deux états, le New Jersey et New York, ont déjà ordonné une quarantaine obligatoire de 21 jours pour les personnels médicaux qui ont traité les patients atteints d’Ébola en Afrique de l’Ouest où l’épidémie a déjà fait près de 5000 morts.

« Je pense vraiment que les États-Unis devraient fournir plus d’assistance dans les trois pays qui ont été touchés par la contagion de ce virus Ebola » a dit Azikiwe.

« Mais je pense qu’il y a eu une sur-réaction de la part des États-Unis, largement alimentée par des forces politiques de droite (extrême) pour ostraciser et mettre en quarantaine tous ceux qui ont assisté dans les mécanismes sanitaires ceux qui ont été touchés par le virus Ebola en Sierra Leone, en Guinée et au Libéria », a-t-il ajouté.

Azikiwe a déclaré que le commandement de l’armée américaine pour l’Afrique ou AFRICOM « est fait pour étendre l’intervention militaire américaine sur le continent africain ».

« Ils utilisent AFRICOM pour pénétrer plus avant en Afrique sous le couvert d’une réponse sanitaire à la crise du virus Ebola », a-t-il insisté.

Le président Obama a autorisé le Pentagone à déployer des troupes en Afrique de l’Ouest pour lutter contre la maladie mortelle. Aux ordres du président, quelques 3600 soldats pourraient être envoyés en Afrique de l’Ouest. Quelques centaines de militaires américains sont déjà sur place au Libéria.

Azikiwe a dit qu’« il est très important que ces militaires déployés au Libéria soient bien protégés ».

« Le gouvernement des États-Unis n’a historiquement jamais protégé ses propres soldats. Nous savons qu’ils ont été amplement exposés à l’uranium appauvri en Irak, nous savons aussi que des armes chimiques américaines qui furent utilisées par le gouvernement irakien dans les années 1980 dans sa guerre contre l’Iran, étaient en Irak. Elles ont été découvertes et cette découverte d’armes chimiques américaines a été cachée au public par le gouvernement américain et ses médias complices » a continué le journaliste expérimenté.

« Ainsi nous sommes préoccupés pour ceux qui se trouvent maintenant en Afrique de l’Ouest, en particulier au Libéria, qu’ils soient protégés et que leur santé et leur vie reçoivent une priorité maximum » a-t’il insisté.

Il n’y a pas de guérison connue pour Ebola qui est une forme de fièvre hémorragique impliquant des diarrhées, des vomissements et d’abondants saignements comme symptômes.

Le virus se répand par contagion au travers d’un contact direct avec du sang, des excréments, de la sueur ou des vomissures contaminés. Il peut aussi se propager au travers de contacts sexuels ou la manipulation non-protégée des corps des victimes décédées.

Récemment, plus d’experts ont dit que le virus Ebola est un organisme génétiquement modifié et qu’il a été développé dans des laboratoires de guerre biologique de l’armée américaine en Afrique de l’Ouest.

Dans un entretien récent, le Dr. Francis Boyle de l’université de l’Illinois a dit : « mon avis est que l’origine de la pandémie actuelle du virus Ebola provient de labos militaires spécialisés dans la guerre biologique, établis en Afrique de l’Ouest ».

Il a ajouté que les États-Unis « ont utilisé l’Afrique de l’Ouest comme une station offshore pour contourner la Convention sur les Armes Biologiques et pouvoir effectuer un travail de guerre biologique ».

Voir en ligne : http://resistance71.wordpress.com/2...

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site