Geopolintel

Jacques Attali ou Docteur Folamour !

jeudi 18 juillet 2013

Attali, Docteur Folamour ?
C’est Danielle Mitterand qui le dit, son crédo est la dérégulation, il propose aussi du microcrédit aux enfants du tiers monde et consulte chaque mois un maître.(1)
Pourquoi cet homme a-t-il été sollicité pour écrire le rapport de la libération de la croissance française (2) et réformer la société ainsi que l’Etat Français ?
Rappelons aussi que Jacques Attali déclarait que nous avions trop de pouvoir d’achat (sic). Finalement Danielle Mitterrand contrairement à son mari avait de la clairvoyance envers cet homme.

Jacques Attali La prison, et après ?

L’horrible crime (une jeune fille torturée, violée, assassinée) que vient de juger la cour d’assises des mineurs de Haute-Loire n’appelle aucune compassion pour le coupable. Et le verdict, qui le condamne à la prison à perpétuité, sans pratiquement aucune perspective de sortir jamais, peut se comprendre.

Mais je ne peux m’empêcher de penser que cette affaire est non seulement un formidable gâchis, mais aussi l’occasion de réfléchir à la nature même de la réponse sociale à la violence.

D’abord, la collectivité nationale est infiniment coupable d’avoir laissé en liberté ce jeune homme, après un premier crime de même nature (torture et viol), sans aucune surveillance, sans même que les responsables du collège où ses parents l’avaient inscrit ne sachent la nature du crime dont il s’était rendu coupable. Tout était donc en place pour que ce jeune homme obéisse de nouveau à ses pulsions et commette un second crime, plus horrible que le premier puisqu’il s’est traduit par la mort de sa victime.

Ensuite parce que c’est, pour moi, l’occasion de réfléchir sur le système carcéral. A quoi sert-il ? A punir, pour dissuader d’autres de commettre un crime ? Non. Car la peur de la prison n’a jamais empêché personne de passer à l’acte. A punir pour dissuader le même de recommencer ? Non. Car le passage par la prison transforme très souvent un petit délinquant en un grand. A mettre à l’écart un criminel ? Non. A moins de le placer en prison à vie, comme c’est le cas, aux Etats-Unis pour tout criminel, après un certain nombre de récidives.

C’est même la seule justification qu’on peut admettre à la prison : mettre définitivement à l’écart un individu qui s’est montré incapable d’obéir aux lois de la société. Mais à partir de quelle gravité du crime faudrait-il en arriver à une telle condamnation à mourir vivant ? On comprend alors la folie d’un tel raisonnement.

Je suis convaincu que, dans un siècle, la prison paraîtra à nos petits-enfants aussi barbares que nous semble aujourd’hui la peine de mort. Et qu’il faudra trouver de nouvelles solutions. Et pour y parvenir, il faudra revenir à l’essentiel : Dans nos sociétés, l’Etat dispose en principe du monopole de la violence, en l’interdisant aux autres. Il exerce cette violence en faisant respecter la loi, qu’elle soit démocratique ou non. Qu’elle passe par la peine de mort ou par la prison.

Mais faut-il se contenter de débattre de savoir qui a droit à l’exercice de la violence, ou faut-il chercher au contraire à l’éradiquer ? Faut-il considérer la violence comme une dimension incontournable de la nature humaine ? Et faut-il se contenter d’en maîtriser les manifestations ? Si tel est le cas, alors l’État a tous les droits, y compris celui de maltraiter les violents qu’il arrête. Et ce n’est pas en aménageant un peu, ou beaucoup, le système carcéral, qu’on sortira de cette réalité.

La seule façon d’y parvenir serait de réfléchir aux sources mêmes de la violence, pour les faire disparaître. Il est insensé que le monde consacre si peu de moyens de recherches à cette question simple : comment réduire la violence humaine ? Bien des pistes existent pourtant, qui passent par des progrès dans les techniques de méditation et de maîtrise de soi, et par des découvertes dans les neurosciences ; elles pourraient permettre de comprendre ce qui en est la cause, d’orienter les pulsions de chacun vers une énergie positive, vers l’amour et l’altruisme ; et, lorsque ce n’est pas possible, de créer les conditions d’une maîtrise chimique ou numérique de ces pulsions  : un jour, on saura assez du cerveau humain pour arrêter à temps le geste de tout criminel. Si possible démocratiquement.

D’ici là, reconnaissons que toute société est, et doit être, aussi barbare que ceux qu’elle prétend mettre hors d’état de nuire. Et cherchons encore.


Attali, Docteur Folamour ?
mercredi 6 février 2008
Par Danielle Mitterrand

Merci au lecteur qui m’a interrogée sur le rapport Attali et qui m’a incitée à prendre connaissance du catalogue intitulé : « Pour la libération de la croissance française ».

Aucune surprise mais beaucoup d’irritation mêlée d’inquiétude. J’y ai retrouvé l’Attali de 1981 qui ne jurait que par l’emprunt, consistant à faire payer les consommations du présent par la croissance future, sans considérer que celle-ci a forcément une limite. A cet égard, il n’a pas changé.

Ce qui est nouveau, c’est son adhésion au culte ambiant de la dérégulation.

Le développement par la dérégulation, voila son crédo !

Comment un homme si remarquable-au point que Libé le compare à une Ferrari ou un Steinway- peut-il être aussi aveugle ? On trouve dans ses propositions quelques mesures qui, hors contexte, seraient intéressantes, mais qui, ici, jouent le rôle de la confiture que l’on donne aux enfants pour leur faire passer le goût de la potion.

Celle-ci a pour objectif de mettre à mal tous les dispositifs structurants de notre société, résultant d’un progrès social chèrement payé, toutes les règles de bon voisinage, de solidarité, de travail en commun, de dynamiques collectives, de civilité… afin de tuer le corps social et de le remplacer par une juxtaposition d’individus en valorisant leur ambition, leur esprit de compétition et leur capacité de consommation et en les exposant à la folie.

La société, ainsi ramenée à sa plus simple expression, sera celle du désordre et de la violence.

Mais Jacques Attali a réponse à tout. Il prévoit en effet de remplacer les normes collectives, mises à mal par la dérégulation, par des mesures de formatage individuel reposant sur :

  • la restauration du culte du Veau d’Or
  • le maintien de l’ordre par un contrôle social renforcé (dès la maternelle !) et toute une panoplie de technologies nouvelles
  • la judiciarisation de tous les conflits
  • le renforcement des sanctions…

Bref, il propose de remplacer une société extravertie de débats et de contestations par une société de citoyens repliés sur eux-mêmes compétitifs et ambitieux : la société du mérite.

Voyez ce que la dérégulation provoque dans le monde autarcique de la spéculation financière. Imaginez un instant l’ambiance d’une salle de marché où s’agitent des « traders » dans un univers où le contournement des règles est encouragé et où le chacun pour soi tient lieu d’idéologie. Où un jeune homme de 31 ans succombe à l’ivresse du jeu, prend des risques insensés en méprisant non seulement les règles de son métier mais aussi les conventions sociales les plus élémentaires.

Oui, je crois sincèrement que la dérégulation est la porte ouverte à la folie et peut-être un jour, au retour du docteur Folamour.

danielle-mitterrand

Note 1

Note 2

—  1 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site