Geopolintel

Comme Macron, Trudeau a fait appel au cabinet McKinsey

vendredi 11 février 2022

Canada : Les partis d’opposition demandent à l’auditeur général d’enquêter sur les contrats d’externalisation de McKinsey.

La situation au Canada est plus inquiétante qu’en France puisque Trudeau a nommé un ancien de McKinsey en tant qu’ambassadeur en Chine. Dominic Barton, directeur général mondial McKinsey, a été appelé à la rescousse de l’économie canadienne en 2016. Il travaillait à la fois pour le gouvernement canadien et pour McKinsey.
Dominic Barton a été nommé ambassadeur du Canada en République populaire de Chine par le premier ministre Justin Trudeau le 4 septembre 2019.

Avant sa nomination, l’ambassadeur Barton était associé émérite des opérations mondiales pour McKinsey & Company, où il a exercé ces fonctions de 2009 à 2018. L’ambassadeur Barton a été président de Teck Resources et administrateur indépendant du Singtel Group à Singapour et d’Investor AB en Suède. Il a siégé au conseil de l’Olayan Group, une entreprise familiale privée.

Dominic Barton a quitté son poste d’ambassadeur du Canada en Chine fin 2021.

Le géant mondial du conseil McKinsey and Co. refuse de fournir à une commission parlementaire canadienne les listes des entreprises d’État chinoises pour lesquelles Dominic Barton, ambassadeur du Canada à Pékin, a travaillé pendant les neuf années où il a dirigé la société.
Les députés de l’opposition avaient demandé ces informations afin de déterminer si M. Barton se trouve en conflit d’intérêts en tant qu’ambassadeur en Chine.
En décembre 2020, le Comité spécial de la Chambre des communes sur les relations Canada-Chine a officiellement demandé à M. Barton de demander à la société internationale de conseil en gestion de divulguer sa liste de clients parmi les entreprises d’État en Chine de 2009 à 2018, alors qu’il était associé directeur mondial.
...
McKinsey a déclaré que le Parlement canadien n’avait pas compétence sur ses relations d’affaires en Chine, et que révéler les clients publics de M. Barton et de McKinsey pourrait entraîner des représailles de la part du Parti communiste chinois.
...
Le Times a rapporté que M. Barton a conseillé China Communications Construction Co. qui a construit des îles militarisées dans la mer de Chine méridionale en violation du droit international. La Banque mondiale avait banni la société pendant huit ans pour cause de truquage d’offres aux Philippines.
...
M. Barton est marié à Geraldine Buckingham, qui a récemment quitté son poste de présidente et de responsable des opérations Asie-Pacifique de BlackRock Inc
the Globe and Mail

Dominic Barton était membre du conseil d’administration de la Brookings Institution (CIA), institut avec lequel il a eu un rôle de lobbyiste pour gérer le défi de la Chine et pour relancer l’économie industrielle américaine sous le mandat Obama.
Comme tout bon mondialiste, Dominic Barton était en lien avec Davos et un défenseur des causes LGBT.

Le 13 juin 2018, notre associé directeur mondial, Dominic Barton, a reçu le prix 20/20 Visionary Award de The Trevor Project. Ce prix récompense les entreprises et les chefs d’entreprise qui donnent à leurs employés les moyens d’être eux-mêmes, tant sur le plan personnel que professionnel, et qui aident la communauté, notamment les jeunes LGBTQ.

Amit Paley, PDG et directeur exécutif de The Trevor Project, dans une récente interview accordée à Forbes McKinsey a déclaré
McKinsey « a fait énormément pour les personnes LGBTQ, notamment pour les jeunes, et pour The Trevor Project en particulier ». « Ils ont eu très tôt des politiques de soutien pour leurs employés qui sont homosexuels, et pour un groupe d’employés LGBTQ, ils participent à la chirurgie d’affirmation du genre pour les employés transgenre. Dominic Barton a joué un rôle essentiel dans la promotion de ces politiques et à la création d’une culture qui soutient la communauté LGBTQ chez McKinsey. »
McLinsey

Les trois principaux partis d’opposition canadiens demandent à la vérificatrice générale Karen Hogan d’enquêter sur la relation entre le gouvernement et McKinsey and Company, après que le Globe and Mail ait rapporté une forte augmentation des contrats de sous-traitance du gouvernement fédéral avec la société mondiale de conseil.

Les députés conservateurs John Brassard et Pierre Paul-Hus ont envoyé une requête officielle par écrit. Les députés du NPD et du Bloc Québécois appuient la proposition de l’opposition envoyée à la vérificatrice générale.

Les dépenses fédérales en contrats d’externalisation avec McKinsey étaient proche de zéro sous l’ancien gouvernement conservateur et sont passées à 17,2 millions de dollars au cours de l’exercice 2020-21.

Ce chiffre est susceptible d’être encore plus élevé pour l’exercice en cours, si l’on se réfère aux dernières annonces de contrats, notamment la décision d’augmenter le montant d’un contrat pour aider à réparer le système de paie Phoenix du gouvernement, qui passe de 4,9 millions de dollars à 27,7 millions de dollars.

Ottawa se tourne vers la société d’experts-conseils McKinsey pour réparer le système de paie Phoenix, doublant ainsi les dépenses.

Le Globe a également rapporté cette semaine que les dépenses fédérales en contrats d’externalisation, dans la catégorie des services professionnels et spéciaux ont augmenté de plus de 40 % depuis que les libéraux ont formé le gouvernement en 2015, atteignant 11,8 milliards de dollars au cours de l’exercice précédent. Dans son programme de 2015, le Parti libéral avait promis de réduire le recours aux consultants externes.

L’augmentation du recours à l’externalisation s’est accompagnée d’une augmentation des effectifs de la fonction publique fédérale. Les effectifs sont passés de 257 034 fonctionnaires à 319 601 entre 2015 et 2021, soit une augmentation de 24 %.

Dans leur lettre, les deux députés conservateurs affirment qu’« il existe plusieurs liens étroits entre McKinsey et le gouvernement Trudeau », notamment que dans les premières années du gouvernement, Dominic Barton a été à la fois président d’un conseil consultatif fédéral sur la croissance économique tout en dirigeant McKinsey. La lettre souligne le fait que l’ancien chef des politiques du Premier ministre Trudeau, Mike McNair, a rejoint McKinsey en tant qu’associé associé en 2021.

L’entreprise a déclaré dans un communiqué cette semaine que M. McNair n’a pas participé à l’attribution de contrats de McKinsey pendant qu’il était au gouvernement.

La lettre des conservateurs indique que la vérificatrice générale devrait examiner si des mesures de protection sont en place relativement au rôle du personnel politique dans les décisions d’impartition.

« Lorsque les entreprises qui reçoivent les contrats sont comme McKinsey, étroitement liées aux libéraux de Trudeau, cela soulève des questions importantes qui doivent être abordées », peut-on lire dans la lettre. « Le gouvernement a-t-il mis en place un mécanisme approprié pour empêcher les membres du personnel politique de diriger de l’argent vers McKinsey ou d’autres entreprises amies similaires ? »Le gouvernement obtient-il un bon rapport qualité-prix avec la montée en flèche des dépenses pour le travail des entrepreneurs ? Les intérêts des contribuables sont-ils servis par ces dépenses ?"

Le député néo-démocrate Gord Johns a déclaré dans une interview que son parti est favorable à l’idée de demander au vérificateur général d’examiner l’impartition fédérale. M. Johns a déclaré que le NPD prépare également une lettre à la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, demandant au gouvernement d’examiner les préoccupations du NPD.

M. Johns a fait remarquer que l’un des contrats de McKinsey avait pour but d’aider à réparer le système de paie Phoenix du gouvernement, qui connaît des problèmes et qui est lui-même basé sur des travaux sous-traités au secteur privé. M. Johns a déclaré que les fonctionnaires syndiqués devraient être en mesure d’effectuer la plupart des tâches qui sont sous-traitées.

« L’inefficacité des dépenses du gouvernement coûte une fortune », a-t-il déclaré. « Le gouvernement fédéral devrait vraiment être en mesure de payer ses employés et de fonctionner efficacement sans avoir besoin de dépenser l’argent des contribuables pour des sociétés de conseil coûteuses. Je suppose donc que la question est la suivante : qu’est-ce qui se passe ici et pourquoi ne peuvent-ils pas gérer leurs propres affaires ? ».

La députée bloquiste Julie Vignola a déclaré qu’en plus de demander un examen à la vérificatrice générale, elle aimerait qu’un comité de la Chambre des communes se penche plus en profondeur sur les questions d’externalisation lorsque les séances reprendront plus tard ce mois-ci.

« Je ne peux pas croire qu’il n’y a personne dans la fonction publique fédérale qui pourrait faire ce travail », a-t-elle dit. « Si nous ne nous appuyons pas sur notre fonction publique, nous allons perdre leur expertise et nous gaspillons leurs talents. C’est complètement inacceptable. »

Lorsqu’on lui a demandé de répondre aux préoccupations de l’opposition, Isabella Brisson, porte-parole de Mme Fortier, a déclaré dans un courriel que le gouvernement s’engageait à fournir des services de haute qualité aux Canadiens tout en assurant la meilleure valeur pour les contribuables, « c’est pourquoi les contrats sont émis de manière équitable conformément aux politiques du Conseil du Trésor. »

L’ancien directeur parlementaire du budget Kevin Page a déclaré que la croissance de l’externalisation fédérale soulève plusieurs questions qui justifient un examen officiel.

« Le gouvernement s’est engagé à examiner les politiques. Nous devrions ajouter l’externalisation à la liste », a-t-il déclaré.

M. Page est actuellement président fondateur et directeur général de l’Institut d’études fiscales et de démocratie de l’Université d’Ottawa. Avant d’occuper le poste de DPB, il était un haut fonctionnaire du gouvernement fédéral.

« En tant qu’ancien fonctionnaire, j’ai souvent pensé que le recours à l’externalisation sapait la capacité de la fonction publique », a-t-il déclaré, en référence aux contrats liés au soutien informatique ou aux conseils stratégiques.

« En tant que personne extérieure, et quelqu’un qui sera en concurrence pour des contrats gouvernementaux [au nom de l’université], je pense qu’il y a certains dossiers de politique et de fonctionnement pour lesquels la capacité actuelle de la fonction publique peut ne pas être jugée suffisante pour apporter des changements opportuns. L’examen des politiques peut explorer cet équilibre. »

L’économiste de la Banque Scotia, Rebekah Young, qui est directrice de l’économie fiscale et provinciale, a fait remarquer qu’il fut un temps où les gouvernements fédéraux lançaient régulièrement des examens internes des dépenses pour déterminer si les dépenses existantes pouvaient être réduites ou réorientées vers de nouvelles priorités.

« Alors que nous arrivons de l’autre côté de la pandémie, le gouvernement devrait examiner attentivement ses dépenses d’une manière qui permette de traverser le cycle économique actuel - et la crise sanitaire - en vue de soutenir les priorités à plus long terme », a-t-elle déclaré dans un courriel mardi.

« Cela fait presque une décennie que le gouvernement fédéral n’a pas entrepris un examen approfondi de ses dépenses. Réalisés de la bonne manière et au bon moment, ces exercices peuvent être porteurs de croissance s’ils réorientent les ressources vers des priorités plus importantes, avec des résultats plus solides et une plus grande responsabilisation. Il est peut-être temps de dépoussiérer ce livre de jeu ».

the Globe and Mail

Dominic Barton prendra donc la présidence de Rio Tinto pendant une période charnière de cette société minière.

Ses axes de travail :
la décarbonisation et l’instauration et le renforcement de liens de confiance avec les communautés locales. « Je suis ravi de rejoindre une entreprise avec des personnes et des actifs de classe mondiale alors qu’elle navigue dans un paysage concurrentiel en évolution et cherche à devenir un leader de la transition climatique », a-t-il dit lors de sa nomination.

Mais ce retour à la sphère privée est déjà surveillé de près depuis le Canada. Le Nouveau Parti Démocrate (NPD) a réclamé, début janvier 2022, que le Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique du gouvernement fédéral s’intéresse à la récente nomination de Dominic Barton.

« Étant donné que Dominic Barton a occupé un poste dans la fonction publique à un haut niveau de responsabilité et d’influence, et considérant qu’il a rencontré des dirigeants de Rio Tinto pas plus tard qu’en octobre 2021 [alors qu’il était encore ambassadeur du Canada en Chine – ndlr], il est inquiétant pour tous les Canadiens de savoir qu’il a annoncé son intention de devenir le président du conseil d’administration de Rio Tinto moins de trois mois après sa rencontre avec la société minière », écrivent les députés de NPD Matthew Green et Heather McPherson dans une lettre reprise par le Journal de Montréal.

Toujours selon le journal, aucune information officielle n’a été divulguée quant au lancement ou non d’une enquête à ce sujet. Le Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique n’est également pas autorisé à confirmer ou non si une demande d’enquête a été déposée. Dominic Barton doit prendre la présidence de Rio Tinto le 5 mai 2022.

Consultor

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site