Geopolintel

McKinsey et la culture de la Bullshit langue

lundi 24 janvier 2022

McKinsey : génèse d’une crise globale et d’une nov langue.

Depuis la crise des gilets jaunes, le travail essentiel ( les ouvriers et les employés ) s’est heurté au travail non essentiel dit Bullshit Job ( les métiers qui ne servent à rien).
Macron via Xavier Niel et la Start Up Nation ont introduit une nouvelle langue dans l’administration française.
Cette fusion a produit un Etat numérique et chimérique où l’art de Macron, venant du Private Equity (évasion fiscale légale par les « Bullshit » lois ) est de raconter des « bobards » comme il a appris à le faire pour monter des projets qui ne servent qu’a créer des arnaques financières dans lesquelles l’Etat français est caution.
Bruno Le Maire a beau nous vendre la création d’emplois, la croissance, les chiffres sont là, notre politique économique est nulle.
Trump disait de Macron : « Tout ce qu’il touche devient de la merde ».

McKinsey mentor de la « Bullshit France ».
Ce cabinet de consulting a éduqué le peuple français à utiliser des mots nouveaux pendant la crise sanitaire comme le terme « cluster » exprimant un foyer de contamination. Idem pour le terme « cas contact » et booster valant pour la troisième dose de vaccin.
Cette néo-culture a eu pour mission de raconter des mesonges afin que personne ne puisse comprendre quoi que ce soit et fabriquer une société de la peur.

  • Au-delà de la plongée dans le monde merveilleux du vocabulaire des bullshit jobs, du « cadrage logistique », de la « transformation publique », de « l’audit et l’accompagnement du changement », et autres « missions de sourcing », cette sous-traitance au privé, par l’État, de missions qu’il pourrait accomplir lui-même est une habitude déjà ancienne, notamment dans le domaine de la santé.« . »Au printemps dernier, le même cabinet McKinsey avait déjà été missionné dans l’élaboration d’une « stratégie des tests », le gouvernement s’étant découvert avec stupeur incapable d’évaluer les capacités de production de tests PCR sur le territoire français. Cette task force, rappelait le site Basta, a rapidement sous-missionné ... une autre firme de conseil, Bain.Pendant ce temps, soulignait Basta, des dizaines de laboratoires publics et privés qui avaient offert leurs services dès le début de la crise attendaient, incrédules, que le gouvernement veuille bien leur répondre.
  • « Ces missions et sous-missions sont conclues dans l’opacité la plus totale, la Cour des comptes elle-même s’avouant incapable de procéder à une évaluation consolidée. »
    Arret sur Images

L’arrogance du langage totalitaire.
McKinsey qui rédige les allocutions de notre gouvernement, a imposé un nouveau discours politique avec des expression et des formules totalitaires.
« Je me vaccine pour vous protéger », « emmerder les non vaccinés » « Faire peser la contrainte sur les non-vaccinés » « Commerces non-essentiels »
Le romancier Victor Klemperer avait décrypté la novlangue nazie utilisée comme moyen de propagande : « la profusion de tournures appartenant au domaine technique, la foule de mots mécanisants » conduit à une mécanisation de la personne.

La volonté d’imposer cette nouvelle langue n’a qu’un objectif : instaurer le totalitarisme et la censure des esprits.

Il est autorisé de penser comme Castex et Véran et il est interdit de penser autrement. Si la liberté de penser n’existe plus, celle de soigner est bel et bien interdite.

Vaccin covid : ce juppéiste surprenant consultant McKinsey du gouvernement

Le rôle de McKinsey pour accompagner la campagne de vaccination contre la covid-19 se précise. Le Canard Enchaîné du mercredi 6 janvier 2021 en fait le récit : mercredi 23 décembre se tient une réunion par visioconférence réunissant le ministre de la Santé, les directions des agences régionales de santé et les patrons des hôpitaux sélectionnés pour étrenner la campagne de vaccination.

Après quelques mots d’introduction, Olivier Véran passe la parole à une tierce personne chargée de présenter la méthode de la stratégie vaccinale retenue par le Gouvernement, les dates de la campagne de vaccination, les livraisons de vaccins prévues et le circuit logistique pour distribuer ces vaccins. Cette tierce personne, selon Le Canard Enchaîné, n’est autre que Maël de Calan.

Ce natif du Finistère (le 30 avril 1980 à Saint-Pol-de-Léon), de son nom complet Maël de La Lande de Calan, féru de bateau à voile, diplômé de HEC et de Sciences Po, qui est le fils de la figure du patronat français Dominique de Calan (ancien numéro 2 de l’UIMM), est de longue date militant politique à droite. Il fut jeune militant au RPR, ancien responsable des Jeunes UMP, membre du bureau politique de l’UMP, il fut aussi conseiller économique d’Alain Juppé. Il est élu départemental du Finistère en 2015 et il est également président de la Fédération départementale des Républicains. Il fut candidat malheureux à la présidence des Républicains en 2017 contre Laurent Wauquiez, et démissionnaire du parti en même temps que Valérie Pécresse à l’été 2019.

En 2017, il a été vaincu au second tour des élections législatives à Morlaix contre la candidate de la République en Marche – quoiqu’il se décrivait dans les colonnes de l’Obs comme « Macron compatible ». Il est enfin l’auteur de plusieurs ouvrages pour l’Institut Montaigne (relire notre article sur cet institut).

Dans le privé, Maël de Calan, après avoir été directeur financier de la biotech ManRos Therapeutics, est associate partner (le grade en dessous d’associé au sein de ce cabinet) chez McKinsey depuis 2018 – de manière assez iconoclaste par rapport aux standards de recrutement et de progression dans ce cabinet et dans le secteur (relire notre article).

C’est à ce titre qu’il intervenait dans la réunion du 23 décembre, sans que l’on sache officiellement quels autres consultants sont ou ont été investis dans le mandat auprès du ministère, depuis quand et jusqu’à quand cette triple mission de McKinsey (de « cadrage logistique », « benchmarking » des pratiques à l’étranger et « coordination opérationnelle de la task force » selon Politico) auprès du ministère était censée durer. Politico a néanmoins eu confirmation d’un démarrage de cette mission le 30 novembre dernier.

Par Consultor.fr

McKinsey ou comment gouverner un pays comme on administre une entreprise

Eh oui. Si la vaccination est si lente en France, c’est qu’elle a été organisée - enfin, organisée est un grand mot - elle aurait donc été pensée, enfin bref, vous voyez ce que je veux dire, par McKinsey.

Qui est McKinsey ? Rien à voir avec la marque de blouson Mac Kinley vendu dans les magasins Intersport. Mac Kinsey est une grande entreprise de conseil, l’une des plus grandes au monde, qui conseille 147 des 200 plus grandes entreprises à l’international. Par ailleurs, elle est impliquée dans différents scandales dont celui des opioïdes aux Etats-Unis. Et McKinsey conseille aussi le gouvernement français.

Le consultant est aujourd’hui l’incarnation du « bullshit job »

Si l’on en croit le Canard Enchainé, McKinsey aurait donc fait ce plan de vaccination, ce qui est bien réjouissant puisque d’ordinaire, l’on pense dans notre pays que nous avons suffisamment d’énarques et de hauts fonctionnaires pour ne pas avoir en plus à payer des consultants extérieurs pour faire le travail de l’Etat. Car le consultant, c’est bien connu, demande à être payé pour vous donner l’heure en regardant votre montre. Il est aujourd’hui l’incarnation du « bullshit job » cher au regretté David Graeber.

Les « jobs à la con » sont partout (et c’est à ça qu’on les reconnaît…)

Le terme de « bullshit job » est polysémique, puisqu’il désigne à la fois des jobs de faible qualité, mais aussi et surtout des jobs pipeau, où l’on rétribue grassement des qualités largement surévaluées. Je vous laisse vous-même deviner à quelle catégorie appartiennent les jobs de consultants, tels qu’ils sont proposés chez McKinsey. Reste que la distinction entre haute fonction publique et cabinets de conseils est en réalité de plus en plus factice, et ce dans tous les gouvernements du monde.
Gouverner un pays comme on administre une entreprise

De nombreux politiques sont passés par des écoles de commerce, de DSK à François Hollande, en passant par Maël de Calan, ancien membre des Républicains, présenté par le Canard Enchaîné, comme l’un des représentants de McKinsey, en charge donc de la campagne de vaccination. Au départ, l’idée de confier à un cabinet de conseil le soin de gérer la vaccination en France, recouvre une belle utopie : on peut gouverner un pays comme on administre une entreprise.

Mais à chaque fois cette utopie se heurte – hélas – au réel. Un Etat n’est pas une entreprise, et si l’on confond l’un avec l’autre, on cumule les maux des deux systèmes : impuissance de l’Etat, et faillite de l’entreprise.

France Culture

.

Les 15 termes les plus utilisés par un consultant en stratégie

BU : Business Unit, unité, département représentant un segment spécifique de l’entreprise.

Due-dil : Due-diligence, audit d’acquisition pour donner à l’acquéreur toutes les informations nécessaires et les risques liés à une acquisition.

Fast-tracker/low-tracker : consultant évoluant rapidement/ consultant évoluant lentement.

Fonction support : dans un cabinet, tous les postes différents de celui de consultant (RH, marketing...).

KPI : Key Performance Indicator, paramètre représentatif d’une activité de l’entreprise permettant d’évaluer la performance globale de cette dernière en fonction de ses objectifs.

KSF : Key Success Factor, facteurs clefs de succès (par exemple pour le lancement d’un produit).

Livrable : ce que le cabinet apporte à l’entreprise.

On the beach : entre deux missions.

PE : Private Equity, activités des fonds d’investissements.

Practice : secteur d’expertise d’un partner.

Principal : grade entre manager et senior.

Propale : proposition commerciale faite par un cabinet à une entreprise.

Taux de staffing : nombre de consultants facturé à un client sur nombre de consultants total dans le cabinet.

Time in grade : Temps passé par un consultant à chaque grade.

TJM : Taux Journalier Moyen, taux de facturation d’un cabinet par jour et par consultant missionné.

Un glossaire plus complet du consulting

Les acronymes du quotidien

B-case : Business case.

B2B/B2C : Busines to Business/Business to Consumer, activités entre deux entreprises/activités entre une entreprise et des particuliers.

CAGR : taux de croissance annuel moyen.

COGS : Cost of goods sold, prix des biens vendus.

FS : Financial Services, services fournis par l’industrie de la finance (banques, assurances...)

IB : Investment Bank, banque d’investissement regroupant les activités de marchés.

IRL : In Real Life, « dans la vrai vie » pour parler de « l’industrie », c’est à dire toutes les activités en dehors du conseil

LBO : Leveraged buy-out, effet de levier facilitant l’acquisition et la défiscalisation d’un projet d’achat d’entreprise.

M&A ou Fusac : Merger and Acquisition, Fusion et Acquisition, tous les aspects du rachat d’une entreprise

MECE : Mutually Exclusive and Collectively Exhaustive. (voir l’article sur les concepts utiles aux consultants)

SME : Subject Matter Expert, expert d’un domaine, cf practice.

SNU : Slide Non Utilisée.

Cabinets : Mck (McKinsey), BCG (Boston Consulting Group), MBB( McKinsey, Boston Consulting Group, Bain), RB (Roland Berger), ATK (AT Kearney), OW (Oliver Wyman), Booz (Booz&co, et non Booz Allen comme avant 2008), ADL (Arthur .D Little), CVA (Corporate Value Associates), ACN (Accenture), BP (BearingPoint), KS (Kurt Salmon).

Abréviations mails : Qpt (qu’en penses-tu), Btw (by the way), Fyi (for your information), Tbc (to be confirmed), Tbd (to be defined).

Les définitions de 26 mots supplémentaires pour parfaire son vocabulaire

Blueprint : étape suivant le brouillon, première esquisse.

Brainteaser : problèmes logiques, mathématiques ou d’ordre général, de courte durée, posés en entretien. (voir l’article sur les concepts utiles aux consultants)

Bulge bracket : les 10 plus grosses banques d’investissements, Bear Stearns, Citigroup, Credit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, J.P. Morgan Chase, la défunte Lehman Brothers, Merill Lynch,Morgan Stanley, UBS.

Bullet point : puce, point important.

C-suite, C-level, CXO : niveaux les plus élevés dans une entreprise, CEO, CFO, CCO, CIO, CKO, CSO.

Close the loop : boucler un dossier.

Cranter : s’enrichir intellectuellement grâce au cabinet.

Deck : se dit d’un paquet de slides.

Ding : moment durant l’entretien où le recruteur se dit que le candidat ne correspond pas au profil.

Draft : brouillon.

Elevator test : test de l’ascenseur, test consistant à savoir si le temps d’un voyage en ascenseur le consultant est capable d’expliquer les points importants d’un dossier.

Engagement : mission.

Feedback : retour sur expérience.

Granularité : le niveau de granularité définit la profondeur d’étude d’un élément. Plus le niveau est haut, plus l’évaluation est fine.

Lean : amélioration continue, élimination des gaspillages.

Learning curve : courbe d’apprentissage, très élevée dans les cabinets de conseil.

Leverage : levier, avoir un effet levier.

Low profile : se dit d’un(e) cabinet/personne sobre et humble.

Market-sizing ou Guestimate : questions posées en entretien, il s’agit le plus souvent d’évaluer la taille d’un marché en quelques minutes.(voir l’article sur les concepts utiles aux consultants).

Next step : étape suivante, le consultant pense toujours à l’étape suivante.

Out-of-the-box thinking : réfléchir d’une autre façon, sortir des sentiers battus.

Signing bonus : prime lors de l’entrée dans un cabinet.

Sunk cost : coûts ne pouvant être récupérés en cas d’avortement du projet.

Takeaway ou Key learnings : ce que l’on doit retenir d’une réunion.

Taux d’attrition : nombre de consultants quittant de leur plein gré le cabinet sur le nombre total de consultants.

Value proposition : proposition de valeur, c’est l’intérêt d’un modèle économique.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site