Geopolintel

Vaccins contre le Covid : de nouveaux effets secondaires à l’étude

lundi 27 septembre 2021

Tandis que la campagne de vaccination bat son plein en France comme presque partout sur le Vieux continent, l’Agence européenne des médicaments a annoncé ce mercredi qu’elle étudiait trois rares infections, qui pourraient être potentiellement des effets secondaires des vaccins Pfizer et Moderna. Aucune précision n’a été apporté quant au nombre de cas concernés.

De nouveaux effets secondaires pour les vaccins Pfizer et Moderna ? C’est en tout cas ce qu’a annoncé l’Agence européenne des médicaments ce mercredi 11 août 2021. Les deux principaux vaccins disponibles en Europe et en France seraient potentiellement à l’origine de trois rares affections recensées chez des personnes ayant reçu une ou plusieurs injections contre la Covid-19.

Dans un communiqué, l’Agence européenne des médicaments explique que ses services étudient actuellement trois rares infections - l’érythème polymorphe, la glomérulonéphrite et le syndrome néphrotique-, observées chez des patients vaccinés. L’objectif est de déterminer si ces symptômes sont dus aux effets secondaires des vaccins mis au point par Pfizer et Moderna.

Comment se caractérisent ces rares infections qui pourraient être de nouveaux effets secondaires des vaccins Pfizer et Moderna ?

  • D’abord, l’érythème polymorphe, soit la réaction allergique cutanée qui se caractérise par l’apparition de taches cutanées rouges et surélevées de forme concentrique.
  • Ensuite, la glomérulonéphrite, un terme difficile à prononcer qui désigne des dysfonctionnements dans les reins, notamment en formant des glomérules, des boules de microscopiques vaisseaux sanguins dont le sang est infiltré.

Enfin, les vaccins Pfizer et Moderna pourraient également être à l’origine de l’apparition d’un syndrome néphrotique chez les patients vaccinés.
Ce problème prend la forme d’un gonflement, voire d’un oedème au niveau des tissus corporels, avec des risques d’hypertension artérielle et des globules rouges dans l’urine.

En revanche, l’Agence européenne des médicaments n’a pas fait dans le détail quant au nombre de personnes concernées par cette étude. Pour mener à bien ses recherches, l’organisme confirme avoir demandé à Pfizer et Moderna des données supplémentaires.

SortiraParis

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site