Geopolintel

L’OMS et l’ONU exploitent le coronavirus pour inciter l’avortement dans les pays du tiers monde

samedi 16 mai 2020

Plus de 3,6 millions de personnes sont tombées malades et plus de 250 000 sont mortes à cause du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV). Dans une grande partie du monde, les médecins et les professionnels de santé ont été débordés, les hôpitaux ont été remplis et les pénuries d’équipements de protection individuelle (EPI) et les ventilateurs ont atteint des seuils critiques.
Les retombées du virus pourraient bientôt être encore pires dans les pays en développement où les infrastructures sanitaires sont déjà faibles et où l’accès aux soins est souvent difficile.
Mais alors que les pays en développement ont un besoin urgent de tout, des EPI aux ventilateurs, en passant par l’aide de santé publique (sans parler de la nourriture et des prêts d’urgence), comment le gouvernement suédois a-t-il choisi de répondre à cette crise ? Il a engagé 2 millions de dollars pour fournir des préservatifs et du matériel d’avortement en Afrique subsaharienne.

Dans une récente déclaration de l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI), le gouvernement a annoncé qu’il accorderait une subvention de 2 millions de dollars à DKT International pour permettre l’accès à l’avortement et à la contraception en Afrique subsaharienne pendant la pandémie de COVID-19.

Cette subvention comprend le financement d’aspirateurs manuels (MVA) en République démocratique du Congo ainsi que le financement de pilules et du matériel d’avortement en Éthiopie, au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie et au Mozambique. Les AMIU sont des appareils manuels qui aspirent le nouveau né hors du ventre de sa mère, écrasant l’enfant au passage.

  • « La lutte contre le covid-19 menace l’accès aux produits vitaux et l’accès aux soins maternels. Il est extrêmement important de continuer à travailler sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) » Carin Jämtin.

Selon l’ASDI, la subvention permettra à DKT International « d’accroître rapidement ses stocks de préservatifs, de divers contraceptifs et d’équipements pour les avortements médicaux avant que les effets de la pandémie de corona ne rendent difficile leur mise à disposition ».

Mais le gouvernement suédois n’est pas le seul à promouvoir l’avortement dans le monde entier en pleine pandémie mondiale de COVID-19.

Une page du site web de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) consacrée à la santé sexuelle et reproductive dans le contexte de la pandémie COVID-19 encourage les soins autogérés pour un « avortement sûr » pendant la pandémie.

La page web de l’OMS met en évidence un rapport publié l’année dernière par l’OMS qui fournit des recommandations aux systèmes de santé pour les soins autogérés. Dans ce rapport, l’OMS demande instamment aux gouvernements et aux systèmes de santé publique d’autoriser les femmes à pratiquer des avortements avec la pilule contraceptive à domicile jusqu’à 12 semaines de gestation sans la supervision d’un prestataire de soins de santé, dans des circonstances où les femmes « disposent d’une source d’information précise et ont accès à un prestataire de soins de santé si elles en ont besoin ou si elles le souhaitent à n’importe quel stade du processus ».

L’OMS recommande que les femmes soient autorisées à « s’auto-évaluer [ ] » pour savoir si elles ont droit à la pilule contraceptive, ce qui permet essentiellement à n’importe qui, sans formation médicale, de s’auto-prescrire des médicaments provoquant l’avortement sans évaluation médicale préalable.

L’OMS recommande également de proposer aux femmes des tests de grossesse en vente libre avant d’avorter. Toutefois, l’OMS admet que les tests de grossesse en vente libre sont beaucoup moins sensibles que les tests généralement utilisés par les médecins.

Les avortements incomplets se produisent lorsque des morceaux du bébé ou du placenta restent dans l’utérus. S’il n’est pas traité, il peut entraîner des infections et des septicémies mortelles. Lors des essais cliniques du médicament contraceptif Mifeprex, près de 1 % des femmes des pays étrangers participant à l’essai ont eu une grossesse après avoir pris la pilule abortive et près de 4 % ont dû subir une intervention chirurgicale pour traiter des saignements excessifs ou un avortement incomplet.

Selon les registres des effets indésirables tenus par la Food and Drug Administration américaine, en 2018, au moins 22 décès ont été associés à l’utilisation de la pilule contraceptive (mifépristone) aux États-Unis. La FDA américaine a également reçu le signalement de 11 cas supplémentaires où des femmes de pays étrangers qui, après avoir pris la pilule abortive, sont mortes de symptômes allant de la septicémie à la rupture de l’estomac, en passant par des hémorragies graves et le syndrome de choc toxique. Sur les 11 femmes de pays étrangers dont la FDA a eu connaissance et qui sont mortes après avoir pris la pilule abortive, l’une d’entre elles était volontaire pour un essai clinique, un contexte où la surveillance des symptômes a probablement été accrue et l’accès aux soins médicaux probablement facile.

Toutefois, la manifestation d’effets indésirables est normale pour les médecins et les utilisateurs. Ils sont probablement moins susceptibles de soumettre un rapport à la FDA en cas de complication résultant de la pilule contraceptive. En outre, la FDA ne reçoit des rapports que pour les médicaments enregistrés aux États-Unis, ce qui n’inclut pas les autres marques connues de pilules contraceptives vendues dans les pays étrangers.

Une récente déclaration publiée avec le soutien de plus de 30 000 médecins aux États-Unis a fermement condamné les efforts déployés pour continuer à fournir des services d’avortement non volontaire pendant la pandémie COVID-19 et les déclarations « qualifient à tort, l’avortement non volontaire, de soins de santé essentiels ».

Selon la déclaration des médecins, environ 5 % des femmes qui prennent la pilule contraceptive doivent finalement se présenter aux urgences pour une évaluation, le plus souvent pour une hémorragie importante. « Le personnel des urgences - qui a déjà du mal à répondre aux exigences de la pandémie COVID-19 - sera encore plus sollicité pour fournir des soins à ces femmes ».
Comment cela sera-t-il possible même dans le contexte africain, où l’hôpital le plus proche peut être à des kilomètres ?

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) a également exhorté les gouvernements à garantir un accès continu à l’avortement pendant la pandémie. Une note technique provisoire récemment publiée par le FNUAP appelle les gouvernements à « Veiller à ce que les choix et les droits des femmes et des filles en matière de santé sexuelle et reproductive soient respectés, quel que soit leur statut COVID-19, y compris l’accès à la contraception, à la contraception d’urgence, à l’avortement sans risque dans toute les mesures prévues par la loi ». La note technique conseille également aux gouvernements « d’encourager » les femmes qui se sont remises d’une infection COVID-19 à recourir à des services d’avortement « dans le cadre de la loi ».

Il est faux de dire que, lorsque les femmes viennent dans les cliniques africaines pour se faire soigner pour le coronavirus, il faut aussi leur donner de l’information sur les avantages de l’avortement. Les soins de santé en Afrique ont souvent été directement liés aux programmes de contrôle de la population.

Ce dont l’Afrique a réellement besoin pour se préparer à la pandémie, c’est d’EPI, d’équipement médical et de personnel de santé qualifié : alors qu’il y a 3,6 médecins pour 1 000 habitants dans l’Union européenne et 2,6 médecins pour 1 000 habitants aux États-Unis, selon la Banque mondiale, il n’y a que 0,2 médecin pour 1 000 habitants en Afrique subsaharienne.

Les unités de soins intensifs (USI) des hôpitaux capables de traiter les patients atteints de COVID-19 en cas de détresse respiratoire aiguë potentiellement mortelle sont également rares dans les pays africains. Alors que les États-Unis disposent de près de 200 lits d’USI par million d’habitants, les pays subsahariens comme l’Ouganda et l’Érythrée n’ont qu’un lit d’USI pour un million d’habitants. Selon l’OMS, il n’y a que 5 000 lits de soins intensifs au total dans 43 pays d’Afrique.

Les pays africains sont également confrontés à une grave pénurie de ventilateurs. Selon l’Organisation mondiale de la santé, il y a moins de 2 000 ventilateurs sur tout le continent africain. Selon un article du New York Times, 10 pays d’Afrique ne disposent pas d’un seul ventilateur. En comparaison, les États-Unis disposaient de plus de 170 000 ventilateurs avant le début de la pandémie.

Un article de l’Associated Press a récemment rapporté que les pays africains ont mis en commun leurs ressources financières pour acheter 400 ventilateurs, qui seront répartis et partagés entre 54 pays africains. Selon le Washington Post, le milliardaire chinois et co-fondateur d’Alibaba, Jack Ma, s’est également engagé à faire don de 500 ventilateurs au continent.

Mais l’Afrique subsaharienne est également confrontée à de nombreux autres défis en plus de la pandémie que les pays développés n’ont pas eu à affronter.
Même l’accès à l’eau potable et au savon constituera un immense défi dans les zones rurales et pauvres du continent. Selon la Banque mondiale, seul un quart des personnes vivant en Afrique subsaharienne ont accès à des installations de base pour se laver les mains, telles que le savon et l’eau propre.

Les économies fragiles de nombreux pays africains risquent également d’être beaucoup plus touchées par le virus et la perte de PIB due aux quarantaines que les économies occidentales. Selon la Banque mondiale, en 2015, 86 % des personnes vivant en Afrique subsaharienne vivaient avec 5,50 dollars par jour. De nombreux Africains n’ont pas ou peu d’économies et le gouvernement a moins de moyens que les gouvernements occidentaux pour fournir une aide d’urgence à ses citoyens. Selon un récent article de la BBC, les responsables des Nations unies ont déclaré que la nouvelle pandémie de coronavirus de 2019 pourrait plonger 30 millions d’Africains dans la pauvreté.

Selon les estimations de l’Imperial College de Londres, l’Afrique subsaharienne pourrait connaître entre 300 000 et 1,2 million de décès dus à COVID-19 d’ici la fin de l’année.

Pourtant, le gouvernement suédois estime que ce dont les Africains ont réellement besoin, c’est d’avortement et de contraception.

LifeNews : Jonathan Abbamonte écrit pour l’Institut de recherche sur la population.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site