Geopolintel

La protection des mineurs contre la pornographie : proposer des contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants

mercredi 10 mars 2021

Le gouvernement met en place diverses actions de protection de l’enfance en utilisant la technique du Nudge.
Le Nudge est une incitation manipulatoire altruiste pour produire l’inverse de la volonté des parents.
Si l’on doit protéger les enfants de la pornographie, pourquoi l’Etat propose des contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants.
Un enfants n’a pas à libérer sa parole, la sexualité c’est l’affaire des adultes.
Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance, et Cédric O ont beaucoup mieux à proposer aux enfants comme la lutte contre la pédophilie.
Mais étant donné que l’on incite les enfants à connaître la sexualité, il ne faut pas s’étonner que la pédophilie reste impunie, même parmi l’élite.

On au aussi pu constater l’inaction des pouvoirs publics concernant Twitter et Facebook.
Twitter a refusé de supprimer de la pornographie enfantine parce qu’elle ne « violait pas ses règles »
Dans un thread publié en décembre 2019, l’internaute Anna DeWitt qui gère le compte Twitter @CtesseDeLoynes a découvert la présence d’un banal hashtag sous lequel se cache en réalité une véritable communauté de pédophiles. « Il m’a suffi de simplement cliquer sur le #MAP [l’acronyme de Minor Attracted People (« personne attirée par des mineurs »)] pour trouver des pédophiles revendiqués, en moins d’une minute », explique-t-elle. Sur Twitter ou Instagram, des centaines de comptes évoquent ainsi librement leur paraphilie, soutenant que « la pédophilie est une orientation sexuelle normale », au même titre que l’homosexualité.
Des dérives non sanctionnées par Twitter ?

Depuis le thread posté en décembre par @CtesseDeLoynes, de nombreux utilisateurs de Twitter ont demandé à la plateforme de bannir les comptes qui disent appartement à la communauté #MAP. « Hey@Twitter, tu attends quoi pour suspendre les comptes des pédophiles qui partagent leurs astuces et autres saloperies sous le hashtag #MAP ? Et porter plainte ? Tu veux de l’aide ? », a récemment twitté un internaute.

Le réseau social aurait refusé, à plusieurs reprises, de suspendre certains de ces comptes. « Nous avons examiné le contenu signalé et nous n’avons pas pu identifier d’infractions aux règles de Twitter », aurait ainsi fait savoir la plateforme à la suite du signalement d’un compte faisant la promotion de la pédophilie avec le hashtag #MAP.

https://www.20minutes.fr/high-tech/...

Mis en place sous l’égide d’Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance, et Cédric O, secrétaire d’État en charge du Numérique, le protocole d’engagements pour la prévention de l’exposition des mineurs aux contenus pornographiques appelle notamment les acteurs signataires de ce protocole (fournisseurs d’accès à internet, opérateurs mobiles, moteurs de recherche, éditeurs de contenus, constructeurs de terminaux et de systèmes d’exploitation, associations engagées en faveur de la protection de l’enfance) à se mobiliser autour :

  • du déploiement et de la promotion d’outils de contrôles parentaux au travers notamment de la mise en place d’un portail d’information commun sur les systèmes de contrôle parental
  • de la mesure de l’utilisation de ces dispositifs via le développement d’indicateurs pertinents évaluant le niveau d’utilisation de ces systèmes.

L’Arcep et le CSA, engagés sur le sujet de la protection de mineurs contre la pornographie sur internet, réunissent mensuellement le Comité de suivi de cette initiative, qui regroupe l’ensemble des signataires du protocole d’engagements.

« Je protège mon enfant de la pornographie » la plateforme d’information pour les parents

La plateforme d’information « Je protège mon enfant de la pornographie », mise en ligne mardi 9 février 2021 à l’occasion du Safer Internet Day, est un site internet consacré à la protection des mineurs contre la pornographie en ligne. La création de ce site internet s’inscrit dans le cadre de l’action interministérielle « Prévenir l’exposition des mineurs à la pornographie » et fait suite à l’engagement de 32 acteurs de lutter contre l’exposition des enfants aux contenus pornographiques en ligne, matérialisé par la signature d’un protocole d’engagements.

Ce protocole d’engagements réunit des acteurs de natures diverses : pouvoirs publics, associations engagées en faveur de la protection de l’enfance, fournisseurs d’accès à internet, opérateurs mobiles, moteurs de recherche, éditeurs de contenus et constructeurs de terminaux et systèmes d’exploitation. Sa mise en œuvre est assurée par un comité de suivi composé de l’ensemble des signataires et piloté par l’Arcep et le CSA.

Le site, conçu pour les parents, leur explique comment mettre en place des outils de contrôles parentaux et propose des contenus d’éducation à la sexualité pour libérer la parole entre parents et enfants.

Le CSA s’appuie pour la protection du jeune public sur un comité d’experts réunissant des personnalités aux compétences diverses et complémentaires, en prise directe avec le monde de l’enfance.

Le comité, renouvelé tous les deux ans, se réunit dans le cadre du groupe de travail en charge de la protection des mineurs afin d’examiner certains contenus audiovisuels traditionnels, mais également d’alimenter la vision prospective du Conseil sur les enjeux de la protection du jeune public, notamment ceux attachés aux nouveaux usages et à l’évolution du numérique.

Comité mis en place en janvier 2020 :

Présidé par Carole BIENAIMÉ BESSE et vice-présidé par Michèle LÉRIDON

Olivier ANDRIEU-GÉRARD, coordonnateur du pôle « médias-usages numériques » à l’Union nationale des associations familiales (UNAF)

Geneviève AVENARD, défenseure des enfants auprès du Défenseur des droits

Pauline BLASSEL, secrétaire générale de la HADOPI

Grégoire BORST, professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives de l’éducation à l’Université Paris Descartes

Béatrice COPPER-ROYER, psychologue spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, cofondatrice de l’association e-Enfance

Renaud DE TOURNEMIRE, pédiatre au CHI de Poissy

Marie-Sophie DE WAUBERT, directrice générale d’Ubisoft Paris

Sabine DUFLO, psychologue et thérapeute familiale en pédopsychiatrie (CMP, EPS Ville-Evrard)

Christel GONNARD, scénariste et directrice d’écriture

Azmina GOULAMALY, directrice du studio d’animation Pipangaï

Olivier HOUDÉ, professeur en psychologie expérimentale du développement de l’enfant

Aurélie JEAN, numéricienne, fondatrice d’In Silico Veritas

Emmanuel MARTIN, délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL)

Amélia MATAR, fondatrice de Colori

David MICHEL, producteur de télévision, président de Cottonwood Media

Ovidie, réalisatrice, journaliste et auteure (ancienne actrice porno)

Georges PICHEROT, pédiatre, ancien chef du service de pédiatrie du CHU de Nantes

Thomas ROHMER, président de l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (OPEN)

CSA Mars 2021

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site