Geopolintel

Covid 19, un espoir italien

samedi 18 avril 2020

Une découverte attribuée faussement au professeur Sandro Giannini est finalement celle d’un autre éminent italien, directeur de la santé du Centre des maladies cardiovasculaires de Palma et ancien spécialiste à l’Université de Parme, le Dr Giampaolo Palma.

Voici une mise à jour de ses propos relayés dans le Quotidien de Naples [1]

"Chers amis,
Je ne veux pas vous paraître excessif, mais je pense qu’aujourd’hui, enfin, la cause de la létalité du Covid-19 est peut-être presque certaine.
Mes vingt ans d’expérience en échocardiographie et en cardiologie interventionnelle - échographie doppler vasculaire, en tant que directeur du Centre de thrombose-coagulation, avec des procédures sur plus de 200 000 patients cardiopathes et non cardiopathes, me font confirmer ce que certains collègues avaient commencé à spéculer jusqu’à il y a quelques jours sans être certains.
Aujourd’hui, nous disposons des premières données issues des découvertes anatomo-pathologiques de tissus pulmonaires prélevés sur les premiers patients décédés.
Les patients vont en réanimation pour une thrombo-embolie veineuse généralisée, en particulier une thrombo-embolie pulmonaire TEP.
Si c’est le cas, nous pourrions arrêter la maladie à un stade précoce et peut-être n’aurons-nous plus besoin de laréanimation pour intuber les patients. Nous pourrions nous arrêter aux phases 1 et 2 de la maladie, la phase de réplication virale et la phase pulmonaire initiale. Une grande aide à la thérapie dans la phase intermédiaire de la maladie est de dissoudre les thrombus et il est donc nécessaire de prévenir ces thrombo-embolies. Si vous ventilez un poumon où le sang n’arrive pas, ce n’est pas efficace ! En fait, 8 patients sur 10 meurent.

Messieurs, le Covid19 endommage d’abord les vaisseaux, le système cardiovasculaire, et ce n’est qu’ensuite qu’il atteint les poumons !
C’est la micro-thrombose veineuse, et non la pneumonie, qui est à l’origine du décès !
Et pourquoi se forme-t-il des caillots ? Car l’inflammation, comme décrit dans les manuels scolaires, induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique complexe mais bien connu.
Et alors ? Ce que la littérature scientifique, en particulier la littérature chinoise, disait jusqu’à la mi-mars, c’est qu’il ne fallait pas utiliser d’anti-inflammatoires. Aujourd’hui, en Italie, les anti-inflammatoires et les antibiotiques sont utilisés dans la phase 1 de la maladie (comme pour la grippe) et le nombre de personnes hospitalisées est en baisse.
De nombreux patients morts, même âgés de 40 ans, ont eu des antécédents de forte fièvre pendant 10 à 15 jours sans traitement adéquat. Ici, l’inflammation a tout détruit et a préparé le terrain pour la formation de caillots. Car le problème principal n’est pas le virus, bien que différent des autres, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules dans lesquelles le virus entre. En fait, dans tous les services, il semble qu’il y ait peu de patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde car ceux-ci prennent de la cortisone pour soulager les douleurs articulaires.
C’est la principale raison pour laquelle les hospitalisations en Italie commencent à diminuer et deviennent une maladie traitable à domicile.
Bien la traiter à la maison permet d’éviter non seulement l’hospitalisation, mais aussi le risque thrombotique.

Ce n’était pas facile à comprendre car les signes de micro-embolie se sont estompés, même aux yeux d’un expert des soins intensifs et spécialiste des maladies infectieuses ainsi que de cardiologues comme moi.
En comparant les données des 50 premiers patients entre ceux qui respirent mal et ceux qui ne le font pas, la situation est apparue très claire à tous les médecins en Italie, des cardiologues, radiologues et anatomopathologistes jusqu’aux collègues des soins intensifs.
Le temps de publier ces données et des confirmations pourraient être faites pour attaquer Covid-19 dans les premiers stades de la maladie et pour guérir les patients. Un espoir pour la population car la quarantaine ne peut pas durer plusieurs mois et le vaccin n’est pas pour aujourd’hui, j’espère pour la fin de l’année.
Aux États-Unis, où les thérapies médicales sont encore très précaires pour de nombreux patients, en particulier les classes les plus fragiles, les données sont désormais plus tragiques qu’en Italie. Vous pouvez administrer des médicaments qui coûtent quelques euros mais qui aident à sauver de nombreuses vies aux stades 1 et 2 de la maladie. Ce sont les médicaments que nous fabriquons pour partir en vacances au Kenya et prévenir le paludisme...

Ce témoignage de vasculite avec des résultats de thrombo-embolie pulmonaire semble confirmé par les protocoles des grands hôpitaux :

  • à l’hôpital Sacco de Milan, ils donnent du Clexane à tout le monde, avec un D-dimère prédictif : plus il est élevé, moins le patient répondra.
  • à San Gerardo à Monza, Clexane et cortisone
  • à la polyclinique Sant’Orsola à Bologne, Clexane à tous + protocole partagé avec les médecins de famille qui prescrivent Plaquenil sur tous les PC. monosymptomatique à la maison.

Les anti-inflammatoires tels que Brufen, naproxen, aspirine qui inhibent la Cox 1 ainsi que la Cox 2 ne devraient pas être utilisés, alors que le Celecoxib (un inhibiteur sélectif de la Cox 2) semble donner de bons résultats ; cependant, il faut attendre les résultats des études, mais cette analyse montre la nécessité d’utiliser dans les stades intermédiaires de la maladie (début de la toux et avant les difficultés respiratoires) une héparine de faible poids moléculaire à fortes doses ...(Clexane 8. 000 UI/jour).

J’évite (afin de ne pas rendre l’exposition trop lourde, et parce que le texte est trop médical) de rapporter un témoignage intéressant des anatomopathologistes experts des plus grands hôpitaux de Lombardie ; il suffit de penser que l’hôpital Papa-Giovanni-XXIII de Bergame a pratiqué 50 autopsies et le « Sacco » à Milan 20 (l’italien a le record de cas le plus élevé au monde, les chinois n’en ont fait que 3 et « minimalement invasif »). Tout ce qui ressort semble confirmer pleinement les informations ci-dessus.

En résumé, il apparaît que la mort soit déterminée par un DIC (pour les non-médecins, Coagulation Intravasculaire Disséminée) déclenché par le virus. La pneumonie interstitielle n’aurait donc rien à voir avec elle, ce ne serait que la phase 3 la plus grave de la maladie à laquelle nous n’arriverons peut-être plus si nous apprenons à guérir la maladie dans les phases 1 virale et 2 intermédiaire. Ce n’était peut-être qu’une erreur de diagnostic : nous avons finalement doublé le nombre de postes de réanimation, pour l’amour du ciel toujours utiles, mais peut-être qu’ils ne seront pas nécessaires, du moins nous l’espérons tous.

Avec le recul, je dois repenser à toutes ces radiographies du thorax que nous avons commentées il y a environ un mois : ces images qui ont été interprétées comme une pneumonie interstitielle pourraient en fait être tout à fait cohérentes avec une COAGULATION INTRAVASCULAIRE DIFFUSÉE, un Cid atypique impliquant principalement des capillaires pulmonaires et des veines périphériques, en particulier dans les lobes inférieurs.
En fin de compte, jusqu’à il y a un mois, personne ne savait rien de ce virus, pas même les virologistes « les plus célèbres » comme ceux que vous avez vus à la télévision, en Italie, comme en Floride ou au Royaume-Uni.
Des études anatomo-pathologiques de fragments de poumons prélevés à Milan et à Bergame permettront de guérir la maladie en peu de temps, car le vaccin est encore long à mettre au point.
La tragédie qui a touché l’Italie et qui a fait près de 20 000 morts, dont de nombreux médecins sur le terrain, a fait que l’école de médecine italienne est sur la bonne voie. Pas le chemin du salut définitif et du retour à la vie NORMALE pour tous, mais sur la bonne voie.
Ad maiora semper !"

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site