Geopolintel

La nouvelle campagne d’Égypte par F. Hollande

Pierre Dortiguier

samedi 21 février 2015

Que la politique de défense française arme les États arabes qui ont été l’objet d’agressions, dont, en 1956, de la coalition franco-anglo-sioniste sous un régime aussi socialiste et dévoué à l’entité sioniste qu’aujourd’hui, sera une ruse de l’Histoire, et suivra les accords signés par Jean-Yves Le Drian à Ryad, au bénéfice de l’armée libanaise, et conclus quelques jours avant les attentats politiques parisiens. Ceux-ci, du reste, visaient-ils à terroriser le peuple français ou, ce qui paraît plus logique, à intimider la politique arabe française d’un certain patronat ?

Il demeure que les accords sont conclus, qui devraient renforcer l’équipe néo-nassérienne du Maréchal Sissi. Mais n’existe-il point un piège prêt à se refermer sur l’Égypte ? Chacun sait que la partie orientale de la Libye, celle de Benghazi, est, pour la langue et le sentiment public, quasi-égyptienne, et que le découpage territorial a été influencé par des considérations diplomatiques étrangères aux deux peuples, et que la partie occidentale du pays - celle qui soutenait le semi-corse, comme je veux bien le croire, et regretté par de nombreux Africains et Libyens, Khadafi - se rapproche de la Tunisie à laquelle le créateur et directeur de la Banque centrale de Tunisie, feu Hédi Nouira, le ministre tunisien aussi des Affaires étrangères qui avait failli tomber sous les balles d’un peloton d’exécution français, - dont nous fûmes l’hôte à Mahdia, en compagnie de sa blonde femme caucasienne tcherkesse -, M. Masmoudi et le Président Bourguiba, - qui fut marié à une bretonne, et lui-même de famille originaire de Libye -, étaient favorables. Seule l’opposition franco-anglaise a empêché ce vœu des deux nations de former un peuple, au sens politique du terme.

Maintenant, la prétexte est trouvé d’une intervention égyptienne en Libye, offert, si l’on peut dire, sur un plateau, après l’assassinat, que nous supposons réel, des coptes par des barbares équipés par qui l’on sait. Non pas la Françafrique, mais bien la Françamérique verrait d’un bon œil l’Égypte perdue hier pour les Frères musulmans, reconquise du moins partiellement par eux à l’occasion de la guerre civile générée par une campagne militaire égyptienne, car les groupes terroristes sont bien armés, entraînés, disposés en commandos qui ont eu le temps d’être pris en mains par des instructeurs étrangers au pays libyen.

Il semble que la gloire militaire doive atteindre François Hollande qui vogue sur une opinion inquiète de l’islamisme, et donc satisfaite de savoir qu’une lutte longue doive être engagée contre ce faux Islam qu’on lui suggère être le vrai, le non édulcoré, le radical, qu’il s’agit, fait-on entrer dans le subconscient collectif, d’éradiquer justement.

Lorsqu’au début du premier conflit mondial, l’Angleterre, qui s’attaquera aussi à l’Iran, par le sud, en organisant une famine même, a imposé au sultan Hossein du Caire un protectorat, les Égyptiens protestèrent de leur attachement, notamment dans les prières du Vendredi, au Khalife turc. Les écolières portaient, comme nous le lisons dans la correspondance du ministre de France au hypermaçon ministre des affaires étrangères, notre Fabius d’antan, Théophile Delcassé, des rubans noirs en signe de deuil devant ce protectorat imposé, et que, cette même année, le Haut Commissaire britannique Sir Henry Mac Mahon devait transformer en alliance avec le wahhabisme destructeur, conquérant la Mecque pour l’Angleterre, non pour la communauté musulmane qui en paye le prix jusqu’à maintenant, et pour longtemps.

Cette guerre libyenne actuelle, que des cercles occultes appellent de leurs vœux, pour y ensevelir l’indépendance politique égyptienne encore visible, est le pendant de cette insurrection ou « Arab revolt » ! Une différence de taille cependant, la Russie aussi aide l’Égypte, et Poutine, à la différence du Tsar, comme aussi des communistes, a une partie de l’Europe et l’Orient arabe, Syrie en tête pour lui. Et ce n’est pas le moment pour Hollande ni monsieur Fabius, encore moins pour Walls qui en serait ridicule, de jouer à Bonaparte observant les pyramides ! Peut-être celle du billet vert ! Mais elle ne durera pas des siècles.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site