Geopolintel

La Russie fournit plus de pétrole à l’Inde

samedi 19 mars 2022

Jen Psaki, porte parole de la Maison Blanche, a exprimé le mécontentement du gouvernement Biden de voir l’Inde et la Russie sceller des contrats pour des importations de pétrole à bas prix.
« Réfléchissez à la position que vous voulez adopter lorsque les livres d’histoire seront écrits à ce moment précis, et soutenir les dirigeants russes revient à soutenir une invasion qui a manifestement un impact dévastateur. »

La Russie a exporté 360 000 barils de pétrole par jour vers l’Inde en mars , soit près de quatre fois la valeur moyenne de 2021.
L’Inde est une puissance nucléaire qui compte 1,3 milliard d’habitants et qui est le troisième plus grand importateur de pétrole au monde. L’Inde, comme le Pakistan, la Chine et d’autres pays, ont fait savoir qu’ils ne s’opposent à la Russie.

Cette relation commerciale est aussi forte que le partenariat Russo-Indien dans l’armement.
L’Inde devient un gros problème pour Washington, puisqu’elle fait partie de la Quadrilaterale, union militaire qui regroupe l’Australe, le Japon, l’Inde et les USA, une sorte d’ OTAN dans l’Indo-Pacifique à visée militaire contre la Chine.
C’est la revanche des BRICS qui regroupe le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud.
Les BRICS sont des pays à forte croissance, dont le poids dans l’économie mondiale a augmenté pour finalement se définir comme une alternative au Nouvel Ordre Mondial.

Plus personne ne craint les Etats Unis de Biden et encore moins l’Europe de Macron.
La guerre réelle pèse plus que la dictature digitale.

L’appel entre le vice-Premier ministre russe et le ministre du Pétrole Hardeep Puri intervient après que les États-Unis aient interdit les importations de pétrole en provenance de Moscou.

En proie à des sanctions de la part des pays occidentaux et à l’interdiction d’exporter du carburant vers les États-Unis, la Russie souhaite augmenter ses exportations de pétrole et de produits pétroliers vers l’Inde ainsi que les investissements de l’Inde dans le secteur pétrolier russe, a indiqué vendredi le vice-premier ministre russe Alexander Novak au ministre du Pétrole Hardeep Puri. Selon un communiqué publié par le gouvernement russe, M. Puri s’est entretenu avec M. Novak, qui était également l’ancien ministre de l’Énergie, chargé de renforcer le partenariat stratégique entre l’Inde et la Russie dans le secteur de l’énergie.

« Les exportations de pétrole et de produits pétroliers de la Russie vers l’Inde ont approché le milliard de dollars, et il existe des possibilités évidentes d’augmenter ce chiffre », a déclaré un communiqué publié à Moscou au sujet de l’appel téléphonique, qui, selon le communiqué, a discuté « des projets conjoints actuels et potentiels dans l’industrie du carburant et de l’énergie et a noté que les projets actuels continuent d’être régulièrement mis en œuvre. »

« Nous souhaitons attirer davantage les investissements indiens dans le secteur pétrolier et gazier russe et étendre les réseaux de vente des entreprises russes en Inde », a déclaré M. Novak. Selon des sources, les ministres ont convenu de laisser les responsables discuter des propositions, y compris des modes de paiement possibles.

Les discussions semblent confirmer les informations selon lesquelles l’Inde a reçu une offre de pétrole brut à prix réduit de la part de la Russie, qui a perdu d’importants acheteurs au cours des deux dernières semaines, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ayant imposé des sanctions à la Russie pour ses attaques en Ukraine.

Alors que les pays européens ont exempté de leurs sanctions les banques russes impliquées dans le commerce de l’énergie en raison de leur forte dépendance au pétrole russe, les États-Unis ont annoncé une interdiction totale de l’importation de pétrole et de produits pétroliers russes à partir du 8 mars. Cette décision a entraîné une forte hausse des prix du pétrole, qui ont dépassé 139 dollars le baril, et les prix restent supérieurs à 100 dollars le baril, provoquant une peur mondiale de l’inflation.

Stocks invendus

Pendant ce temps, la Russie, qui a perdu les importations américaines pour environ 7 millions de barils par jour et qui pourrait voir une réduction à terme des apports européens de 4,5 millions de barils par jour, se retrouvera avec des stocks invendus si elle ne trouve pas de nouveaux acheteurs. En 2020, la Russie a produit environ 12 % du pétrole et environ 16 % du gaz naturel dans le monde.

S’adressant aux médias cette semaine, la ministre des Finances Nirmala Sitharaman aurait déclaré que la Russie avait fait une « offre ouverte » à l’Inde pour vendre du pétrole brut à un prix réduit, mais que de nombreux facteurs décideraient de la décision finale du gouvernement, faisant référence aux voies de transport, aux canaux de paiement et aux coûts d’assurance pour les expéditions.

La décision d’acheter davantage de pétrole à la Russie devrait également être évaluée en fonction de la réaction négative des partenaires américains et européens de l’Inde qui veulent « isoler la Russie » sur le plan économique. Le ministre des Affaires extérieures, S. Jaishankar, avait déclaré le mois dernier que l’Inde ne suivait pas les « sanctions unilatérales », cependant, en 2019, l’Inde s’est pliée aux demandes américaines de « supprimer » toutes ses importations de pétrole en provenance d’Iran.

Mécontent de la décision de l’Inde

La conversation entre MM. Puri et Novak devrait alimenter les spéculations selon lesquelles l’Inde pourrait acheter plus de pétrole à la Russie, et braver la censure des gouvernements occidentaux, qui ont déjà exprimé leur mécontentement sur la décision de l’Inde de s’abstenir d’au moins sept votes au Conseil de sécurité de l’ONU, à l’Assemblée générale, au Conseil des droits de l’homme et à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur des résolutions qui critiquaient les actions de la Russie.

Selon le communiqué, les ministres indien et russe ont également discuté de la possibilité d’accroître la « coopération mutuellement bénéfique » en mentionnant les intérêts de l’Inde dans le projet Arctic LNG2 et Sakhalin 1, les achats de GNL à Gazprom, ainsi que la participation de la Russie à des projets en Inde, notamment « la production, le traitement et la distribution de pétrole, de gaz naturel et de charbon à coke ».

The Indu

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site