Geopolintel

Poutine vient de mettre à genoux le monde du Great Reset

mercredi 23 février 2022

Si ce n’est pas Stalingrad ça y ressemble.
Poutine vient d’annexer les provinces du Dombass en Ukraine sous la pression de l’Otan.
Cette décision intervient en plein hiver où les négociations sur les matières fossiles sont stratégiques. La Russie est un pays riche qui est sous estimé par les classements occidentaux qui cumulent les actifs boursiers mais qui sont inutiles pour le bon fonctionnement d’un pays.
Trump a raison en qualifiant Poutine de Génie, personne n’avait anticipé cette manœuvre russe, même pas le gouvernement Biden.

Le pétrole, le gaz et les matières premières ne sont pas militarisés - pour l’instant

Chaque jour, l’Occident continue d’acheter pour des centaines de millions de dollars de ressources à la Russie, finançant indirectement la crise ukrainienne.

Tous les regards sont tournés vers l’Ukraine.

Dans les 24 heures qui ont suivi la signature par Vladimir Poutine d’un décret reconnaissant deux territoires ukrainiens sécessionnistes, l’Union européenne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont acheté un total de 3,5 millions de barils de pétrole et de produits raffinés russes, pour une valeur de plus de 350 millions de dollars aux prix actuels. En plus de cela, l’Occident a probablement acheté pour 250 millions de dollars de gaz naturel russe, ainsi que des dizaines de millions de dollars d’aluminium, de charbon, de nickel, de titane, d’or et d’autres produits de base. Au total, la facture a probablement dépassé 700 millions de dollars.

Et c’est ainsi que les choses vont se passer - du moins pour l’instant. Les États-Unis et leurs alliés européens continueront d’acheter des ressources naturelles russes et Moscou continuera de les expédier, malgré la plus grande crise politique entre les anciens adversaires de la guerre froide depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991.

Les deux parties sont conscientes de leurs contradictions. L’Occident sait que les matières premières sont une vache à lait pour Poutine, qui nourrit ses ambitions impériales grâce, en grande partie, aux prix ultra élevés du pétrole et du gaz, mais les alliés sont également conscients de l’autodestruction économique que représente la réduction à zéro des importations. De son côté, le Kremlin pourrait être tenté d’armer ses ressources naturelles - ce qui pourrait déclencher des pannes d’électricité en Europe. Mais il sait aussi que les exportations de matières premières sont sa propre bouée de sauvetage économique.

C’est la version du marché des matières premières de la doctrine de la guerre froide de la destruction mutuelle assurée, ou MAD.

la Maison Blanche a été plus prompte à utiliser le pétrole comme un outil géopolitique avec d’autres adversaires - comme l’Iran ou le Venezuela.
En conséquence, Téhéran et Caracas ne peuvent pas vendre légalement du pétrole sur les marchés mondiaux, et pas seulement aux États-Unis. Cependant, la Russie reste libre d’expédier son pétrole en Amérique, et le Royaume-Uni continue d’acheter du diesel russe.

À l’heure actuelle, ni Moscou, ni les États-Unis et leurs alliés n’ont un intérêt économique, politique ou militaire à armer le pétrole, le gaz et d’autres ressources naturelles. Toutefois, je dois insister sur « pour l’instant ». Le premier cycle de sanctions occidentales - et la réaction du Kremlin - était le reflet de cette posture actuelle.

L’Union européenne et le Royaume-Uni ont ciblé cinq banques russes de taille moyenne, les accusant d’aider la campagne du Kremlin. Mais elles n’ont pas touché aux trois prêteurs géants appartenant à l’État qui sont essentiels pour le commerce des matières premières : VTB Bank PJSC, Sberbank of Russia PJSC et Gazprombank JSC.
M. Poutine a fait de même en déclarant lors d’une conférence sur l’industrie - le lendemain de la reconnaissance des républiques séparatistes - que la Russie prévoyait un « approvisionnement ininterrompu » en gaz naturel sur les marchés mondiaux.

Les craintes d’une coupure de l’approvisionnement en gaz par le Kremlin ne sont que des craintes. Tout trouble militaire reste confiné aux deux territoires séparatistes, qui sont éloignés des puissants oléoducs et gazoducs russes qui sillonnent l’Ukraine d’est en ouest : Druzbha, Soyouz, Progress et Brotherhood. La société qui exploite le réseau de gazoducs de l’Ukraine a tweeté : « Restez calmes et faites transiter le gaz ».

La plus grande victime a été NordStream 2, le gazoduc soutenu par le Kremlin qui relie directement la Russie à l’Allemagne sous la mer Baltique.

Berlin a interrompu le processus d’approbation administrative du gazoduc, mettant ainsi le projet en veilleuse. Il est toutefois révélateur qu’elle n’ait pas imposé de sanctions sur le gazoduc lui-même. En tout état de cause, il était peu probable que le NS2 - qui n’a pas encore commencé à fonctionner - soit approuvé avant l’été. Berlin n’a pris aucune mesure à l’égard du gazoduc jumeau de NS2, NordStream 1, qui suit exactement le même itinéraire et qui pompe du gaz depuis plusieurs années. Pourquoi ? Le NS2 est vide ; le NS1 est plein.

Bloomberg

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site