Geopolintel

Début des arrestations des responsables de la fausse accusation de collusion de Trump avec la Russie

jeudi 4 novembre 2021

L’une des principales « sources » d’informations sur la prétendue collusion de Trump avec la Russie s’est avérée être Igor Danchenko, le conseiller d’Hillary Clinton ayant des liens étroits avec le parti Démocrate américain. En cas de victoire d’Hillary, il devait être récompensé par un emploi au département d’État.

Igor Danchenko qui a contribué aux recherches financées par les démocrates sur les liens possibles entre Donald J. Trump et la Russie a été arrêté jeudi et accusé d’avoir menti au F.B.I. sur la véracité de ses sources.
Dans les accusations connexes, il s’est vanté en 2016, avoir séjourné dans le même hôtel moscovite que Trump. D’après son rapport, les services de renseignement russes ont réalisé une cassette de chantage sexuel appelé Golden Shower, impliquant M. Trump et des prostituées

Danchenko, était l’un des principaux enquêteurs du dossier Steele, rempli de rumeurs non prouvées suggérant que M. Trump et sa campagne de 2016 étaient compromis par des agents des services de renseignement russes et conspiraient avec eux pour l’aider à battre Hillary Clinton.
Robert S. Mueller, L’avocat spécial qui a finalement pris en charge l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection de 2016, ne s’est pas appuyé sur ce dossier dans son rapport final.
La plupart des affirmations importantes du dossier contenues dans une série de rapports, ont été rédigées par M. Danchenko, employé par Christopher Steele, ancien agent du renseignement britannique. Les accusations n’ont pas été prouvées, et certaines ont été réfutées, y compris par M. Mueller. Des agents du FBI ont interrogé M. Danchenko à plusieurs reprises en 2017, alors qu’ils cherchaient à démentir ces affirmations.
Le projet de destitution de Trump pouvait commencer.

Un ressortissant russe mis en examen pour avoir fait de fausses déclarations au FBI.

L’accusé aurait menti sur la source des informations fournies au FBI pendant la campagne présidentielle de 2016.

Le conseiller spécial John Durham a annoncé aujourd’hui qu’un grand jury fédéral a rendu un acte d’accusation devant le tribunal de district des États-Unis pour le district Est de la Virginie, accusant Igor Danchenko, 43 ans, un citoyen russe résidant en Virginie, de cinq chefs d’accusation pour avoir fait de fausses déclarations au FBI. Les accusations de l’acte d’accusation découlent de déclarations faites par Danchenko concernant les sources qu’il a utilisées pour fournir des informations à un cabinet d’investigation britannique qui a préparé ce qui est identifié dans l’acte d’accusation comme des « rapports d’entreprise ».

L’acte d’accusation a été rendu le 3 novembre et descellé aujourd’hui. Danchenko a été arrêté plus tôt dans la journée et doit comparaître devant le juge d’instance américain Theresa C. Buchanan aujourd’hui à 14h30.

Selon l’acte d’accusation, le 15 juin 2017, le 16 mars 2017, le 18 mai 2017, le 24 octobre 2017 et le 16 novembre 2017, Danchenko a fait de fausses déclarations concernant les sources de certaines informations qu’il a fournies à une société d’enquête du Royaume-Uni, qui ont ensuite été incluses dans des rapports préparés par la société d’enquête du Royaume-Uni, puis transmises au FBI. Le chef d’accusation de fausse déclaration du 15 juin 2017 allègue que Danchenko a nié avoir parlé avec un individu particulier au sujet d’informations importantes contenues dans l’un des rapports de la société alors qu’il savait que c’était faux. Les chefs d’accusation du 16 mars 2017, du 18 mai 2017, du 24 octobre 2017 et du 16 novembre 2017 concernent des déclarations faites par Danchenko à ces dates à des agents du FBI au sujet d’informations qu’il aurait reçues d’un appelant anonyme qu’il croyait être un individu particulier, alors qu’en vérité et en fait, il savait que c’était faux. Les informations prétendument transmises par l’appelant anonyme comprenaient l’allégation que des communications étaient en cours entre la campagne Trump et des responsables russes et que l’appelant avait indiqué que le Kremlin pourrait l’aider à faire élire Trump.

Les accusations contenues dans un acte d’accusation ne sont que des allégations. L’accusé est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée au-delà de tout doute raisonnable dans un tribunal.

Cette affaire est poursuivie par le conseiller spécial adjoint Andrew J. DeFilippis, le conseiller spécial adjoint Michael T. Keilty et le conseiller spécial adjoint Jonathan E. Algor, avec le soutien et l’assistance d’autres membres de l’équipe du conseiller spécial Durham. L’enquête de l’avocat spécial est en cours.

Département de la justice américain

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site