Geopolintel

L’OMS et la revue médicale The Lancet unis pour dénoncer la Chloroquine

dimanche 24 mai 2020

Avec les beaux jours le ministère de la santé, d’Olivier Véran, nous refait le coup de l’étude de la revue médicale The Lancet qui soit disant « démontre » les effets négatifs de la Chloroquine sur les patients atteints de Covid-19.

Depuis que Agnès Buzyn a classé ce médicament dans la listes des substances venimeuses, tous les efforts pour traiter le virus en dehors des recommandations de l’OMS sont vains.
La crise du Coronavirus a démontré que notre pays est incapable d’avoir une politique de santé cohérente et que notre système de santé est totalement corrompu et sous tutelle étrangère avec les versements de « pot de vin » des laboratoires pharmaceutiques et du philanthrope Bill Gates, véritable patron de la santé mondiale depuis que Donald Trump a cessé de financer l’OMS.

Ce désaveux de l’organisation mondiale de la santé a poussé les lobbies mondialistes, comme la revue The Lancet, à parachever la guerre de l’opinion, pour mener à terme la politique vaccinale et détruire la réputation de la chloroquine, de Trump et de Didier Raoult.

  • « Il est urgent de disposer d’un vaccin pour se protéger contre le COVID-19. »
    The Lancet

Trump a réussi un joli coup en faisant sortir du bois la revue The Lancet totalement acquise à L’OMS et qui n’a pas tardé à riposter en rédigeant une étude à charge contredisant à tort les spectaculaires résultats du traitement associant l’hydroxychloroquine et l’azithromycine.

« Déclaration de The Lancet en réponse à la lettre du 18 mai du président Trump au Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS

Le 18 mai 2020, le président Donald Trump a écrit au directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Dans cette lettre, le président Trump fait état des résultats d’une étude que son administration a menée sur la réponse de l’OMS à la pandémie de Covid-19. Le président Trump a écrit que « nous savons ce qui suit » et la première allégation qu’il a faite est que l’OMS « a constamment ignoré des rapports crédibles sur la propagation du virus à Wuhan au début de décembre 2019 ou même avant, y compris des rapports du journal médical Lancet. L’Organisation Mondiale de la Santé n’a pas mené d’enquête indépendante sur les rapports crédibles qui étaient en conflit direct avec les comptes rendus officiels du gouvernement chinois, même ceux qui provenaient de sources situées à Wuhan même ».

Cette déclaration est inexacte s’agissant des faits. Le Lancet n’a publié aucun rapport en décembre 2019 faisant référence à un virus ou à une épidémie à Wuhan ou ailleurs en Chine.

Les premiers rapports publiés par la revuel l’ont été le 24 janvier 2020. Dans un article de Chaolin Huang et ses collègues, les 41 premiers patients de Wuhan atteints de Covid-19 ont été décrits (1). Les scientifiques et les médecins qui ont mené cette étude étaient tous issus d’institutions chinoises. Ils ont travaillé avec nous pour mettre rapidement à la disposition d’un public international des informations complètes et en accès libre sur cette nouvelle épidémie et la maladie qu’elle a provoquée.

Un deuxième article (2), de Jasper Chan et ses collègues, également publié le 24 janvier, décrit les premières preuves scientifiques confirmant la transmission de personne à personne du nouveau virus. Des scientifiques et des médecins de Hong Kong et de Chine continentale ont participé à ce rapport.

Les allégations portées contre l’OMS dans la lettre du président Trump sont graves et nuisent aux efforts visant à renforcer la coopération internationale pour contrôler cette pandémie. Il est essentiel que tout examen de la réponse mondiale se fonde sur un compte rendu factuel précis de ce qui s’est passé en décembre et janvier. »

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site