Geopolintel

L’implantation de puces électroniques est une réalité pour Elon Musk

vendredi 24 avril 2020

Les peuples du monde entier attendent avec impatience le jour de leur libération.
Alors que certains pays européens reprennent l’activité économique, la France est maintenue en captivité et paralysée par l’incompétence - on n’ose pas dire malveillance - de nos autorités sanitaires et politiques.
La crise épidémique a révélé les failles de gestion et de contrôle des structures qui régissent notre démocratie. Nous avons constaté qu’il y avait une logique de pénurie organisée pour ce qui concerne l’approvisionnement des masques de protection, technique marketing qui consiste à affirmer que les stocks existent alors que les masques n’ont pas été commandés.

Combien de morts nous ont coûté les mensonges de Jérôme Salomon, Olivier Véran, Agnès Buzyn et Emmanuel Macron ?
Ce mensonge d’Etat avéré va-t-il s’accompagner d’un autre scandale : celui de l’obligation vaccinale pour autoriser le déconfinement ?

Les recherches que Bill Gates financent, lequel sera le plus grand bénéficiaire de cette crise si le vaccin est imposé, permettent de coupler un vaccin à un traçage à l’aide d’un smart phone. Ce projet est peut- être aussi lié à celui de la 5G qui se met en place progressivement en France https://www.numerama.com/politique/...), avec les drones de la Commission européenne qui l’intègre dans le cadre de la phase 3 des projets 5G PPP (5G Infrastructure Public Private Partenership).
« Le 5G PPP fournira les infrastructures de communication de la prochaine décennie pour créer de nouveaux marchés tels que les villes intelligentes, la santé en ligne, les transports intelligents, l’éducation ou les divertissements et les médias ».

Cette « smart » vision est dangereuse pour les citoyens puisqu’elle tracera l’intégralité de leurs déplacements avec le Big Data, détruira l’anonymat et pourra les contrôler en cas de conflits sociaux du type Gilets Jaunes induits par les faillites économiques et le chômage de masse.
En effet, les autorités anticipant une sortie de crise difficile socialement, elles envisagent certainement de recourir aux technologies de contrôle des masses.
Ces apprentis sorciers ne manquent pas de ressources puisqu’un programme d’implantation de puce existe aux Etats Unis depuis 1995 avec la société IBM.
Maintenant, c’est le patron de Tesla qui prévoit de proposer des implants de puces cérébrales pour cette année 2020.
Si ces scenari vous font peur, pensez que des milliards sont mobilisés pour entretenir les gens dans ce que Brzezinski appelait le Tittytainment, lequel proposait un cocktail de divertissements abrutissants et d’alimentation suffisante pour permettre selon lui de maintenir la bonne humeur et la passivité d’une population frustrée [1].

Maintenant la question est : pourquoi Charles Lieber est actuellement en prison et vous aurez une piste qui nous rapproche de Bill Gates, de Elon Musk et Tesla.
Certains programmes civils futuristes cachent souvent des applications militaires ou policières comme ce fut le cas avec le réseau internet qui est la plus grosse collecte de Big Data.

Neuralink d’Elon Musk prévoit ses premiers implants de puces cérébrales pour 2020

Plus de deux ans se sont écoulés depuis que le monde a eu vent de Neuralink d’Elon Musk, une ambitieuse et mystérieuse start-up qui se concentre sur le développement d’interfaces cerveau-machine capables de connecter les esprits aux machines. Peu de choses ont été révélées depuis, mais la société est aujourd’hui sortie de l’ombre pour partager ses progrès jusqu’à présent, ainsi que ses projets d’avenir, qui consistent à implanter ses premières puces dans l’être humain dès le début de l’année prochaine.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous pourrions vouloir connecter notre cerveau à des machines, et il existe déjà plusieurs façons de le faire. Les principales méthodes consistent à utiliser des électrodes sur le cuir chevelu ou implantées dans le cerveau pour capter les signaux électriques qu’il émet, puis les décoder à des fins diverses.

Comme nous l’avons vu au cours des dernières années seulement, ces ondes cérébrales pourraient être utilisées pour contrôler des drones ou un exosquelette, permettre à des personnes paralysées de reprendre le contrôle de leurs membres ou utiliser des tablettes et des ordinateurs avec leurs pensées. Cependant, dans l’état actuel des choses, ces électrodes sont limitées dans la quantité d’informations qu’elles peuvent relayer à partir du cerveau, et c’est l’un des principaux problèmes que Neuralink s’est fixé pour objectif de résoudre.

M. Musk explique la motivation d’une nouvelle interface cerveau-machine améliorée est de comprendre et de traiter d’abord les troubles cérébraux, puis d’améliorer notre cerveau pour créer une sorte de « symbiose » avec des machines artificiellement intelligentes, plutôt que de les laisser nous abandonner.

« Grâce à une interface cerveau-machine à haut débit, nous pouvons réellement faire le processus, et nous pouvons avoir la possibilité de fusionner avec l’IA intelligence artificielle »

Lors d’une présentation, Musk et d’autres personnalités de Neuralink ont détaillé un nouveau type d’interface cerveau-machine qui, entre autres améliorations, augmenterait considérablement la largeur de bande dont ces appareils sont capables. M. Musk a déclaré que les meilleurs dispositifs approuvés par la FDA utilisent environ 10 électrodes pour traiter la maladie de Parkinson (bien que nous ayons vu des scientifiques en implanter des centaines à la fois dans le cadre des premiers projets de recherche).

Le premier réseau d’électrodes de Neuralink, qui est une minuscule puce appelée N1, comporte 1 000 canaux. Au lieu d’électrodes rigides qui peuvent entraîner un risque de blessure, le réseau N1 utilise des fils très minuscules et flexibles d’un tiers du diamètre d’un cheveu humain. Ces fils seraient cousus dans le tissu cérébral par un chirurgien robotisé, que Neuralink a également mis au point pour insérer les électrodes en toute sécurité sans rompre les vaisseaux sanguins du cerveau.

Une fois implantés, les capteurs N1 seraient capables de lire les signaux du cerveau, ou de stimuler le cerveau avec ses propres signaux si nécessaire, à des bandes passantes bien plus larges que ce qui est actuellement possible. Ces données seraient transmises à un dispositif chirurgicalement implanté derrière l’oreille, qui les transmettrait ensuite sans fil à un ordinateur.

Dans un premier temps, Neuralink veut permettre à ses utilisateurs de contrôler leurs smartphones via la puce N1, ce qui, selon Musk, reviendrait à « apprendre à taper sur les touches [pour] jouer du piano ». La société espère lancer des essais cliniques utilisant des versions rudimentaires de son système chez l’homme en 2020, bien qu’elle qualifie ce délai d’« ambitieux ».

Ces essais impliqueraient des jeux de quatre puces N1 cousues dans le cerveau de quadriplégiques ayant subi des lésions de la moelle épinière. Dans un premier temps, et probablement pendant un certain temps, les sujets se verront implanter les puces N1 par la chirurgie traditionnelle sous anesthésie générale, mais plus tard, avec l’aide de son chirurgien robotique, Musk imagine que ce sera beaucoup plus simple.

« C’est en quelque sorte l’équivalent d’une sorte de Lasik (chirurgie oculaire au laser) ». « Vous vous asseyez, la machine fait son travail, et vous pouvez partir en quelques heures. »

À partir de là, l’appareil fonctionnerait sans fil et, idéalement, durerait des années ou des décennies.

Neuralink a évoqué certains des tests qu’elle a effectués sur des animaux jusqu’à présent, qualifiant les résultats de « très prometteurs ». Bien qu’il n’ait pas plongé dans les détails de la présentation, Bloomberg rapporte que le robot a été capable de placer correctement les fils des électrodes environ 87 % du temps, et que les données recueillies sur les rats étaient environ 10 fois supérieures à ce que la technologie actuelle est capable de faire.

Le calendrier de 2020 pour ces premiers implants semble très optimiste, ce qui n’est pas inhabituel pour une organisation dirigée par le célèbre et ambitieux Musk. L’entreprise devrait prouver la sécurité de ses puces chez les primates avant d’aller agiter une perceuse à proximité d’un sujet humain. En outre, elle devrait convaincre les autorités de réglementation qu’elles peuvent apporter une sorte de bénéfice thérapeutique.

Mais il est possible que l’entreprise soit plus en phase avec ces objectifs qu’elle n’a choisi de le révéler aujourd’hui. Musk a déclaré à plusieurs reprises que la principale motivation de l’événement était le recrutement, car Neuralink cherche à renforcer son équipe et à faire avancer la technologie.

« Elle a un potentiel énorme, et nous espérons l’avoir chez un patient humain d’ici la fin de l’année prochaine ».

Source : Neuralink

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site