Geopolintel

La débâcle

lundi 21 octobre 2019

La débâcle est totale. Mais elle n’est pas seulement sociétale, économique, elle est aussi profondément politique. Le cas Castaner - que son patron ne parvient pas à limoger ; vous avez bien lu “ne parvient pas [1] et non “ne se décide pas à…” - lequel constitue en soi un scandale dans le scandale, le premier étant celui de la tuerie islamiste dans le saint des saints de la Préfecture de police de Paris, le second le maintien du ministre de l’Intérieur dans ses fonctions.

Pauvre monsieur Castaner qui enfile bourde sur bourde, qui s’essaye avec si peu de succès à raconter des craques aussitôt démenties par les faits. Pour rappel… des Gilets Jaunes attaquant le service de réanimation de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière [2] le 1er mai dernier. Infox immédiatement relayée par les grands professionnels de la presse donneuse sempiternelle de leçons, jusqu’à ce pauvre garçon brocardé par ses collègues en raison de son déficit auditif. En vérité un fonctionnaire modèle depuis deux décennies, âgé de quarante-cinq ans, père de deux enfants, habilité “secret défense” (ce qui n’est pas rien) et « très apprécié de ses collègues… Il faisait partie des murs » [3] qui cependant aurait pété les plombs ce fatal jeudi à la Préfecture de Police et trucidé au couteau de cuisine quatre de ses collègues dont deux à l’intérieur des locaux de la Direction du renseignement… et dans des conditions peu claires chaque bureau étant en principe isolé des autres par des portes closes avec code d’accès.

M. Castaner qui - prenant le céfran de base pour plus bovinisé qu’il n’est – nie grossièrement l’évidence et joue la surprise, déclare froidement que le surineur « n’avait jamais manifesté de difficultés comportementales, ni le moindre signe d’alerte »… la faute à pas de chance en quelque sorte ! Toujours aussi bien inspiré, le ministre ira froidement jusqu’à évoquer un « dysfonctionnement » des Services qui n’auraient pas les outils nécessaires pour identifier « les signaux faibles » annonciateurs du grand raptus… Difficile néanmoins de faire mieux dans l’euphémisme édulcorant ! Quelques jours plus tard, gonflant le jabot, M. Castaner fera interdire, in extremis - la veille - la très indécente manifestation qu’un citoyen 2.0 avait organisée pour la réhabilitation du tueur, victime de discrimination en raison de sa surdité… Après que le préfet du Val-d’Oise eut lui-même autorisé le rassemblement déclarant être dans l’incapacité juridique de l’interdire [4] . Magnifique État de droit !

Dysfonctionnements en pagaille ou anarchie structurelle ?

Dysfonctionnements structuraux à mettre au regard de la situation de cet imam de Gonesse qui aurait formé le converti et djihadiste néophyte Mickaël Harpon… mais jure n’avoir « jamais parlé » avec lui. Un fiché S qui pourtant n’avait pas échappé au radar de la détection des individus potentiellement dangereux ayant fait l’objet en 2015 – il y a donc quatre années ! - d’une mesure d’obligation de quitter le territoire français, procédure diligentée par la DGSI, la Direction Générale de la Sécurité Intérieure. Mesure évidemment jamais appliquée. Or le passage à l’acte de Mickaël Harpon, même s’il était une “action isolée”, ne peut a priori pas être extrait du contexte politique, démographique et géopolitique…

Il est incontestable que ce drame est intervenu alors qu’Ankara préparait une offensive destinée à scinder en deux la région frontalière du Nord de la Syrie tenue par les supplétifs kurdes des forces américaines. À l’heure actuelle les camps où étaient regroupés les familles des takfiristes de Daech, abandonnés par leurs gardiens, se vident. On parle de huit cents femmes et enfants évaporés dans la nature. Question : combien de temps ces réfugiés mettront-ils pour accoster dans nos ports et nos aéroports ? Gageons que nous (les autorités publiques) trouverons d’excellentes raisons pour les accueillir… Si M. Erdogan ne nous les renvoie pas lui-même illico presto avec 3 autres millions et demi de déplacés Syriens ainsi qu’il en a menacé l’Union européenne pour le cas où nos grandes consciences ne mettraient pas un bémol à leurs indignations vitupérantes.

Gageons encore que, par la suite, nos belles et bonnes grandes âmes exigeront pour les maris (pour la circonstance combattants repentis, cela va de soi) un nécessaire regroupement familial. Les petits daechiens ayant un droit irréfragable à un père aimant et protecteur… A contrario des petits céfrans désormais débarrassés par la force contraignante de la loi d’un « père » devenu – eu égard aux avancées de la science moderne – parfaitement superfétatoire (ou surnuméraire comme l’on voudra). Nous faisons bien entendu référence à la loi sur la Procréation médicalement assistée et aux époustouflantes déclarations de nos ministresses merveilleusement postées à la pointe d’un progressisme échevelé [5]. (à l’instar de notre mirifique et ébouriffante garde des Sceaux !).

Le feu islamiste couve sous la cendre

Retour au feu islamiste qui couve sous la cendre de nos institutions aux trois-quarts carbonisées à l’image de la charpente octo-centenaire de Notre-Dame. Rappelons-nous ce que disait au magazine Paris Match, le 30 septembre 2015, Marc Trévidic (alors juge d’instruction au pôle anti-terrorisme de Paris - aujourd’hui président de chambre à la Cour d’appel de Versailles) déclarant que le pire était encore à venir en matière d’attentats djihadistes, la France étant alors la cible prioritaire de l’État islamique. Le 13 novembre suivant nous eûmes effectivement le carnage du Bataclan… « La vraie guerre que l’EI entend porter sur notre sol n’a pas encore commencé… La France est, de fait, confrontée à une double menace : les “scuds” humains du djihad individuel, ces hommes qui passent à l’action sans grande formation ni préparation, agissant seuls, avec plus ou moins de réussite, comme on a pu le voir ces derniers temps. Et celle, sans commune mesure, que je redoute : des actions d’envergure que prépare sans aucun doute l’EI, comme celles menées par Al-Qaïda, qui se sont soldées parfois par des carnages effroyables… les juges, les policiers de la DGSI, les hommes de terrain, sont complètement débordés… Nous risquons d’aller dans le mur ». Le même magistrat n’exclut pas à présent la possibilité – pas si extravagante que cela – de la présence, au sein de l’appareil judiciaire, de juges radicalisés ! Belle envolée, mais que ne dénonce-t-il pas du même souffle la partialité d’une magistrature convertie à la maçonnerie opérative et à tous les dogmes déjantés d’un libéralisme universaliste, gendérisé et magmatique ?

En tout cas, Marc Trévidic ne s’était pas trompé en prévoyant les bains de sang à venir, et pour nous, quant au présent, craignons les spasmes qui déchirent à nouveau la Syrie et devraient crever les dernières poches de pus djihadistes. À la suite de la Turquie, les forces de la République arabe syrienne (soutenues par la Fédération de Russie) sont également et depuis quelques heures entrées dans la danse. Or nous serons nécessairement ou plutôt, nous allons, à un moment ou à un autre, nous trouver peu ou prou confrontés aux conséquences de ce nettoyage qui, s’il nous navre à tout point de vue, en réjouit certains… Toujours les mêmes ! Ce retour de flamme n’est en effet, a fortiori, pas pour déplaire à tout le monde… Si l’on en croit l’active presse francophone du Levant : « En d’autres termes, l’action de Trump, qui a conduit à celle d’Erdoğan, a ravivé la guerre civile syrienne et le tourbillon qui entraîne la violence arabe dans toute la région. Et cela, en ce qui concerne Israël, est une très bonne chose ».

Comme quoi à toute chose malheur peut-être bon [6] ! Le plus grave, est en fin de compte que la nation française est désespérément plombées par la pire classe politique qui soit, saoule qu’elle est d’idéologie cosmopolitiste et humanitarienne… et pétante de vanité dopée à la cocaïne ! Élite issue de la Cour des miracles dont la seule préoccupation est de remplir les cahiers des charges que leur ont remis les puissances messianiques (les Illuminati dirait-on, sans pour autant se tromper de beaucoup) en leur confiant le temps d’un mandat les clefs des palais républicains et de leurs ors scintillants.

La vengeance a sonné

Alors faut-il s’alarmer – et pourquoi pas ? – de la transmission, le mercredi 9 octobre, à l’occasion d’un appel téléphonique reçu dans un commissariat de police de la région parisienne, du chant takifiriste en français « La vengeance a sonné » [7] ? Celui-là même qui serait apparu sur notre scène médiatique le 5 juillet 2016, soit neuf jours avant le très sanglant attentat au camion fou du 14 Juillet suivant à Nice [8]. Or, tandis que ce sinistre signal résonnait dans le combiné du policier de garde, presque au même moment, au petit matin, dans les locaux du tribunal de Bobigny, un cinquante-troisième policier mettait fin à ses jours avec son arme de service [9] … La France de M. Macron est, n’en doutons plus, profondément malade, atteinte qu’elle est dans ses œuvres vives ! Et puis, répétons-le, bis repetita placent, notre pays, cette France en déshérence, possède toutes les caractéristiques voulues pour devenir la chambre d’écho d’un interminable conflit syrien que l’entrée des troupes turques sur son territoire vient de relancer.

Léon Camus - 13 octobre 2019

Notes

[1Il ne s’agit pas simplement de perdre la face, le fiasco de la désignation de Sylvie Goulard au poste de commissaire européen y a largement suffit, mais de savoir par qui le remplacer. Il avait déjà fallu trois semaines pleines pour dénicher ce M. Castaner et le faire succéder au démissionnaire Gérard Collomb. Pensons en outre à cette bécasse, Nathalie Loiseau, tête de liste de la République en marche aux élections européennes. En réalité Macron évolue au milieu d’un vide humain sidéral.

[2Revue complète de l’emballement médiatique dans les commentaires et vidéos de la sortie de route de l’Intérieur https://www.youtube.com/watch?v=d8N...

[3leparisien.fr3oct19

[4Hadama Traoré, militant indigéniste d’Aulnay-sous-Bois dans le Val d’Oise, se proposait, aux fins de réhabiliter le tueur Mickaël Harpon, de rassembler le 10 octobre 2019 la foule de leurs semblables devant la mairie de Gonesse avec la bénédiction de la préfecture. Sur les réseaux sociaux, M. Traoré ne se gênait pas pour annoncer la couleur : « J’ai la haine. La personne qui ose dire que Mickaël Harpon est un terroriste animé de revendications religieuses, je lui traite sa mère et je lui crache à la gueule… On a le bras long ! Toutes les communautés persécutées, on va faire la guerre ensemble, aux politiques et aux médias. Et on commence ce jeudi ».

[5On se reportera allègrement aux réponses surréalistes de Mme Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, à ce propos sur la chaîne parlementaire LCP. Q. : Un père, étant une fonction purement symbolique, peut-il être une femme ? R. d’A.B : « Cela peut être une femme, évidemment. Cela peut être une altérité qui est trouvée ailleurs dans la famille, on le voit, cela peut être des oncles »… Q. Une grand-mère ? « Oui, une grand-mère… ». La dislocation de la société suivant celle de la pensée et celle-ci, la destruction du langage et du sens des mots. Jean-Louis Touraine, rapporteur de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique, réclame pour sa part l’extension de la future loi [PMA] aux transgenres. Cléo Carastro, chercheur à l’EHESS, elle-même transgenre, précise : « Outre la possibilité de faire appel à un don, deux hommes peuvent engendrer en mobilisant leurs seules forces procréatrices, et deux femmes le peuvent également. Ces hommes seront des pères, même si l’un d’eux aura accouché, et ces femmes seront des mères, même si l’une d’entre elles aura fourni des gamètes mâles. Le droit de filiation devrait ainsi être établi non pas en fonction de la gestation ou des gamètes, mais des relations de parenté que les géniteurs entendent établir avec leur progéniture, et sans qu’il y ait besoin de passer par l’adoption ». Oh Brave New World

[8Le 14 oct. 2014, l’État islamique diffusait pour la première fois en Hexagonie la vidéo d’un combattant français exaltant la geste du dealer et indic Mohamed Merah, séquence appelant à la multiplication d’actes de terrorisme sur le sol français.

[9Pour remédier à cette épidémie d’autolyses, l’inénarrable M. Castaner n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer la mise en place d’un deuxième numéro vert à l’attention des policiers. Un service « anonyme, confidentiel et gratuit » permettant aux personnels de se confier « vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept aux psychologues de la plateforme ».

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2019 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site