Geopolintel

Les dettes de Macron sont financées par le peuple et garanties par la BCE

lundi 4 mars 2019

La bulle spéculative du programme de la « Start Up Nation » de Macron pourra grossir autant que possible, elle sera toujours financée par la BCE (Banque Centrale Européenne).
La logique de la dette doit être enfin expliquée :

  • Les multinationales sont plus riches que les Etats
  • Le financement des hommes politiques par les multinationales doit être payé en retour par l’impôt sur le peuple.
  • Les industriels européens (Table Ronde des Industriels européens) sont les vrais décideurs du programme du marché commun (CEE).
  • Le financement de l’économie se fera par le vol des cotisations sociales placées en bourses.
  • L’ISF a été aboli pour que les actionnaires (personnes morales en fiscalité) ne paient plus d’impôt.
    En cas de faillite ce sont nos comptes en banques qui seront saisis.
    La dette bancaire de 2008 est devenue une dette d’Etat et se transformera en dette du peuple une fois que tout sera volé.

La BCE donne un coup de pouce à Bpifrance et à la CDC

La Banque centrale européenne a mis mercredi à jour la liste des agences supranationales et parapubliques dont elle pourra acheter la dette dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif de 60 milliards d’euros par mois. Du côté des émetteurs français, Bpifrance Financement et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) font leur entrée dans la liste, de même que l’Agence française de développement et l’Acoss, l’organisme qui gère la trésorerie de la Sécurité sociale. Jusqu’à présent, seule la Caisse d’amortissement de la dette sociale et l’Unedic figuraient en France parmi les agences éligibles au QE de la BCE. Au niveau européen, plusieurs émetteurs hollandais et la Caisse des dépôts italienne (CDP) deviennent aussi « QE-compatible »<

Par ailleurs, la conférence de presse de Mario Draghi, ce mercredi, à l’issue de la réunion du Conseil des gouverneurs, n’aura réservé qu’une surprise : une interruption provoquée par une jeune femme armée de confettis et protestant contre la « dicktature (sic) de la BCE ». Pour le reste, le président de la BCE a balayé les spéculations sur un éventuel arrêt anticipé du QE en raison de meilleures perspectives économiques. « Nous mettrons l’accent sur la pleine exécution de nos mesures de politique monétaire », a dit Mario Draghi, en précisant que « les achats sont prévus pour durer jusqu’à la fin septembre 2016 ». (nous sommes en 2019)

Le banquier central s’est voulu encore une fois rassurant sur la capacité de la BCE à mener ses achats de dette : « notre programme est suffisamment flexible quoi qu’il en soit pour être ajusté si les conditions devaient changer ». Il a exclu une baisse du taux de dépôt, à -0,20% aujourd’hui, qui sert de limite basse de rendement aux emprunts d’Etat éligibles aux achats de la BCE.

Agefi

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2019 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site