Geopolintel

Le Congrés américain a financé les Nazis Ukrainiens sur ordre du Pentagone

mardi 22 mars 2022

Le Congrès a retiré l’interdiction de financer les néo-nazis de son projet de loi sur les dépenses de fin d’année.
Sous la pression du Pentagone, le Congrès a retiré du projet de loi sur les dépenses, un amendement qui empêchait les fonds de tomber dans les mains de groupes néofascistes ukrainiens.

À la mi-décembre 2015, le Congrès a adopté un projet de loi de finances « omnibus » de plus de 2 000 pages pour le budget de l’exercice 2016. Les deux partis ont rapidement crié victoire après l’adoption de ce programme de 1 800 milliards de dollars. Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a déclaré aux journalistes : « Nous sommes satisfaits du résultat, principalement parce que nous avons obtenu un accord budgétaire qui a repoussé nos adversaires idéologiques. » Le bureau du président de la Chambre des représentants, Paul J. Ryan, a souligné que le projet de loi prévoyait « 64 milliards de dollars pour les opérations de contingence à l’étranger », notamment pour aider « les pays européens confrontés à l’agression russe ».

On peut supposer sans trop se tromper que l’un des pays européens susceptibles de bénéficier de la mesure omnibus - conçue, en partie, pour combattre « l’agression russe » - serait l’Ukraine, qui a déjà, selon la Maison Blanche, reçu 2 milliards de dollars de garanties de prêt et près de 760 millions de dollars en « sécurité, assistance programmatique et technique » depuis février 2014.

Pourtant, certains s’inquiètent du fait qu’une partie de cette aide se soit retrouvée entre les mains de groupes néonazis, comme le bataillon Azov. L’été dernier, le Daily Beast a publié une interview réalisée par les journalistes Will Cathcart et Joseph Epstein dans laquelle un membre du bataillon Azov parlait de « l’expérience de son bataillon avec les formateurs et les volontaires américains avec beaucoup de sympathie, mentionnant même les ingénieurs et les médecins volontaires américains qui les aident encore actuellement. »

Ainsi, en juillet de l’année dernière, les membres du Congrès John Conyers (Michigan) et Ted Yoho (Floride) ont rédigé un amendement au projet de loi sur les crédits de la défense de la Chambre des représentants (HR 2685) qui « limite les armes, la formation et toute autre assistance à la milice ukrainienne néonazie, le bataillon Azov ». Cet amendement a été adopté à l’unanimité par la Chambre.

Pourtant, lorsque le mois de novembre est arrivé et que le débat de la conférence sur le projet de loi de crédits de fin d’année a commencé, la mesure Conyers-Yoho semblait être en danger. Et c’était effectivement le cas. Un fonctionnaire connaissant bien le dossier a déclaré à The Nation que la commission des crédits de la défense de la Chambre des représentants avait subi des pressions de la part du Pentagone pour supprimer l’amendement Conyers-Yoho du texte du projet de loi.

La contestation de l’amendement Conyers-Yoho par le Pentagone repose sur l’affirmation qu’il est superflu car il existe déjà une législation similaire - connue sous le nom de loi Leahy - qui empêcherait le financement d’Azov. Il s’avère que c’est faux. La loi Leahy ne couvre que les groupes pour lesquels le « Secrétaire d’Etat dispose d’informations fiables indiquant que cette unité a commis une violation flagrante des droits de l’homme ». Or, le département d’État n’a jamais prétendu avoir de telles informations sur Azov, de sorte que le financement du mouvement ne peut être bloqué par la loi Leahy. La personne à qui j’ai parlé au Congrès a fait remarquer que « même si Azov est déjà couvert par la loi Leahy, il n’était pas nécessaire de le retirer du projet de loi final ». En effet, la loi Leahy ne peut pas bloquer le financement de groupes, quelle que soit la nocivité de leur idéologie, en l’absence d’« informations crédibles » indiquant qu’ils ont commis des violations des droits de l’homme. L’amendement Conyers-Yoho visait à remédier à cette lacune.

Compte tenu du fait que l’armée américaine a formé les forces armées ukrainiennes et les troupes de la garde nationale, l’amendement Conyers-Yoho était tout à fait logique ; empêcher le bataillon Azov, ouvertement néonazi, de recevoir une aide américaine servirait ce que le président Obama appelle souvent « nos intérêts et nos valeurs ».

Le fait que les néo-nazis (ou les néo-fascistes, si vous préférez) constituent un groupe nettement minoritaire en Ukraine occidentale est clair et incontestable. Ces derniers temps, cependant, des signes troublants indiquent qu’ils pourraient devenir une force avec laquelle il faut compter. Selon le Jerusalem Post, lors des élections municipales ukrainiennes d’octobre dernier, le parti néo-nazi Svoboda a remporté 10 % des voix à Kiev et s’est classé deuxième à Lviv. Le candidat du parti Svoboda a même remporté l’élection du maire de la ville de Konotop. Parallèlement, Radio Free Europe/Radio Liberty a rapporté en novembre qu’Azov gère un camp d’entraînement qui soumet les enfants à « l’idéologie d’extrême droite du régiment ».

Il n’est pas certain que le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, ait fait référence, en partie, à l’amendement Conyers-Yoho comme l’un de nos « adversaires idéologiques » que lesquels l’administration s’est battue. Ce qui est clair, c’est qu’en supprimant la disposition anti-néonazie, le Congrès et l’administration ont ouvert la voie à un financement américain qui se retrouve entre les mains des éléments les plus nocifs qui circulent aujourd’hui en Ukraine.

Source
Adresse d’origine : https://www.thenation.com/article/c...

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site