Geopolintel

Anthony Fauci et le laboratoire militaire de Fort Detrick responsables de la reprise de la guerre bactériologique

jeudi 10 juin 2021

La recherche par gain de fonction sur le virus du SRAS, a été effectuée dans un laboratoire américain avec des bio-cellules de Fort Detrick.

Dr Frances Boyle : Les recherches effectuées à l’Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, montrent que des travaux de recherche par gain de fonction ont été réalisés sur le SRAS.
Francis Boyle a rédigé la loi sur les armes biologiques de 1989. Il considère le Covid-19, comme une « arme biologique offensive » l’utilisation de la technologie du gain de fonction (GOF) n’a aucune légitimité scientifique ou médicale.

Nature Medicine a publié un article en 2015 affirmant que des recherches avaient été menées avec succès pour déterminer si un coronavirus de chauve-souris pouvait infecter des cellules HeLa humaines. L’article indique clairement que le travail effectué visait à augmenter la pathogénicité du SRAS original en fournissant une activité de gain de fonction.

L’équipe à l’origine du projet a conçu un virus hybride, combinant un coronavirus de chauve-souris et un virus du SRAS, adapté pour se développer chez la souris et imiter la maladie humaine. Un virus hybride capable d’infecter des cellules humaines.

Le projet a été financé par USAID (CIA) et réalisé au département d’épidémiologie de l’université de Caroline du Nord, Chapel Hill, dans un laboratoire BSL-3, avec du matériel biologique fourni par le laboratoire militaire de Fort Detrick.

Les NIH lèvent l’interdiction de financer des études sur les virus mortels pendant 3 ans.

Jocelyn KaiserDéc. Décembre 2017

Plus de 3 ans après avoir imposé un moratoire sur le financement américain d’études sur des virus dangereux, les National Institutes of Health (NIH) de Bethesda du Maryland, ont annulé la « suspension » et annoncé un nouveau plan pour examiner ces recherches. Les responsables fédéraux n’ont pas encore déterminé la stratégie d’une dizaine d’études sur la grippe et le syndrome respiratoire (MERS) suspendues en octobre 2014.

Deux chercheurs, concernées par le suspension de leurs études sur les virus mortels de la grippe, ont salué la fin de cette interdiction. Le virologue Yoshihiro Kawaoka de l’Université du Wisconsin à Madison a écrit dans un courriel le virologue « Cette décision des NIH nous permet d’aller de l’avant ».

Les responsables des NIH estiment que les études en cours sont probablement obsolètes et que les scientifiques voudront soumettre de nouvelles propositions. Le nouveau processus, selon le directeur des NIH, Francis Collins, « contribuera à faciliter la gestion sécurisée, sûre et responsable de ce type de recherche. » Les détracteurs de ces études, quant à eux, attendent de voir comment se déroule le processus d’examen avant de porter un jugement.

Les préoccupations concernant les études dites de « gain de fonction » (GOF), qui rendent les agents pathogènes plus puissants ou plus susceptibles de se propager chez l’homme, ont émergé en 2011, lorsque l’équipe de Kawaoka et le laboratoire de Ron Fouchier au Centre médical Erasmus de Rotterdam, ont annoncé qu’ils avaient modifié le virus H5N1 de la grippe aviaire pour lui permettre de se propager chez le furet. Ces études pourraient aider les experts à se préparer aux pandémies, mais elles présentent des risques si l’agent pathogène modifié s’échappe du laboratoire. Après une longue discussion, le National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB) a décidé que les deux études devaient être publiées et les fonctionnaires fédéraux ont publié une nouvelle règlementation sur le H5N1.

Les responsables américains sont devenus inquiets après la publication de nouveaux articles du GOF concernant plusieurs accidents dans des laboratoires de confinement biologique américains. En octobre 2014, ils ont annoncé une « suspension » sans précédent du financement de 21 études GOF sur les virus de la grippe, du MERS et du syndrome respiratoire aigu sévère. (À l’époque, les NIH ont déclaré qu’il y avait 18 études en pause.) Les NIH ont finalement écarté certaines études jugées à risque mais qui présentaient un risque faible. Mais huit études sur la grippe et les trois projets sur le MERS sont restés en suspens.

Le NSABB a ensuite défini une série de critères pour déterminer quand de telles études devraient être autorisées, par exemple s’il existe des moyens moins risqués d’aborder la même question. En janvier dernier, les responsables scientifiques de la Maison Blanche ont demandé au département de la santé et des services sociaux (HHS), dont dépendent les NIH, de rédiger des règlements utilisant ces critères pour ce que les responsables appellent désormais les « agents pathogènes pandémiques à potentiel accru » (PPP).

Aujourd’hui, avec la levée de la suspension par les NIH, le HHS a publié son plan de révision. Toute proposition qui passe le cap de l’examen scientifique par les pairs et qui correspond à la définition du PPP sera examinée par un groupe du HHS allant de la biosécurité et de la sécurité à l’éthique et au droit. Le groupe évaluera les avantages et les risques et pourra recommander que l’étude proposée soit rejetée, autorisée ou permise avec des modifications.

Le NIH ne s’attend pas à ce que les chercheurs dont les travaux ont été interrompus reprennent là où ils en étaient. Les études sont « probablement obsolètes », a déclaré M. Collins lors d’un appel aux journalistes hier soir. Les NIH prévoient plutôt que les chercheurs soumettront de nouvelles propositions.

Selon M. Collins, étant donné que les NIH ont déjà autorisé la poursuite de certaines études initialement suspendues, la nouvelle politique n’est pas « un changement radical... mais nous avons maintenant une politique beaucoup plus transparente ».

Selon M. Fouchier, soumettre à nouveau des propositions ne prendra pas beaucoup de temps : « Les questions sont toujours les mêmes, mais nous voudrons travailler avec les souches de virus actuelles », explique-t-il. Il s’agit essentiellement de « trouver et remplacer ». Comme ses travaux ont passé un examen approfondi en 2014, avant que la suspension ne prenne effet, « je suppose que je serai en mesure de les mener à bien cette fois-ci. »

L’épidémiologiste Marc Lipsitch, de l’Université de Harvard, qui a codirigé un groupe de chercheurs ayant fait pression en faveur de la suspension du GOF, qualifie le cadre du HHS de « petit pas en avant ». Il ajoute : « La question est de savoir comment de tels examens vont se dérouler dans la pratique. » Lipsitch craint que le comité du HHS interprète les critères du NSABB de telle sorte que des expériences comme les études H5N1 de 2011 - qui, selon lui, ne devraient pas être financées - obtiennent le feu vert.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site